Requête pour une DISSOLUTION D’UNE ASSOCIATION D’EXTREME-DROITE troublant gravement l’Ordre public, portant atteinte à ma personne, niant mon droit à la Liberté et à la Sécurité.

Destinataires :        Jean Castex, Premier Ministre.
                                   HÔTEL DE MATIGNON
                                   57, RUE DE VARENNE,
                                   75700 PARIS

                                   Conseil d’État
                                   Section du contentieux
                                   1, place du Palais-Royal
                                   75100 Paris cedex 01

                                   Sabine KHERIS,
                                   Doyenne des Juges d’Instruction.
                                   TGI de PARIS.
                                   Parvis du Tribunal de Paris.
                                   75859 PARIS CEDEX 17.

            Monsieur le Premier Ministre, je requière par la présente lettre, la dissolution d’une association d’extrême-droite (milice privée ou étatique peu importe) qui m’agresse quotidiennement, en vertu de l’article L. 212-1 du Code de la Sécurité Publique (provocations à la discrimination, à la haine, à la violence envers une personne). Une urgence qui court maintenant depuis plusieurs années …

            Il a été pris contact maintes fois avec des Magistrats, sans succès. J’ai dernièrement pris attache avec la Doyenne des Juges d’Instruction Sabine Khéris du Tribunal de Paris, en vain, puisqu’elle m’a opposé une ordonnance de non-informer ou irrecevabilité de constitution de partie civile.

            Plusieurs chefs d’accusation visent cette association d’extrême-droite :

  1. Association de malfaiteurs. Constitution d’une bande organisée.
  2. Infractions continues.
  3. Violations extrêmes de la vie privée par divers canaux
    (piratage informatique, écoutes téléphoniques, sonorisations d’appartements, de lieux et voies publics). Ces espionnes passent leur temps suspendues à nos écrans, avec des mouchards dans les ordinateurs, les mobiles …
  4. Persécutions phoniques, scandaleuses, en particulier dans nos logements.
    Harcèlements systématisés H24, sans répit. Saccages moraux.
    Scandale du siècle prophétisé par Primo Levi dans Si c’est un homme.
  5. Délinquances chroniques, signes de multiples pathologies mentales.
  6. Superviolences morales.
  7. Ultraviolence verbale.
  8. Organisation de filatures, de traques en permanence. Chasse à l’homme.
  9. Terrorisme. Terreur instaurée via les sons parmi des civils. Trouble grave à l’ordre public. Dangerosité morale trop virulente.
  10. Menaces et chantages divers, dont des menaces de mort, d’exil, sans réciprocité.
  11. Apologie du suicide. Incitations au suicide, encore récentes. Eugénisme certain, emprunté à l’idéologie nazie.
  12. Barbarie post-humaine. Question extra-judiciaire. Lecture de la pensée. Détection de mensonge illégale. H24, depuis 2007, dedans et dehors, probablement systématique.
  13. Totalitarisme sur une seule personne. Idéologie de la contrainte, de l’obéissance. Culte de la violence, de la force. Système dément de sonorisations privé et public (couplage micros + haut-parleurs), scandale du siècle.
  14. Publicisation publique de faits de vie privée. Délations. Lâches dénonciations.

Cette Presse qui toute honte bue, ne connaît aucune règle, s’est emparée de ma vie familiale, alors que je n’en ai pas révélé grand chose, n’ayant d’ailleurs aucun rôle public rémunéré. Ses auteurs vont être attaqués en diffamations.
Contaminations d’enfants. La barrière entre le monde adulte et le monde de l’enfance est tombée, ce qui n’est absolument pas de mon fait.
En tant qu’ancien éducateur, j’en reste profondément choqué.

  1. Actes multiformes de Torture et de Barbarie.

(notamment en ce qui concerne les moeurs, avec diverses calomnies persistantes, non vérifiéescomplètement interdit légalement, alors qu’il n’y a strictement rien de répréhensible moralement).

  1. Intimidations, subornations probables d’avocats, de magistrats. Manœuvres visant à empêcher l’exercice de la Justice, son exercice serein, la manifestation de la vérité. Déni de justice. La manifestation de la vérité est sérieusement tournée en dérision.
  2. Grave déni de réalité concernant cet Etat sévèrement policier, trop militarisé, auquel il faut tourner le dos, qu’il faut adoucir …
  3. Déni de Libertés. Manque hurlant de respect pour la personne humaine, pour sa dignité. Est nié notre droit à la Sécurité.
  4. Nationalisme forcené, obscène (fous de la Patrie, de la francité, malades de la France). Identitaires. Similaire au slogan nazi « Deutschland über alles ! ».

            On rappelle un principe important de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme :

            Art. 17  « Interdiction de l’abus de droit. Aucune des dispositions de la présente Convention ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés reconnus dans la présente Convention ou à des limitations plus amples de ces droits et libertés que celles prévues à ladite Convention. »

Nous sommes finalement confrontés à la funeste Triade : Totalitarisme, Terrorisme, Tortures et Barbarie.

            Toutes ces pratiques illégales doivent être abandonnées.

            Très bonne journée.

            Vive la République sociale, fraternelle et humaine.