Demande en référé de cessation des harcèlements au Président du TGI de Paris.

Dimanche 17 juin 2018.

Destinataire :         Président du TGI de Paris.
                                   Jean-Michel Hayat.
                                   4, boulevard du Palais.
                                   75055 PARIS.

Demande en référé.
Lettre LR/AR.

 

Monsieur le Président, je vous écrivais en date du 9 avril 2018 la chose suivante :

« Je souhaite attirer votre attention sur une plainte contre X avec constitution de partie civile auprès du Doyen des Juges d’Instruction du TGI de Paris pour une violation de la vie privée constituée essentiellement par des harcèlements sonores, plainte dont vous trouverez le texte ci-joint. Les auteurs de cette violation de ma vie privée sont supposés faire partie du Ministère de l’Intérieur et/ou de France Télévisions.

Les auteurs de ces agissements se montrant très violents jusqu’à ce jour, je vous prie de bien vouloir intercéder auprès du Doyen des Juges d’Instruction pour ouvrir une information judiciaire et mettre fin à ces harcèlements.

           Ma plainte auprès du Doyen a été enregistrée sous les numéros : Z54/16 et Z66/17.

           Avec mes remerciements. »

 

      Très récemment (printemps 2018), le Tribunal Administratif de Melun et le Conseil d’Etat ont rejeté ma demande de référé pour mettre fin aux agissements du groupe dont je me plains. Par le passé, ces individus prétendaient faire partie de l’UMP. Aujourd’hui, les flics sont gravement obsédées par la famille Drucker, avec qui j’ai de graves divergences de vues et donc avec qui je ne souhaite avoir aucune relation que ce soit de près ou de loin. Aussi, il se peut que ce groupe anonyme ne fasse pas partie du Ministère de l’Intérieur et comme celui-ci utilise de moyens de police, on peut penser qu’il existe une « police privée » en France. Je vous demande de transmettre ma plainte au juge (et/ou au Procureur de la République) compétent, afin de mettre fin en référé à ces graves agissements constitués essentiellement de harcèlements sonores. Vous trouverez à nouveau ma plainte jointe à ce courrier.

      Ces flics m’ont dit qu’elles sont « couvertes ». Aussi, j’aimerais savoir si un Procureur de la République est au courant de ces agissements et s’il a délégué à un service de police obscure (peut-être la DGSI) cette surveillance illégale. Les personnalités de France Télévisions contre qui j’ai porté plainte, sont parfaitement au courant des mauvais traitements qui me sont infligés, aussi vous pourrez trouver auprès d’elles l’identité de ce groupe d’individus qui m’importunent au quotidien.

Lundi 9 avril 2018.

       Je souhaite attirer votre attention sur une plainte contre X avec constitution de partie civile auprès du Doyen des Juges d’Instruction du TGI de Paris pour une violation de la vie privée constituée essentiellement par des harcèlements sonores, plainte dont vous trouverez le texte ci-joint. Les auteurs de cette violation de ma vie privée sont supposés faire partie du Ministère de l’Intérieur et/ou de France Télévisions.

Les auteurs de ces agissements se montrant très violents jusqu’à ce jour, je vous prie de bien vouloir intercéder auprès du Doyen des Juges d’Instruction pour ouvrir une information judiciaire et mettre fin à ces harcèlements.

            Avec mes remerciements.

Publicités