Le film La Vie des Autres de Donnersmarck (extraits …). L’oeuvre de la Stasi a été pulvérisée par les flics français dans mon logement ! Couplage sonorisation d’appart/harcèlements sonores. Caisson sonore sous micros planqués.

Ces extraits de film sont proposés à titre uniquement informationnel, d’illustration et à aucun titre dans un but commercial, en hommage à l’auteur, dont l’autorisation va être recherchée sous peu. Le lecteur est invité à visionner le film dans sa totalité.

Quelques extraits du film.

Comment placer un appartement sous micros …
Méthodes de la Stasi (Ministère de la Sécurité Intérieure) en RDA qui n’ont pas complètement disparu aujourd’hui … Film La vie des Autres.
La Stasi installe des micros chez l’écrivain Georg Dreyman.

 

 

Que faire si votre appartement est sonorisé (par des micros) ? Tester les flics qui vous écoutent.
Raconter n’importe quoi dans l’appartement.
Film La vie des Autres (sur les méthodes de la Stasi, Ministère de la Sécurité Intérieure en Allemagne de l’Est). ON RACONTE CE QU’ON VEUT CHEZ NOUS.

 

 

L’écrivain Georg Dreyman découvre les micros planqués dans son appartement. Film La vie des Autres.

 

 

Le Ministre Hempf apprend à sa demande à l’écrivain Georg Dreyman qu’il était sous écoutes de la Stasi (Ministère de la Sécurité Intérieure de l’Allemagne de l’Est). Film La vie des Autres que Donnersmarck a mis 4 ans à fabriquer.

 

 

L’écrivain Georg Dreyman découvre avec stupéfaction dans les archives le résultat des écoutes collectées dans son appartement par la Stasi (Ministère de la Sécurité Intérieure de l’Allemagne de l’Est) sur son compte. Film La vie des Autres.

 

 

Secrets de tournage sur AlloCiné :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm-111643/secrets-tournage/

 

La chronique de Télérama :

https://www.telerama.fr/cinema/films/la-vie-des-autres,290023.php

La Vie des autres est une partie d’échecs entre volonté de pouvoir politique et envie de possession privée, intime même, entre loi et transgression. La justesse de cette reconstitution offre un accès à une réalité que l’on n’a guère eu l’occasion de revisiter au cinéma, tout en prenant une dimension de fable universelle sur le totalitarisme.

Remarques personnelles :

Donnersmarck a travaillé 4 ans pour réaliser un film très bien construit, un chef d’oeuvre : La vie des autres. Film qui lui a rapporté 50 millions de $ de recettes, lui permettant de prendre sa retraite ou de beaucoup moins travailler. Les flics français d’aujourd’hui ont pulvérisé l’œuvre de la Stasi. J’ai fait un travail de mémoire. J’ai produit un mémoire. Elles travaillaient pour moi ? Je vais me faire payer … Le travail, c’est la santé ; harceler, c’est la détériorer. La petite lumière qui doit s’allumer quand on parle de harcèlement, n’a pas jailli dans l’esprit des Procureurs français … Le harcèlement nuit gravement à la santé.

Film La Vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck, sorti en 2006, se déroule dans un Berlin-Est contrôlé par les services secrets de la Stasi. Ce que j’ai vécu est bien au-delà de ce qui est montré dans ce film. Les espions qui me surveillent ne se sont pas contentés de garder pour eux le résultat de leur surveillance. Ils se sont permis de commenter.

Florian Henckel von Donnersmarck a fait un très bon film qu’il a préparé pendant 4 ans et qui a rapporté de très grosses recettes : Comme quoi un artiste peut travailler longtemps avant de voir le fruit de ses efforts … C’était LE film de sa vie.

Un dossier-presse à la médiathèque François Truffaut.

Il existe un dossier-presse à la médiathèque François Truffaut spécialisée dans le cinéma dans le Forum des Halles, dossier que j’ai consulté …

Le réalisateur Von Donnersmark.

Voir le site Internet du réalisateur Florian Henckel von Donnersmarck :
http://donnersmarck.com/florian.html

Le réalisateur du film dresse les différences entre la Gestapo et la Stasi dans un article du web :
http://www.iletaitunefoislecinema.com/entretien/1531/entretien-avec-florian-henckel-von-donnersmarck-pour-le-film-la-vie-des-autres
Votre film montre surtout une violence psychologique.
Henckel von Donnersmarck Oui. Le point commun entre les périodes 1933 – 1945 et 1949 – 1989, c’est que ce furent deux dictatures, deux systèmes totalitaires qui abusaient d’un pouvoir absolu, deux systèmes prêts à tuer les personnes qui ne s’y soumettaient pas. La violence est donc un dénominateur commun. La Stasi a bien sûr été un moyen de répression qui utilisait une violence physique. Mais la grande différence entre la Gestapo et la Stasi, c’est que la première brisait les os, la seconde les esprits. La violence psychologique était l’arme préférée de la Stasi. Affirmer que la Stasi a été une figure jumelle de la Gestapo est en un sens erroné. Il faut savoir que la Stasi a recruté, surtout au début, des héros de la résistance contre Hitler, donc des gens qui se définissaient en opposition à Hitler, et qui se sont ainsi refusés à utiliser les mêmes outils de pression que la Gestapo.

100 000 flics à la Stasi. Seulement 3000 à la Gestapo. Les flics de la Stasi ne se faisaient pas souvent remarquer … Les allemands de la RDA apprenaient qu’ils étaient surveillés après coup.

 

Quelques infos sur le Net :

Sur Wikipedia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stasi
Au moment de sa dissolution, elle comptait environ 91 000 agents officiels et 175 000 informateurs, soit 1 % de la population est-allemande5. La Stasi comportait donc 266 000 agents et constituait une surveillance très présente et très efficace.

Il existe un Musée de la Stasi :
http://www.stasi-museum.de/fr/frindex.htm (Site Internet en français).

Il existe un Site Internet des victimes de la Stasi, en allemand, qu’on peut traduire en français via Google :
http://www.stasiopfer.de/

Un Site Internet des anciens membres de la Stasi, en allemand :
http://mfs-insider.de/

Un dossier Cairn sur une opposante qui lit ce qui découvre ce qu’il y a dans son dossier : « Que lisons-nous lorsque nous lisons un dossier personnel de la Stasi ? »
L’expérience d’une ancienne oppositionnelle de RDA avec ses propres dossiers, Ulrike Poppe.

 

2 ouvrages que j’ai lus :

* Sonia Combe, Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Albin Michel, 1999. Livre que je me suis contenté de feuilleter. Lecture très ardue.

L’empire des mouchards, les dossiers de la Stasi de Luc Rosenzweig et Yacine Le Forestier. Je crois que les policiers français ont surpassé la Stasi est-allemande dans les méthodes. La différence avec la Stasi, c’est que les policiers français n’ont pas enrôlé des centaines de milliers de surveillants (quoique, quoique …), mais les méthodes sont les mêmes Ecoutes téléphoniques, mails violés, SMS violés, surveillance, sonorisation des appartements … Il suffit d’une équipe de 60-70 policiers. Un autre point commun avec la Stasi, c’est que les policiers français ont su faire évoluer leurs méthodes au cours des années avec le principe évolutif de la haine maximale. Ils ont lancé ce qu’on pourrait appeler les opérations psychologiques, apanage des services de police ne désavouant pas les méthodes de torture et de coercition, de désorientation. Certains allemands, qui ont découvert le dossier monté par la Stasi sur eux, ont vu des surveillances ayant duré 13 ans.

 

Dossier sur la Stasi à l’école.

Il existe un dossier d’un prof d’histoire-géo (Philippe Retailleau) sur un livre intitulé :
La Stasi à l’école. Surveiller pour éduquer en RDA. (1950-1989)
https://clio-cr.clionautes.org/la-stasi-a-lecole-surveiller-pour-eduquer-en-rda-1950-1989.html

Tribune de Sarkozy.

Il existe une tribune de Sarkozy de mars 2014 sur la Stasi, Sarkozy qui m’a pourtant mis sur écoutes … Je sais que l’UMP a fait pire que la Stasi pendant toutes ces années en ce qui me concerne.

Tribune de Sarkozy: c’était quoi la Stasi ?

21/03/2014 à 12h57 Mis à jour le 21/03/2014 à 16h40

Comparer les méthodes de la justice et de la police françaises à celles de la « Stasi », le parallèle réalisé dans une interview par Nicolas Sarkozy fait bondir à gauche. Quelles étaient vraiment les méthodes de la police politique de la RDA?
|||
La vie des autres

Dans sa tribune, Nicolas Sarkozy évoque également La vie des autres, un film de 2006. Récompensé par l’Oscar du meilleur film étranger, le long métrage est une parfaite illustration des méthodes de surveillance et coercition mises en place par la Stasi.

Il raconte la vie d’un couple d’artistes est-allemands espionnés par un agent qui écoute leurs conversations depuis le grenier de leur immeuble.

En un mot, Nicolas Sarkozy a provoqué un séisme à gauche. En comparant dans une interview parue vendredi dans Le Figaro, le travail de la justice et de la police françaises aux « activités de la Stasi » et, par une ellipse, la France à une « dictature », l’ancien président a sorti l’artillerie lourde, à deux jours du premier tour des municipales. Et a fait bondir à gauche.

« Stasi », le mot est fort et renvoie à une page sombre de l’histoire allemande. Quelles étaient vraiment les méthodes de la police politique de la RDA ? Explications.

Qu’était au juste la Stasi?

La Stasi était la police politique de la RDA. Elle a espionné durant 39 ans des millions d’Allemands de l’Est en s’appuyant notamment sur un réseau de délateurs au sein de la population. Entre 1950 et la chute du Mur de Berlin, le ministère de la Sécurité d’État (Stasi) a semé la peur parmi les Allemands de l’Est, inquiets de voir leur vie espionnée dans ses moindres détails, parfois les plus intimes et les plus absurdes. Organe d’espionnage d’un régime autoritaire, la Stasi ne ciblait pas seulement des opposants mais aussi des citoyens ordinaires.

Comment espionnait-elle les citoyens est-allemands ?

On est là aussi très loin des méthodes employés par les juges français. Conversations enregistrées, courrier épluché, micros placés dans des appartements… la Stasi a usé de toutes les méthodes pour surveiller des millions d’Allemands de l’Est mais aussi de nombreux Allemands de l’Ouest, au premier rang desquels l’ancien chancelier Helmut Kohl.

La chancelière Angela Merkel, qui a vécu une grande partie de sa vie en RDA, raconte que lorsqu’elle se rendait dans une brasserie avec des amis, elle avait pris l’habitude de tapoter la lampe au-dessus de la table en disant, au cas où un micro serait caché: « Allez-y, écoutez maintenant! ».

Sinistre legs de la RDA, ces archives représentent quelque 111 km de dossiers, 1,7 million de photos et 28.000 enregistrements sonores. Chaque Allemand peut aujourd’hui demander à consulter son dossier. Depuis la création en 1992 d’une plus de 6,8 millions de demandes ont été déposées, dont 2,9 millions émanant de citoyens.

Qui en faisait partie ?

C’est là tout le problème, la Stasi instillait dans la société est-allemande une insoutenable paranoïa. Outre ses 90.000 agents actifs et ses 40.000 fonctionnaires, elle a recruté plus d’une centaine de milliers de collaborateurs non officiels (IM), des citoyens lambda chargés d’espionner leurs parents, leurs collègues de travail ou leurs amis.

Jusqu’où pouvait-elle aller ?

Arrestations arbitraires, torture, les méthodes de la Stasi étaient celles d’un régime stalinien. Ainsi, les arrestations opérées par la Stasi se faisaient dans le plus grand secret et ses prisons, notamment celle de Berlin-Est, restent un traumatisme pour les personnes qui y furent incarcérées, privées de sommeil ou de tout contact avec l’extérieur.

David Namias et AFP

 

RefStasiSarkoGauche
Article de France Info du 21 avril 2014.

 

Google pourrait s’installer dans l’ancien QG de la Stasi à Berlin :

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/google-se-voit-proposer-l-ancien-qg-de-la-stasi-pour-y-installer-son-siege-a-berlin_3013897.html

Publicités