Publicités

Le régime le plus raciste qui ait existé dans l’Histoire de l’humanité, le nazisme, a débuté ses meurtres de masse en exterminant les malades mentaux, jugés poids-mort pour l’Allemagne (Eugénisme), sur des critères parfois expéditifs. Incitation au suicide, stigmatisation à ougrance qui n’est qu’un autre racisme, maltraitances, traitements inhumains & dégradants, les flics français(es) sont les héritiers de ce passé, jugeant de ma pathologie supposée. Ou quand les Droits de l’Homme entrent en sommeil … La mentalité de petits nazis des flics français a largement été démontrée.

Aktion T4

https://harcelementssursami.com/2016/04/11/fiche-de-lecture-sur-le-programme-aktion-t4-extermination-des-malades-mentaux-par-les-nazis

SeptièmeCroix.jpg

https://harcelementssursami.com/2018/07/17/le-neonazisme-dans-la-police-francaise

FascismeUnEncombrantRetour

https://harcelementssursami.com/2019/03/02/le-fascisme-un-encombrant-retour

https://harcelementssursami.com/2019/03/18/ma-bibliotheque-sur-le-nazisme

https://harcelementssursami.com/2017/04/04/auriez-vous-crie-heil-hitler-de-francois-roux-p-748-749

https://harcelementssursami.com/2019/03/18/ideologie-de-la-contrainte

FigureMusulman

https://harcelementssursami.com/2019/01/22/ceux-quon-prenait-pour-des-musulmans-2

CoeurConscient

https://harcelementssursami.com/2019/01/12/sommaire-du-livre-le-coeur-conscient-de-bruno-bettelheim-1960-2

https://harcelementssursami.com/2018/09/06/lete-chaotique-de-2013-chasse-a-lhomme-chronique-dun-massacre

https://harcelementssursami.com/2019/03/31/la-machine-administrative-selon-michel-foucault-cours-du-college-de-france-sur-les-anormaux

https://harcelementssursami.com/2019/02/17/la-lecture-de-la-pensee-totalitarisme-du-21eme-siecle

https://harcelementssursami.com/2019/03/17/un-mode-de-communication-inapproprie-les-flics-sont-des-maniaques-nous-manquant-gravement-de-respect-perdus-dans-la-negation-de-lalterite-atteinte-au-principe-de-liberte-on-na-pas-demande-a-l

https://harcelementssursami.com/2019/02/15/au-centre-du-harcelement-la-manie-delirante

 

Publicités

Ma bibliothèque Psy.

Autour de la santé.

AlexandreJollienEloge de la faiblesse de Frédéric Jolien, philosophe. 96 pages. Livre d’une grande ouverture d’esprit.

 

 

 

* Patients de Grand Corps Malade. Les stratégies des patients paralysés pour faire face au handicap, temporaire ou permanent. Très bon livre …

PatientsGrandCorpsMalade

Je suis à l’est de Josef Schovanec. Livre très intelligent, brillant, humain de l’auteur, qui est autiste asperger. Josef Schovanec a été diagnostiqué à tort schizophrène, alors qu’il étaiJosef Shovanec, INTERVIEW A PARIS .credit photo : BRUNO LEVYt autiste et en a beaucoup souffert, mais n’en veut pas à ses psy. Josef Schovanec se demande s’il est normal que certaines personnes ne parlent pas pendant de longues périodes (de longs jours). Wof, quand j’étais professeur, je m’époumonais à parler pendant 20 heures par semaine. J’avais le ministère de la parole. Une partie de mon caractère s’est forgé par la sympathie pour Lutte Ouvrière, mes études scientifiques et l’enseignement. Professeur et acteur sont des métiers très différents, n’est-ce pas ? … Ils ont la parole en commun. On m’avait déjà dit que professeur du secondaire et chercheur, c’était très différent … aucun point commun. On vit sur des planètes différentes.

levrescousues

Pourquoi parler ? Je m’en fous d’enseigner !

* Sur Rousseau :

http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-la-paranoia-34-rousseau-juge-de-jean-jacques-2013-0

* Allodocteur de Cymes et Carrère d’Encausse sur la prévention du suicide en date du 14 décembre 2015.

L’érotomanie de Clérambault. 259 pages (Editions Les empêcheurs de tourner en rond, 1993, parution en 1921). Livre passionnant. Clérambaut était LE spécialiste des délires passionnels (et de l’automatisme mental). Psychiatre de la préfecture de la Seine, début du 20ème siècle, rédigeant les certificats de délinquants dangereux. Devenu aveugle, il se suicide par coup de feu.

Les psychiatres peuvent poser problème : p 106 : « Vie oisive consacrée, de son propre aveu, toute entière à son idée fixe. Incapacité de travailler, due à cette même idée.«

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Que sais-je ? Les troubles de l’humeur. par Marc-Louis Bourgeois (année de parution : 2006, 128 pages). Très bon livre, remarquable de concision (grande densité de connaissances).

* ♥ ♥ Que sais-je ? Les troubles bipolaires. par Marc Masson (année de parution : 2016, 128 pages). Livre moins bon que celui de Marc-Louis Bourgeois.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Les troubles bipolaires, ouvrage collectif aux éditions Lavoisier (année de parution : 2014, 620 pages). Passage intéressant sur le continuum schizophrénie-bipolarité ou sur la psychanalyse des maniaques.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Oncle Tungstène. Autobiographie de Oliver Sacks, étudiant chimiste (2003).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ En mouvement. Une vie. Autobiographie lue 2 fois (la 2ème fois en prenant des notes) de Oliver Sacks, neurologue (2007), qui raconte qu’il avait un frère schizophrène, souvent en grave retrait, grand fumeur, maintenant un lien imaginaire avec le monde marxiste anglais, qui fume jusqu’à son dernier souffle, malgré une artérite des jambes menant à l’amputation. Sacks est l’un des rares médecins que je connaisse qui ait essayé les états de conscience modifiés en prenant un toxique. Il faut essayer les maladies pour mieux les comprendre … Sacks était d’une érudition extraordinaire, mais aussi un grand hédoniste.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ L’odeur du si bémol, l’univers des hallucinations. par Oliver Sacks, professeur de neurologie et de psychiatrie (2012). Ouvrage de référence sur les hallucinations. (373 pages, seuil points).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Musicophilia. La musique, le cerveau et nous. par Oliver Sacks, professeur de neurologie et de psychiatrie (2007). Bel ouvrage sur la musicothérapie. (503 pages, seuil points).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Migraine par Oliver Sacks (1996, 444 pages). Très bon ouvrage.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ L’éveil (cinquante ans de sommeil) par Oliver Sacks (1987, 515 pages). Livre adapté au cinéma par Penny Marshall avec De Niro, dans le rôle d’un encéphalitique et Robin Williams, dans le rôle du Dr Sacks. Histoire de l’épidémie de « maladie du sommeil » (encéphalite léthargique) présentant les symptômes parkinsoniens les plus graves. Oliver Sacks les réveille avec la L-Dopa, apparue en 1967. Les malades se remettent à vivre après un long sommeil, mais sont en proie à des hallucinations, des délires paranoïaques, érotomaniaques … Livre sur l’horreur de la condition de ces malades.

* ♥ ♥ Les Voix, témoignage d’une authentique hallucinée : Aimée F. commentée par la psychiatre Nicole Anquetil. L’hallucinée en question décrit des hallucinations extrêmement intenses, faites d’insultes, de vexations la plupart du temps (année de parution : 2014, 304 pages). Nicole Anquetil nous dit qu’un psychiatre français a analysé les authentiques hallucinations de Socrate …

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Biographie de John Nash, Prix Nobel d’économie 1994, schizophrène par Sylvia Nasar : Un homme d’exception. (année de parution : 2001, 537 pages).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ La vulnérabilité de Roland Jouvent (année de parution : 2001, 168 pages).

* ♥ ♥ ♥ ♥ Mécanismes de défense et coping de Henri Chabrol et Stacey Callahan (année de parution : 2004, 178 pages).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Trois essais sur la théorie sexuelle de Sigmund Freud (1905). Propos intéressants sur l’homosexualité.

* ♥ ♥ ♥ ♥ Cinq leçons sur la psychanalyse de Sigmund Freud (1909).

* ♥ ♥ ♥ ♥ Introduction à la psychanalyse de Sigmund Freud (1922).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ La vie sexuelle de Freud.

* ♥ ♥ ♥ ♥ Malaise dans la culture de Freud.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Névrose, psychose et perversion de Freud.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, thèse de médecine de Jacques Lacan (1932, le livre de poche).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Sous le signe du lien de Boris Cyrulnik (1989).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Les nourritures affectives de Boris Cyrulnik (1990).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Neurobiologie de la personnalité de Joseph Ledoux (2002).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Le livre noir de la psychanalyse sous la direction de Catherine Meyer (2006).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ La mémoire et la folie. La découverte des prions. Un nouveau paradigme biologique par Stanley B. Prusiner, Prix Nobel 1997. Magnifique travail … Prusiner est un américain dont les ancêtres juifs avaient pris pour patronyme le nom de la contrée où ils habitaient, ce qui arrive assez souvent chez les juifs d’Europe centrale.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ La fatigue d’être soi, dépression et société par Alain Ehrenberg, sociologue du CNRS cherchant sur le thème Psychotropes, Politique, Société (année de parution : 1998, 318 pages). Ouvrage intéressant avec une vision globale, historique du concept de dépression. Livre d’une richesse incroyable de ce sociologue hyper-érudit  … Il y aurait des sur-diagnostics de schizophrénie et des sous-diagnostics de dépression. (…) On a le droit de choisir sa pathologie disait Henri Ey. Très peu de dépressifs se rétablissent définitivement d’une dépression.  La dépression est dépressogène. Ehreberg avait déjà écrit : Le culte de la performance en 1991 et L’individu incertain en 1995. Il avait fait sa thèse en 1978 sur un thème qui préoccupe les flics qui me harcèlent : Archanges, guerriers, militaires et sportifs. Essai sur l’éducation de l’homme fortThèse ayant insipirée un livre : Archanges, guerriers, sportifs et petits pervers en 1980. Ehrenberg est aujourd’hui président du Centre national de la santé mentale.

Webradio sur ou avec Ehrenberg :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhumain/lindividu-souffrant-et-lindividu-conquerant-narcissisme-et-ideal

Rythme de la vie moderne pèsant sur nos vies, nouveau malaise dans la civilisation, pathologisation de la vie sociale, dépressions, traumatismes, addictions, troubles des comportements, consommations massives de psychotropes et de thérapies. Dépression nouveau mal du siècle, réponse normale des individus à une société qui leur imposerait des performances indues et briserait le lien social, « pathologies de l’adaptation », avec les « souffrances au travail ». Alain Ehrenberg dépasse cette plainte, en tout cas la déplace. Il passe d’une sociologie individualiste, obsédée par la déliaison sociale, et le culte du moi, à une sociologie de l’individualisme, qui l’intègre dans une perspective plus large. Il entend mobiliser la société afin de mieux défendre les individus et les aider à prendre confiance en eux-mêmes. Quelle est donc cette société qui pourrait empêcher les hommes modernes de souffrir ? Comment rendre à chacun son pouvoir d’agir ? Ce seront, avec le sociologue Alain Ehrenberg, quelques-unes des questions du jour….

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Mon cerveau, ce héros, mythes et réalité par Elena Pasquinelli, philosophe s’intéressant aux sciences cognitives et aux neurosciences. (année de parution : 2015, 240 pages).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Votre cerveau n’a pas fini de vous étonnertrès beau livre, synthèse des découvertes les plus récentes en neurosciences, par le collectif de scientifiques : Boris Cyrulnik, Pierre Bustany, Jean-Michel Oughourlian, Christophe André, Thierry Janssen, Patrice Van Eerrsel (année de parution : 2012, 228 pages, le Livre de Poche).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Les sortilèges du cerveau (l’histoire inédite de ce qui se passe dans nos têtes) par Patrick Berche, ancien doyen de la faculté de médecine René Descartes (année de parution : 2005). Remarquable survol des pathologies du cerveau (maladies neurologiques, psypatrick, aphasies …).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥  Drogues et cerveaux, par Jean-Pierre Lentin et Stéphane Horel (année de parution : 2005).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Souffrance en France, la banalisation de l’injustice sociale par Christophe Dejours (année de parution : 1998, 219 pages), psychiatre, professeur au CNAM. Le concept de la banalité du mal de Hannah Arendt y est appliquée à la souffrance au travail.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien par Marie-France Hirigoyen, psychiatre, psychanalyste, à l’origine d’une loi sur le harcèlement (année de parution : 1998, 192 pages).

* ♥ ♥ La victimologie par Gérard Lopez.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Les perversions narcissiques par Paul-Claude Racamier (année de parution : 1992, 124 pages).  Paul-Claude Racamier fut le créateur du concept de perversions narcissiques, relations anormales dans le couple surtout. Selon Cyrulnik, un pervers est dans l’arrêt de l’empathie.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Les pervers narcissiques par Jean-Charles Bouchoux (année de parution : 2011).

Le pervers narcissique et son complice par Alberto Eiguer (année de parution : 2012, 240 pages).

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ La stigmatisation en psychiatrie et en santé mentale sous la direction de Jean-Yves Giordanna (année de parution : 2010, 264 pages).

L’inconscient expliqué à mon petit-fils par Elisabeth Roudinesco (année de parution : 2015).

Comment faire rire un paranoïaque ? par François Roustang (année de parution : 2000, 220 pages). Livre qui n’a semble-t-il rien de comique …

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Survivre par Bruno Bettelheim (année de parution : 1976, 524 pages), psychanalyste juif américain ayant été déporté dans les camps de concentration.

* ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Le cœur conscient par Bruno Bettelheim (année de parution : 1960, 383 pages).

Les folies raisonnantes de Sérieux et Capgras (psychiatres français du début de siècle) pour les délires d’interprétation et l’érotomanie. J’ai bien lu cet ouvrage pour comparer avec ce que j’ai vécu. Bouquin amusant, comique, avec plein de recettes pour rigoler, faire des blagues. Il était gratiné le malade Jean-Jacques Rousseau … Ca pourrait être le sujet d’un film et je crois qu’il a existé des tentatives de filmer des fictions sur Rousseau. Rousseau était en contact avec « ils », « elles », « eux ». Les poulets ont reproduit ce schéma. C’est sympa de laisser ça en accès libre sur Internet ! Les barbouzes ont du trouver de nombreuses recettes dans ce grimoire. Ce sont des spécialistes. 391 pages.

Exemple très instructif de la folie, le meilleur passage  sur les délires chroniques :

 » Très caractéristiques sont les expressions dont se servent les interprétateurs persécutés : Ils parlent des menaces, des machinations, des manœuvres de leurs ennemis. Rien ne leur est épargné :  » farces, provocations, excitations, allusions, insinuations, mauvaises plaisanteries pénibles ou ridicules, petites comédies, fumisteries, chantages, agaceries, petites misères, niaiseries, mystifications, bateaux » tels sont les mots qui reviennent le plus souvent dans leurs plaintes. « On m’ennuie, disent-ils, on m’embête, on me fait marcher, on m’asticote, on me talonne du matin au soir, on me lance des pointes, on me fait tourner en bourrique, on veut m’exciter, m’ahurir, m’abrutir, m’affoler, m’horripiler ; on me monte des scies, on m’esbroufe … Le mot d’ordre est donné, tout cela est commandé, c’est de la haute comédie, il y a une consigne admirablement exécutée  » …

Voilà donc le champ lexical de la folie qu’il faut éviter … Pas évident avec ce qu’ils m’ont fait. C’est un sujet curieux que celui des fous raisonnants : N’est-ce pas un cas très rare de folie ? Ca paraît tellement énorme, bizarre. Il faut être sacrément parano pour se sentir attaqué tout le temps dans la rue par des badauds ou ailleurs.

Démocrite rigolait de tout ce qui a trait à la folie, mais c’est très mal vu de faire ça.

 

Documentation personnelle (Publications scientifiques et articles du Web).

C:\Documentation_Psychiatrie\

AgirPassageActee

Alexithymia

AP_DosesElevees

AvenirPsychopathesLeveTot

BipolaireBorderlineAffectiviteImpulsivite

BipolairesMedicoLegal

Cannabis20emeSiecle

Cannabis20emeSiecle

Chapitre 5 – Interventions pour les symptômes psychotiques

CliniquePsychotraumatismeErreurDiagnostic

ComportementsAgressifs

ConduitesPsychopathiquesTroubleConduitesGOO

EtatsLimitesPerversPsychopathiques

FolieOuEsTuResponsabilisationPsychotique

Hikikomori

HyperactiviteSchizophrenie

InformationPersoBorderlin

InformationPersoBorderline

LangageAngoisse

MotsCles

MythomanieHistoirePsychiatri

ObsessionsCompulsionsSexuelles

PersonnaliteAntisocialePsychopathique

PersonnaliteNevrotiqueNarcissicoHedoniste

Psychiatrie adultes – Hôtel-Dieu _ Hôpitaux Cochin, Broca, Hôtel-Dieu

PsychiatrieInstrumentRepressionURSS_CombatPsychiatresEnFrance_CAIRN

PsychopathieTroublesPersonnaliteBorderlin

PsychopathologieTroublesExpressionComportementale

PsychopathoTroublesExpressionComport

PsychoseBupropion

PuerilismePsychos

ResponsabilisationPsychotiques

ScienceDirect_citations_1550758856330

TestSzondiPsychopathie

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Addiction aux Jeux Video\

Les quatre moyens utilisés par les fabricants de jeux vidéo pour rendre nos enfants dépendants – Serge Tisseron

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Addictions\

Addictions et médecine

Addictions sans substances et comorbidites

Comportement addictif chez les patients souffrant de céphalée par abus médicamenteux

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Aktion T4\

Aktion T4 — Wikipédia

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Amok\

Amok • Les idées, Folie, Meurtre, Indonésie, Kriss • Philosophie magazine

 

C:\Documentation_Psychiatrie\AntiDépresseurs\

Interactions médicamenteuses avec les Anti-Dépresseurs

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Antipsychiatrie\

De l’antipsychiatre à la post-psychiatrie

Révolution psychiatrique italienne

 

C:\Documentation_Psychiatrie\AntiPsychotiques\

Améliorer le suivi de la prescription des antipsychotiques à l’adolescence

Antipsychotics and quality of life among stable schizophrenia patients

Atypical neuroleptics their contribution to the rehabilitation schizophrenic patients

Clinical-immunological predictors of prognosis of the efficiency of AP therapy with amisulpride in schizophrenia

Diagnostic étiologique dune hyperprolactinémie

Les interactions médicamenteuses conduisant à des torsades de pointe

Pour un essai de mesure des polythérapies neuroleptiques

Prolactinemie et m6dicaments psychotropes actuels

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Apragmatisme\

Apragmatisme_Slides

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Articles Généraux\

Éditorial

Epidémiologie des troubles psychiatriques

La douleur chronique en psychiatrie comorbidité et hypothèses

Le retour aux sources. Points de vue sur l’histoire sociale de la psychiatrie et de la maladie mentale

Les psychiatres historiens

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Autodestruction\

Libération_L’éthique minimale de Ruwen demeure vivante_Ruwen Ogien

Vivre, c’est avoir réussi pendant un temps à ne pas déclencer son autodestruction_Ameisen_France Culture (1)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Automatisme Mental\

Automatisme mental – Jean-Yves Flament psychologue clinicien

Automatisme mental

automatismemental

Automatismemental

Conference_EPHEP_22_January_2015_part3_Melman_AutomatismeMental

La notion d’automatisme mental, sa pertinence et sa velur doctrinale, Rémi Tevissen

Signification sémiologique de l’automatisme mental de Clérambault

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Automatisme Mental 2019\

France Culture_Automatisme Mental_Mai2012

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Bernard Lachaux, directeur de l’UMD de Paul Guiraud (Villejuif)\

6-colloque-psychiatrie-et-justice-2016_bernard-lachaux-part2

Contacts médicaux _ Groupe hospitalier Paul Guiraud (GHPG)

Courrier au Docteur Lachaux

Crédibilité et expertise psychiatrique_Bernard Lachaux_CAIRN

Etat critique à l’hôpital psychiatrique Paul-Guiraud – Infos – Vivre FM

Lachaux

Primum non nocere (En premier, ne pas nuire) — Wikipédia

Programme 2016_Colloque Psychiatrie & Justice_Troubles psychiques & jugement pénal_une double peine_du traitement pénal des malades psychiatriques délinquants

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Bernard Lachaux, directeur de l’UMD de Paul Guiraud (Villejuif)\Etat critique à l’hôpital psychiatrique Paul-Guiraud – Infos – Vivre FM_files\

23_04_2012__12_53_futuroscope

960

2012_06_11__11_32_integrancevivrefm

2012_09_12__20_58_pub_podcast_vivre_fm2

2012_11_07__10_21_vie_entreprises2

2013_01_28__09_37_2minseduction

2013_09_16__11_34_qaf_2013

2013_10_07__10_06_invite_redac_2

2013_10_22__12_31_hpital_paul_guiraud

2015_01_05__12_49_christophe_merlier_voyage_en_avc

2015_01_08__17_04_2015_01_07_16.03.58_1

2015_01_14__17_02_photo_mutuelles

2015_01_16__11_05_arrestation_police

2015_01_16__11_05_sociocoiffure

2015_01_16__11_08_greve_medecins

2015_01_16__11_09_firah

2015_01_16__17_07_palais_justice

2015_01_16__18_01_capturepiraterecadre

2015_01_20__15_40_hawking

1970536_3966916506846_1975241520_n

919662793-postmessagerelay

ajax

ajax-loader_bar

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Bioéthique\

eg_ethique_rapportbd

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Bipolarité\

5 idées reçues sur la bipolarité _ Psychologies

Apport des thérapies comportementales cognitives dans les troubles bipolaires

Atteinte aux Moeurs

 »Bonheur et bipolarité peuvent fonctionner ensemble »

Cerveau&Psycho – Nous sommes tous des bipolaires

Impact de la psychoéducation sur la qualité de vie des patients bipolaires type I

Les troubles bipolaires _ 1.300.000 Français touchés – Sciencesetavenir

Santé physique et troubles bipolaires

Stratégies thérapeutiques des troubles de l’humeur

Thymorégulateurs, une famille en mouvement

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Bipolarite Podcast 2019\

Michel Bourin – Trouble bipolaire un effet de mode ou une vraie maladieSept2017

Michel Bourin – Trouble bipolaire un effet de mode ou une vraie maladieSept2017

Neurosciences Traitements Recherche

Rene Frydman & Chantal Henry Bipolarité Janvier 2014

Suspicieux ou parano, taciturne ou bipolaire

Temoignage Bipolaire 4 minutes

Trouble bipolaire _ vraie maladie ou trouble cognitif surévalué

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Black Dogs de Chaplin & Churchill\

Le black dog de Churchill et de Charlot

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Boris Cyrulnik\

1984_Georges_Perec

Boris Cyrulnik — Wikipédia

Boris Cyrulnik _ _Les terroristes de Daech sont des soumis, pas des fous_ _ France info

Boris Cyrulnik _ « Le travail peut être beau et rendre heureux »

Boris Cyrulnik_Langage Totalitaire_12h30_17062016

Cyrulnik Assistanat

DSM, disease mongering et conflits d’intérêts en psychiatrie. Boris Cyrulnik sur les  fausses maladies    Pharmacritique

D’une expérience sur les effets du jet de tomates sur les cantatrices

Eloge de la peur avec Boris Cyrulnik – L’après, l’ici et maintenant

Hélène Romano et Boris Cyrulnik _ «Les cellules psy sont devenues un gadget politique» – Libération

Les racines du mal de Maurice G. Dantec

Nathan Cyrulnik 2

Nathan Cyrulnik

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Boris Cyrulnik\DSM, disease mongering et conflits d’intérêts en psychiatrie. Boris Cyrulnik sur les  fausses maladies    Pharmacritique_files\

20minutesblogs

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Bruno Bettelheim\

Bruno Bettelheim — Wikipédia

Le coeur conscient, Bruno Bettelheim – Blog de philosophie de Laurence Bouchet et d’élèves du lycée Xavier Marmier de Pontarlier

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Cannabis\

Le cannabis finit par affecter la mémoire _ Actualité _ LeFigaro

Le cannabis, facilitateur de bouffées délirantes aiguës   Dr. B

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Cannabis\Le cannabis, facilitateur de bouffées délirantes aiguës   Dr. B_files\

138_138_mobile1–new-138-1399378668

138_pill-138-1394036281

Banniere_300x600_EDF

beacon

campaig

comScore

n-CAMPUS-APPLE-medium

n-CANNABIS-large570(1)

n-CANNABIS-large570

n-CHRISTIAN-DE-METTER-medium

n-CREATIVE-LUNCHES-medium

n-GAME-OF-THRONES-medium

n-HONG-KONG-medium

n-ICE-BUCKET-CHALLENGE-medium

n-I-LOVE-NY-medium

n-JENNIFER-LAWRENCE-medium

n-NAJAT-VALLAUDBELKACEM-medium

n-NAJAT-VALLAUD-BELKACEM-medium

n-NIO-medium

n-PAUL-MCCARTNEY-medium

n-PENON-DE-GUATAPE-medium

n-QUANTUM-OF-THE-SEAS-medium

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Centre Primo Levi\

137000 victimes de torture en France

Clinique du trauma – comment soigner l’innommable _ Centre Primo Levi

Courrier Sironi 24122019

CPL-La pudeur en question

CPL-Quand la violence isole

Effraction de la Pudeur

Effraction de la pudeur… _ Centre Primo Levi

Françoise Sironi — Wikipédia

La pudeur en question _ Centre Primo Levi

Lettre à Françoise Sironi_ – Harcèlement ÉlectroMagnétique et Collectif

Quand la violence isole _ Centre Primo Levi

Université Paris 8

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Cinéma & Psychiatrie\

Family Life_Ken Loach

Films – http://www.infopsypourtous.fr

Fous à délier (Marco Bellocchio, Silvano Agosti, Sandro Petraglia, Stefano Rulli, 1975) – La Cinémathèque française

Je recherche FOUS A DELIER (Matti da slegare)

La folie lucide et la société déraisonnée_Marco Bellochio

Rainer Werner Fassbinder (1945–1982)_une caméra clinique et psychanalytique

Représentation cinématographique de l’érotomanie

Représentations des troubles psychiques sévères au cinéma

Rétrospective Marco Bellocchio – La Cinémathèque française

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Cinéma & Psychiatrie\Représentation cinématographique de l’érotomanie_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\ClerambaultNumerisation\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\ClerambaultNumerisation\Chapitre 2\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\ClerambaultNumerisation\PHC_Automatisme\

Oeuvres de Clérambault (1)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\ClerambaultNumerisation\SurUnInternementConteste\

SurUnInternementConteste (1)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Complotisme\

Complotisme, un anathème commode (Le Monde diplomatique, juin 2015)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Crise des Opioïdes\

Opioid Epidemic – sami.zerzeri@gmail

Opioid Overdoses and Naloxone_ What Everyone Needs to Know _ Psychiatric Times

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Cyrulnik & Carré _janvier 2019\

Anna M. — Wikipédia

Paradoxe_sur_le_comédien Diderot

Transcription Entretien Cyrulnik & Carre 09012019

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Colère normale et colère pathologique\

Colère normale et pathologique _ la gestion de la colère – Psychothérapeute TCC, Sexologue TCC et Superviseur TCC (Paris)

Comment désentraver les agités – Peur et contrainte en psychiatrie

La colère chez les auteurs de violence une dimension fondamentale en psychiatrie légale

La violence en tant que mode de pensée. Violence pathologique, réflexions, prévention et prises en charge

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Dangerosité\

Comment mieux répondre aux problèmes cliniques et médicolégaux actuels pour préserver une psychiatrie ouverte de dynamique

Création de l’Institut psycho-judiciaire_développer et transmettre des connaissances sur la dangerosité

Dangerosité criminologique, psychopathologie et co-morbidité psychiatrique

Dangerosité psychiatrique et prédictivité_CAIRN

Dangerosité, délinquance et passage à l’acte _ psychopathologie et prédictivité

EPHEP-Alain Bellet_La place de la psychanalyse dans l’histoire de la psychopathologie_28012019

EPHEP-Pedro Valente_Psychopathologie droit et dontologie de la prise en charge_28012019

États dangereux et troubles mentaux _ quelle clinique_Revue_2

Expertise psychiatrique (L’)_ Face à la dangerosité et à la récidive des criminels_Jean-Claude Archambault_Notice de librairie

Individus Dangereux_France Culture_Avril2018

Inidividu dangereux et situations dangereuses_les représentations sociales de la dangerosité chez les citoyens, les magistrats et les surveillances de prison

Intérêts et limites de l’approche biologique pour l’étude des comportements agressifs

La capacité pénale

La prise en charge des états dangereux _ approche juridique et médicolégale_Revue_6

L’acte et son énigme. Entre l’indicible et l’innommable

Le concept de dangerosité dans le cadre de la privation de liberté à des fins d’assistance

Les malades mentaux sont-ils dangereux_ du 04 février 2010 – France Inter

Les violences sexuelles à l’adolescence

L’évaluation du risque de comportements violents_le point sur la question

Livre_ Isolement, contention et contrainte en psychiatrie, Jérôme Palazzolo, Bernard Lachaux, Jean Paul Chabannes, Medias flash, 9782951199217 – Leslibraires

Prise en charge des états dangereux des pathologies mentales graves _ stratégies thérapeutiques_Revue_5

Psychopathy in instrumental and reactive violent offenders

Quelle conduite tenir face à la violence émergente

Risque de violence et troubles mentaux graves

Se soucier de l’autre, le contraindre et le contenir

Trouble mental et criminalité_revue critique des recherches épidémiologiques

Une approche psychanalytique de la notion dangerosité. Violence et subjectivation_Le risque de la rencontre

Violences psychologiques

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Dangerosité\Haute Autorité de Santé\

HAS Dangerosité psychiatrique – Recommandations V9 – Relues

HAS_Dangerosite_Maniaques

HAS_Etude du sentiment de familiarité chez les patients atteints de schizophrénie, impact sur le risque de comportements violents

HAS_Evaluation de la dangerosité psychiatrique – Rapport d’orientation

HAS_Evaluation de la dangerosité psychiatrique – textes des experts

HAS_Evaluation de la dangerosité psychiatrique- Synthèse bibliographique

HAS_Méthode de l’audition publique

HAS_Représentations de la maladie mentale et recours à la contrainte

HAS_synthese

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Dangerosité\Hôpital Razi (Tunis)\

Pr Fakhreddine Haffani

Pr Fakhreddine Haffani_ PLACE DE L’INCARCERATION DANS LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DES PARANOÏAQUES

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Dangerosité\Schizophrénie & dangerosité\

Délires paranoïaques, dangerosités et homicides

Dissociation et passage à l’acte violent

Homicide et psychose_particularités criminologiques des schizophrènes, des paranoïaques et des mélancoliques_A propos de 27 expertises

Insight et comportements violents chez les patients souffrant d’une schizophrénie

Les « pousseurs de métro »

Les facteurs liés aux actse d’homicide chez les patients tunisiens atteints de schizophrénie

Schizophrénie et violence _ Comorbidités et typologies

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Psychiatrie sécuritaire\

Les unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA)

Pour une sémiologie clinique de la violence le retour des « quartiers des agités »

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Quérulence & Processivité_Passages à l’acte justiciers\

Dangerosité délinquance et passage à l’acte psychopathologie et prédictivité

Délire paranoïaque de revendication et passages à l’acte justiciers

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dangerosité_Délinquance_Passage à l’Acte_Psychopathologie_Predictivité\Radicalisation & Terrorisme\

À la recherche d’une âme _ psychopathologie de la radicalisation et du terrorisme

 

C:\Documentation_Psychiatrie\De Clérambault\

Clerambault Loin de l’Oubli

Erotomanie

Heritage Psychiatrique de Clerambault

Othello un délire de jalousie

Représentation cinématographique de l’érotomanie

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Décès par Abus de Psychiatrie\

Mort sous traitement arte

Mort sous traitement zinzinzine.net

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Délire de jalousie\

La dynamique jalouse_déséquilibre entre le désir et l’avoir_Psychiatrie & Violence

Quand la jalousie devient maladive

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dépression\

Comment se comporter avec un proche dépressif

Dépression _ les 4 périodes à risque – Sciencesetavenir

Dépression _ les sensations physiques de la maladie à travers des illustrations

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dépression Ehrenberg 2019\

Ehrenberg_La fatigue de Soi_CAIRN

Fiche de lecture _ Alain Ehrenberg _ La fatigue d’être soi _ dépression et société

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dépression_Origine inflammatoire_Intestins\

Dépression _ une inflammation cérébrale qui pourrait venir de l’intestin – Sciencesetavenir

 

C:\Documentation_Psychiatrie\DicoPsy_Lexique_Sigles\

Définitions _ stupeur – Dictionnaire de français Larousse

Définitions _ torpeur – Dictionnaire de français Larousse

Dictionnaire critique des termes de psychiatrie et de santé mentale – Simon-Daniel Kipman – Google Livres

La sémiologie psychiatrique éclairée par les neurosciences

Un dictionnaire. À propos de… « Dictionnaire de psychologie et de psychopathologie des religions » de Stéphane Gumpper et Franklin Rausky

 

C:\Documentation_Psychiatrie\DicoPsy_Lexique_Sigles\Dictionnaire critique des termes de psychiatrie et de santé mentale – Simon-Daniel Kipman – Google Livres_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Djihadisme\

Djihad _ comment bascule-t-on dans l’extrémisme _ _ France info

Le miroir de la haine_Prise en charge pénitentiaire de la radicalisation

Terroristes islamistes _ _C’est la même mécanique que pour les nazis_ – SudOuest

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Dostoievski\

Crime et chatiment de Dostoievski une lecture comportementale du double homicide de Raskolnikow

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Drogues\

Acide gamma-hydroxy-butyrique (GHB) plus qu’un agent de soumission chimique, une véritable source d’addiction

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Electrosensibilité_WIFI\

Dossier_WIFI

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Emotions\

Comment la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions

ENS

 

C:\Documentation_Psychiatrie\France Culture Depression 2019\

Comprendre les troubles psychiques

France Culture_Comment vivre avec des troubles psychiques

France Culture_La dépression encore taboue

France Culture_La méthode scientifique_Dépression _ une maladie encore taboue

France Culture_OuaisLeBec Semaines Lire Depression

La dépression – France Culture

Littérature et sérotonine _ quand la dépression vient aux écrivains

Un nouveau regard sur les troubles psychiques

 

C:\Documentation_Psychiatrie\France Télévisions Expérience de Milgram\

Expérience de Milgram — Wikipédia

LE JEU TV DE LA MORT Doc complet – YouTube

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Françoise Sironi 2019\

Conférence de Francoise Sironi_Comment devient-on tortionnaire_Lundi 5 février 2018

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Haine\

Agitation, sentiment de  rage   haine  etc. – Psychiatrie – FORUM psychologie

Haine et misanthropie dans Timon d’Athènes de Shakespeare

Haine, envie et jalousie  psychanalyse et désastre

Histoire de la haine. Une passion funeste, 1830-1930 (Frédéric Chauvaud).   Criminocorpus

Histoire de la haine_Frédéric Chauvaud

La maladie de la haine

Le miroir de la haine_Prise en charge pénitentiaire de la radicalisation

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Haine\Agitation, sentiment de  rage   haine  etc. – Psychiatrie – FORUM psychologie_files\

amour_remontee

analytics_doctissimo

Apprendre-le-pot_remontee_video

Booster-sa-memoire_remontee_video

doctissimo_autocompletion

souffrez-vous-de-troubles-du-comportement-alimentaire_wide-jpg_test_img_forum

Vaincre-sa-timidite_remontee_video

Zen-Attitude-1_remontee_video

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Haine\Haine, envie et jalousie  psychanalyse et désastre_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Haine\Histoire de la haine. Une passion funeste, 1830-1930 (Frédéric Chauvaud).   Criminocorpus_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Hallucinations auditives\

Cerveau&Psycho – Les voix intérieures de Virginia Woolf

Comment parler d’un patient sans savoir d’où viennent nos mots_Tyszler

Étude de l’évolution du concept d’hallucination dans la littérature psychiatrique classique

FENELON Gilles – Hallucinations, regards croisés _ Base SantéPsy

Hallucinogènes & psychiatrie au milieu du sièce dernier

J’entends des voix, pas vous_ – L’Express

Les hallucinations auditives verbales

Les Voix de Nicole Anquetil_ Pr. Jean Garrabé

Les Voix_Aimée F_Nicole Anquetil_Notice de librairie

Pourquoi entend-on des sons dans le silence _ _ Big Browser

Rêves et hallucinations_le modèle narcoleptique

Schizophrénie   un avatar numérique pour lutter contre les hallucinations auditives   – Actualités – Vidal.fr

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Hallucinations auditives\Entendeurs de voix\

Administrateurs et membres d’honneur – RevFrance

Agnes Girard_Blog Libe_Entendeurs de Voix

France Culture_Francois Demassiet

France Culture_Les pieds sur Terre_Vincent, entendeur de voix

La nouvelle voie des «entendeurs» – Libération

La_REVerdie_0_Lettre du REV

Les 400 culs – Avez-vous entendu une voix _ – Libération.fr

Libération_Entente Voix_Agnès Girard

Peter Bullimore traduction  Yann Derobert

REV_p8_le_pavois-Vivre avec les voix

Sensorialités Multiples

Vincent

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Hallucinations auditives\Entendeurs de voix\Critique des entendeurs de voix\

De l’utilité des groupes de pairs pour produire des savoir_Le groupe des entendeurs de voix

Psychopathologie et expériences exceptionnelles

Que changent les « entendeurs de voix » à l’écoute des hallucinations  I Génèse d’un mouvement

Que changent les « entendeurs de voix » à l’écoute des hallucinations_II. Recherche sur l’entente de voix

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Hallucinations auditives\Schizophrénie   un avatar numérique pour lutter contre les hallucinations auditives   – Actualités – Vidal.fr_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Henri Ey\

Biographie Henri Ey

Günther Anders à l’école de la phénoménologie_CAIRN

La Psychiatrie et les Grands Mouvements de L’Anthropologie Contemporaine_ Chapitre II du Manuel de Psychiatrie d’Henri Ey

Le concept opératoire de conscience dans la psychopathologie d’Henri Ey

Les Névroses _ (La Personnalité Névrotique)_Chapitre Premier – Manuel Henri Ey

Manuel de psychiatrie de Henri Ey_Notice de librairie par Jean Garrabé

Pour un dialogue Henri Ey et Jacques Lacan

Sur la pathologie de la liberté_ Pr. Henri Ey

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Henri Laborit\

Henri Laborit — Wikipédia

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Histoire Sciences Henri Ey\

HenriEy

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Histoire Sciences Henri Ey\HenriEy_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Iatrogénie\

Analyse des prescriptions medicamenteuses

Complications cardiaques des médicaments

Iatrogénie des psychotropes chez l’adolescent

Iatrogénie en Psychiatrie

Iatrogénie médicamenteuse

Iatrogénie

Le syndrome sérotoninergique_une revue actualisée de la littérature

Les diagnostiques difficiles en iatrogénie

Les effets indésirables des psychotropes chez le sujet âgé_étude rétrospective de 35 cas

Mort subite cardiaque et iatrogénie médicamenteuse

Utilisation des antipsychotiques à doses élevées

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Imovane\

IMOVANE_-_Zopiclone_-_Posologie,_Effets_secondaires,_Grossesse_-_Doctissimo

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Insomnie\

Insomnie et dépression

Les troubles du sommeil dans l’addiction à Internet

Neurophysiologie clinique en psychiatrie 4 Réalisation et interprétation des explorations du sommeil pour les pathologies du sommeil comorbides des trboules mentaux

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Jacques Lacan\

lacan_THESE_de_medecine

Paranoïas et délires paranoïaques_Slides_par Mathieu LACAMBRE, Praticien Hospitalier

 

C:\Documentation_Psychiatrie\John Nash, Prix Nobel d’Economie 1994, schizophrène paranoïde\

A diagnostic bind_ movie mania and John Nash’s schizophrenia

Bio de John Nash par Sylvia Nasar

John Nash Three phasesin the career of a Beautiful Mind

John Nash, GameTheory, and the Schizophrenic Brain

John Nash_Suffering of those who loved Him

John Nash’s Delusional A case of Paranoid Schizophrenia

John Nash’s Postelusional Period_A case of Transformed Narcissism

John Nash’s renunciation

Psychoses et créativité _ une histoire de vulnérabilité

Représentations des troubles psychiques sévères au cinéma

Temperament & créativité

Un homme d’exception_Biographie de John Nash_Sylvia Nasar

Un homme d’exception_Biographie de John Nash_Sylvia Nasar_Notes personnelles

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Juge des Libertés et de la Détention\

Cour_de_cassation_civile_Chambre_civile_1_12_octobre_2017_17-18.040_Publié_au_bulletin

Des lois de soins sans consentement à l’évolution de la responsabilité en psychiatrie

 

Étude du vécu et de la compréhension par les patients hospitalisés sans consentement de l’audience devant le juge des libertés et de la détention

HAL-SHS – Sciences de l’Homme et de la Société – _Moderniser_ l’enfermement en psychiatrie _ Le cas des unités pour malades difficiles

Impact psychologique de l’audition devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD) chez des patients hospitalisés suivant les conditions définies par la loi du 5 juillet 2011

Intime conviction _ conclusions

Jurisprudence_ Effectivité de l’audition du patient en soins psychiatriques sans consentement par le JLD_Des interrogations persistantes

Jurisprudence_Effectivité de l’auidtion du patient en soins psychiatriques sans consentement par le Juge des Libertés et de la Détention

L’intervention du juge judiciaire dans les soins psychiatriques sans consentement _ état des lieux après la loi du 5 juillet 2011

L’intime conviction du juge des libertés et de la détention dans les soins psychiatriques sans consentement

La notion d’intime conviction et le procès criminel

La place de l’autorité judiciaire dans les lois françaises de soins sans consentement

Le devenir des soins psychiatriques sans consentement _ suivi à deux mois de 510 cas

Le juge des libertés et de la détention _ un garant juridique et éthique en psychiatrie

Le juge des référés ne peut contraindre un établissement à pratiquer une intervention chirurgicale

Les outils pour la rédaction des certificats de soins sans consentement – European Psychiatry

Les soins sans consentement en psychiatrie _ rédaction du certificat initial

Liberté individuelle et soins sans consentement. Le contrôle systématique du juge instauré par la loi du 5 juillet 2011

Motifs de levées de 102 mesures de soins psychiatriques sans consentement – European Psychiatry

Qu’y a-t-il d’intime dans l’intime conviction

Séjours courts et longs en ASPPI _ comparaison des données cliniques et extracliniques issues de 250 certificats initiaux

Soins psychiatriques sans consentement _ étude des motifs de mainlevées de 117 mesures

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Juge des Libertés et de la Détention\Charges\

A propos de la loi du 5 juillet 20111 relatvie aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prisé en charge

Abréviations Psychiatrie

Actualités Droit Déontologie & Soin

Application de la loi du 5 juillet 2011 en Unité pour malades difficiles

Aspects Medico-Légaux des Troubles Bipolaires

Autonomie de la personne et consentement en droit européen

Chapitre 1 – Quelques principes généraux_Le système juridictionnel français

Chapitre 3 – Éthique et déontologie expertale_Le secret médical

Chapitre 27 – Aspects médicolégaux_Introduction

Chapitre 49 – Pourquoi les actions pénales suscitent-elles tant l’intérêt de nos patients

Chronique de Jurisprudence

Considérations sur l’expertise médico-légale psychiatrique devant la cour d’assises

D’une constatation psychopathologique vers une évaluation psychocriminologique _ réflexions autour d’une pratique de l’expertise pénale pré-sentencielle, une refonte nécessaire

Des lois de soins sans consentement à l’évolution de la responsabilité en psychiatrie

Discrimination et santé, le temps d’agir

Dossier_Régime des soins sous contrainte. Analayse des articles pertinents du Code de la Santé. Fnapsy

Droits des personnes hospitalisées sous contrainte

Evolution des attentes et des représentations en clinique dans les rapports entre psychiatrie et justice

Hospitalisation d’office, la France mauvais élève de l’Europe

Hospitalisation sans consentement _ fondements éthiques, contraintes et justice procédurale

Hospitalisation sous contrainte, les bonnes pratiques sont conformes à la Constitution

Hospitalisation sous contrainte, un difficile équilibre entre sécurité et libertés

Index des mots clés 2

Index des mots clés

L’intime conviction du juge des libertés et de la détention dans les soins psychiatriques sans consentement

La liberté de choix des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques

La loi du 5 juillet 2011. Place et questionnement de l’avocat dans l’application de la loi

La place de l’autorité judiciaire dans les lois françaises de soins sans consentement

La prison, entre acte et sujet

La protection de la personne.

La représentation et l’impossible (Fathi Benslama)

Le certificat circonstancié de la loi du 5 juillet 2011 pourquoi_comment

Le controle des hospitalisations sous contrainte se rationalise

Le devenir des soins psychiatriques sans consentement _ suivi à deux mois de 510 cas

Le statut des personnes hospitalisées

Les programmes de soins ambulatoires contraints dans le cadre de la loi de 2011, modifiée. Point de vue de la direction.

Les soins pénalement ordonnés, une pratique limite

Les soins sous contrainte des malades depuis la loi du 5 juillet 2011 relative au droit et à la protection des personnes faisatn l’objet de soins psychiatrique

L’esprit d’une loi_FNAPSY

L’expertise de fin d’hospitalisation d’office médicolégale

Lhospitalisation de personnes detenues atteintes de troubles mentaux

L’injonction thérapeutique de la loi du 17 juin 1998_une tentative pour articuler la peine et le soin

Loi de juin 1990 sur l’hospitalisation d’office et défense des libertés individuelles

Modalités et impact de la mise en œuvre de la loi du 5 juillet 2011 _ de l’impérieuse nécessité de placer le patient au centre de nos préoccupations

Note de jurisprudence_Le bénéfice d’une mesure de sortie d’essay n’exonère pas le juge de statuer à bref délait sur la levée de l’HO

Place de la jurisprudence dans la gestion et l’évolution de la législation relative aux soins sous contrainte

Protection de la personne. Droit des patiens en psychiatrie

Soins en milieu carcéral et éthique

Soins psychiatriques et juge des libertés et de la détention

Soins psychiatriques sans consentement_étude des motifs de mainlevées de 117 mesures

Vers un role de plus en plus croissant de la personne de confiance

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Juge des Libertés et de la Détention\Soins Sans Consentement\

Critères de soins psychiatriques sans consentement. Revue de littérature et synthèse des différentes recommandation

Des lois de soins sans consentement à l’évolution de la responsabilité

Introduction gouverner et soigner

L’hospitalisation sans consentement des malades mentaux décidément sous l’oeil du Conseil constitutionnel

La liberté de choix des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques

Les outils pour la rédaction des certificats de soins sans consentement

Les programmes de soins ambulatoires contraints dans le cadre de la loi de 2011

Soins pénalement ordonnés

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Justice & Psychiatrie. Expertises\

Crédibilité et expertise psychiatrique_Bernard Lachaux_CAIRN

Evolution des attentes et des représentations en clinique dans les rapports entre psychiatrie et justice

La fin du non-lieu judiciaire et son incidence sur le but des institutions psychiatriques médicolégales

La psychiatre à la Commission de l’application des peines

La recherche de la vérité en psychologie et psychiatrie judiciaires. La psychologie dans la décision judiciaire

Le droit à l’ère des neurosciences 2

Le droit à l’ère des neurosciences

Le droit à l’ère des neurosciences

Le médecin expert face au compromis d’arbitrage

Le psychiatre, le juge et la peine

Le simulateur face à l’expert

Les nouvelles missions de l’expert psychiatre

Les soins pénalement ordonnés, une pratique limite

Les usages des expertises psy au procès d’assises et les définitions pratiques de la responsabilité

Les usages des expertises psy aux procès d’assises

L’expertise psychiatrique pénale_audition publique de la Fédé Fra de Psychiatrie selon la méthode de la Haute Autorité de Santé

Programme 2016_Colloque Psychiatrie & Justice_Troubles psychiques & jugement pénal_une double peine_du traitement pénal des malades psychiatriques délinquants

Programme_Colloque_Juillet 2014_La folie entre administration et justice_L’institution psychiatrique au prisme du droit

Psychiatrie _ les députés veulent limiter l’isolement et la contention

Réflexion sur les fondements du débat et des critiques actuels sur l’expertise psychiatrique pénale

Sous l’emprise de la folie L’expertise judiciaire face à la maladie mentale_Notice de librairie

Vérité et mensonge_l’évaluation de la crédibilité en psychiatrie légale et en pratique judiciaire

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Le livre noir de la médecine\

Association d’aide aux victimes d’erreurs médicales, d’Hépatite C post-transfusionnelle, de complications suite à une vaccination, de complications médicaments, d’accidents de la vie

Biographie de Maître Philippe COURTOIS, avocat spécialisé en droit médical – Association d’aide aux victimes

Biographie du Docteur Dominique-Michel COURTOIS, président de l’AAVAC – Association d’aide aux victimes

Définition de l’erreur médicamenteuse

Dictionnaire français de l’erreur médicamenteuse_SFPC

Direction Générale de la Santé_Iatrogénie

Faute, accident ou risque iatrogène_Stalinon & Distilbène

Iatrogénie médicamenteuse _ ameli.fr

Indemnisation MEDIATOR – Association d’Aide aux Victimes du Mediator et de l’Isoméride (AVIM)

Le Livre noir de la médecine _ Patient aujourd’hui, Victime demain

 

C:\Documentation_Psychiatrie\L’Huma_Vol au desssus d’un nid de coucou\

L’Huma Violences au dessus dun nid de coucou_Aujourd’hui dans les HP français

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Livres numérique dispo sur Numilog (BSI de la Cité des Sciences)\

Apprendre à soigner les dépressions

Bouddha au temps des neurosciences

Comprendre et soigner les états-limites

Comprendre la dépression pour en guérir

Dans l’ombre du silence. Journal d’une adolescente victime d’intimidation

Du trouble mentale à l’incapacité au travail

J’ai envie de comprendre … la dépression

J’arrête les relations toxiques

La dépression masquée

La perversion_Renverser le monde

La thérapie neurocognitive et comportementale

L’amour au coin de l’écran_Du fantasme à la réalité_Peut-on s’aimer sans se voir (La réponse est non !)

Le geste suicidaire

Le harcèlement moral_Anne Bilheran

Le Malêtre

Les émotions. Du normal au pathologique

Les névroses

Manuel illustré à l’usage des adolescents qui ont des parents difficiles

Non, votre ado n’est pas feignant

Pourquoi votre tête soigne-t-elle votre corps

Profanes, soignants et santé mentale_quelle ingérence

Tout n’est pas (forcément) psy !

Travailler sans s’épuiser_Pierre-Eric Sutter

Une mémoire d’éléphant_Vrais trucs et fausses astuces

URLLink

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Lobotomie 2019\

Pratiquée jusque dans les années 80, la lobotomie visait surtout les femmes

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Logorrhée 2019\

LogghoreeTheatre

Logorrhée (Médecine) – Définition, signification – Encyclopédie en ligne

Logorrhée verbale – PARLER FRANÇAIS

Sémiologie Examen Psychiatrique Logorrhée

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Maladie neurologique de Ravel\

La maladie neurologique de Maurice Ravel par Erik Baeck

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Manie\

Episode Maniaque DSM

Etat maniaque et état d’agitation_une étude diachronique

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Michael Sacksx\

Mickael Sacks (1)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Michel Foucault\

Michel Foucault et la résistance au pouvoir

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Mickael Sacks\

Mickael Sacks (1)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Migraine\

INSERM_1998_La Migraine_Connaissances descriptives, traitements et prévention

Oliver Sacks_Extraits de l’ouvrage Migraine_CAIRN

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Mythomanie\

De la mythomanie au meurtre_un cas clinique inquiétant

Histoire de la Mythomanie. Mots-Cles

Histoire de la Mythomanie

L’évolution du concept de mythomanie dans l’histoire de la psychiatrie

Mentir pour dire vrai. Le mensonge, le déni et l’affabulation

Mythomanie et contagion délirante_une mise en pratique de la description historique de la mythomanie

Réflexions sur le statut de la mythomanie délirante

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Neuroleptiques\

Ambigus psychotropes

Les neuroleptiques_2008_Dominique Piettre

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Neuroleptiques à Action Prolongée\

Histoire des Neuroleptiques d’Action Prolongée

Thèse Patients traités par neuroleptiques retard

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Nicolas Bremaud, Psychologue Clinicien\

AmbiguiteNegativisme

DysphasiePsychose

Hamlet et la folie_une revue historique_Nicolas Brémaud

HamletFolieHistoire

HistoireDefinitionsDelirePsychotique

HistoireDelireActes

HistoireDelireSuppositionSerieuxCapgras

HistoireHallu

IlotCompetenceAutreSyntheseUnCasAutismeAsperger

IntroConceptRealiteLacan

IntroQuestionRevePsychose

IntuitionDelirantePhenomeneElementairePsychose

IronieMortSchizophrenieCasHerve

J.-J. Rousseau_paranoiaque génie

Jeanne d’Arc_Des voix à la mission_Nicolas Brémaud_CAIRN

La mégalomanie délirante_Une toute-puissance sur fond de vacuité existentielle_Nicolas Brémaud_CAIRN

Le délire paraphrénique de Philip K. Dick, l’homme reprogrammé_Nicolas Brémaud_CAIRN

MelancolieDeliranteParanoiaDiagDifferentiel

NegativismeSchizophrenie

Quelle volonté pour le sujet psychotique_Approche historico-critique

Richard III_du préjudice à la revendication

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Ondes cérébrales\

OndesCerebrales

 

C:\Documentation_Psychiatrie\ONIAM\

Formulaire indemnisation AM

Indemnisation des accidents médicaux des affections iatrogènes et des infections nosocomiales par la voie du règlement amiable_Fiche pratique AM

ONIAM_référentiel indicatif d’indemnisation_2018

Victimes d’effets indésirables graves de médicaments_Etats des lieux

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Personnalités DSM IV\

Alexithymie — Wikipédia

Groupe B des troubles de la personnalité

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Personnalités pathologiques\

Analyse d’un modèle théorique de la conception dimensionnelle du narcissisme pathologique _ incidences probables sur le leadership organisationnel

Aspects Médico-Légaux des troubles bipolaires

Aspects psychopathologiques et psychodynamiques_de l’état dépressif à l’état de triomphe du moi

Axe I, Axe II ou Troubles mentaux et Troubles de la personnalité

Chapter 2 – Approche cognitive de la personnalité _ applications aux personnalités pathologiques_Revue

Chapter 10 – La personnalité antisociale (ou psychopathique)_Revue

Considération critique sur l’extension de la bipolarité, psychopathologie des mouvements d’humeur et de l’euphorie morbide

Deux mesures de psychopathie chez les patients médicolégaux

Entre la personnalité antisociale et la psychopathie grave, un gradient de sévérité

Etude exploratoire d’un questionnaire sur les troubles de la personnalité

Evaluatin du trouble de la personnalité sadique en relation avec la psychopathie auprès de patients internés en hôpital psychiatrique sécuritaire

Faut-il traiter les troubles de la personnalité

La personnalité antisociale (dyssociale)_Notice de libraire

La personnalité antisociale, antithèse de la psychopathologie_CAIRN

La personnalité narcissique devient-elle plus fréquente _ Fait culturel ou fait clinique _

La Personnalité Narcissique_Revue

La psychopathie au risque de la clinique. Epistémologie et considération psychopathologiques sur la question des représentations et de l’acte dans la psychopathie dite grav

Le pervers narcissique_arlésienne du harcèlement moral_Pr. M. L. Bourgeois

Les deux dimensions de l’hypersensibilité narcissique _ l’anxiété paranoïde et l’égocentrisme

Neurocognitive models of aggression, the antisocial personality disorders, and psychopathy

Personnalité dépendantes et alexithymie

Personnalité et vulnérabilité aux dépressions sévères

Psychopathie et troubles de la personnalité associés_recherche d’un effet particulier au trouble borderline

PsychopathieTroublesPersonnaliteBorderline

PsychopathologieTroublesExpressionComportementale

Sexe, mensonge et personnalité _ les paroles et le regard des machiavéliques, des psychopathes et des narcissiques que vous côtoyez

Trouble de la personnalité antisociale_Notice de libraire

Troubles bipolaires et troubles de la personnalité borderline _ différences cliniques au niveau de l’affectivité et de l’impulsivité

Utilisation du modèle de personnalité à cinq facteurs dans l’évaluation des troubles de la personnalité du DSM-IV

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Peur\

Danger et dérive de l’utilisation des nouveaux mots de la peur

Peur sociale de la folie

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Pr. Marc-Louis Bourgeois\

Croire et douter. Juger à l’heure des neurosciences

Croire et douter. Juger à l’heure des neurosciences_Pr M. L. Bourgeois

DetecteurDeMensonge

DSM-5 _ critiques et contempteurs. Réception en France_Pr M. L. Bourgeois

Écriture et Psychiatrie. Ce qui n’est pas écrit n’existe pas_Pr M. L. Bourgeois

Éditorial

La psychopharmacologie prélargactilienne de l’Antiquité à 1952 (Hommage à Thérèse Lempérière)_Pr. M. L. Bourgeois

Le deuil aujourdhui. Introduction_Pr M. L. Bourgeois

Le lithium depuis 1950_Pr M. L. Bourgeois

Les 80 observations de « folie à double forme, folie circulaire, délire à formes alternes » du mémoire (1880–1883) d’Antoine Ritti. Le premier traité en français sur les futurs troubles bipolaires

Les quatre vérités _ philosophique (aletheia), scientifique (apodicité), juridique (l’intime conviction), humaine (biosociopsychopathologie)

Les quatre vérités _ philosophique (aletheia), scientifique (apodicité), juridique (l’intime conviction), humaine (biosociopsychopathologie)_Pr M. L. Bourgeois

Punir est un crime_Pr M. L. Bourgeois

Robert L. Spitzer (1932–2015)_Nécrographie_Pr M. L. Bourgeois

Royautés folles. Psychopathologie des têtes couronnées_Pr M. L. Bourgeois

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Presse Protestation Psychiatrie 2019\

«L’hôpital psychiatrique est devenu uniquement un lieu de crise» – Libération

L’hôpital psy malade de  l’intérieur

L’hôpital psychiatrique est devenu uniquement un lieu de crise_Libération

Psychatrie Une manif à Paris

PsychiatrieMouvement

Stimagtisation pourquoi tant de fous

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Pretium Doloris\

Cour de cassation 2

Cour de cassation

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Procédure Pénale\

Chronique de Jurisprudence

Eléments pratiques de procédure pénale

Le juge d’instruction approches historiques_Notice de librairie

Repenser la place des victimes au procès pénal

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychatrie & Cinéma\

Du cinéma à l’hôpital_étude des représentations de la schizophrénie

La représentation cinématographique du harcèlement

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychiatrie soviétique 2019\

Amnesty International publie un nouveau rapport sur les prisonniers d’opinion en U.R.S.S.

cchr-psychiatry-industry-of-death-06-soviet-psychiatry_640_fr

Crime psychiatrique contre l’Humanité_Cyrille Koupernik_Entretien au Monde

En Union Soviétique, la psychiatrie aux ordres – 02_04_2002 – ladepeche.fr

La «psychiatrie punitive», sujet tabou en Russie. Un médecin conteste l’usage de la psychiatrie à des fins politiques du temps de l’URSS__ au grand dam d’un ex-dissident. – Libération

La psychiatrie soviétique – Cyrille Koupernik_Michel Gourevitch_Persée

L’utilisation de la psychiatrie comme instrument de répression politique en URSS et le combat mené par les psychiatres en France_CAIRN

Politiser la médecine. La psychiatrie extrahospitalière en Russie Soviétique (années 1920 et début des années 1930)

Psychopathie et troubles de la personnalité associés_recherche d’un effet particulier au trouble borderline

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychiatrie_Sécuritaire\

Application de la loi du 5 juillet 2011 en UMD

La psychiatrie en milieu pénitentiaire

Le parricide psychotique UMD

Les unités de soins intensifs psychiatriques (USIP)

L’internement de défense sociale en Belgique_Entre soins, dangerosité et sécurité

Malades difficiles d’hier à aujourd’hui. UMD Henri Collin

Mediapart_Des malades difficiles que l’enfermement à vie menace

Mediapart_La psychiatrie organise la résistance à l’enfermemement des malades

Mesurer la sévérité des problèmes des patients et leur évolution dans un secteur psychiatrique HoNOS_F

Profil d’admission des patients hospitalisés UMD

Psychiatrie en milieu pénitentiaire une sémiologie à part

Psychiatrie en milieu pénitentiaire, entre nécessité et ambiguité

Psychiatrie et prison toujours dans le champ de l’actualité

Psychopathie et troubles mentaux graves chez des patients internés

Unité hospitalières spécialement aménagées (UHSA)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychopathie\

Echelle MMPI2RF

Evaluation psychométrique du questionnaire de la psychopathie de Hare auprès d’une population carcérale belge

HAS_Psychopathie-Rapport d’Orientation

La psychopathie et son évaluation

Les malades mentaux sont-ils dangereux_ du 04 février 2010 – France Inter

Minnesota Multiphasic Personality Inventory (MMPI) – Part 2

Minnesota Multiphasic Personality Inventory (MMPI)

mmpi2rf_tableau bd

Présentation comparative des outils d’évaluation du risque de violence

Psychopathie — Wikipédia

Psychopathie HAS

Psychopathie Wikipedia

Psychopathie

Rapport au Premier Ministre Dangerosité & Prise en charge Inidividus Dangereux PCL-R

Test MMPI-2-RF® INVENTAIRE MULTIPHASIQUE DE PERSONNALITÉ DU MINNESOTA-2- FORME RESTRUCTURÉE® – Psychologie clinique – ECPA

The Hare Psychopathy Checklist-Revised (PCL-R)

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychopathologie\

La psychopathologie au regard de la culture (1990)

Psychopathologie et sport de haut niveau

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\

Richard III_du préjudice à la revendication_Nicolas Brémaud

Un bon article du Figaro sur le trouble de stress post traumatique

Violences psychologiques

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Harcèlement moral & Justice\

La jurisprudence pénale en matière de harcèlement moral

Le soutien psychologique durant le parcours judiciaire de la victime. Deux exemples cliniques

Principes de la prise en charge psychologique des sujets traumatisés

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Harcèlement moral & Perversions narcissiques\

Harcelement moral_enquête au centre hospitalier universitaire de Fes au Maroc

La notion de harcèlement moral en droit_Pascal Etain

Le harcèlement moral dans la vie privée

Le harcèlement moral dans la vie privée_Notice de librairie

Le harcèlement moral_Rémy Fontier_2003_CAIRN

Le stalking de la « poursuite romantique » à la prédation sexuelle

liste de notices complètes 16_12_2018 18_43

Pervers narcissiques _ comment leur survivre après la rupture _ Le Figaro Madame

Soins médico-psychologiques ou simple soutien psychosocial. Distinction entre ces deux types d’intervention

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Harcèlement moral & Perversions narcissiques\Anne Bilheran, Psychologue Clinicienne\

Abus de faiblesse et autres manipulations _ JC Lattès, Le Masque

Ariane Bilheran — Wikipédia

Bilheran

BilheranAllegations

BilheranCalomnies

BilheranConspirationniste

BilheranExpat

BilheranHomosexualite

BilheranHuxley

BilheranHuxley2

BilheranKinsey

BilheranNazisme

BilheranParanoSchizo

BilheranPetition

BilheranSexualiteInfantile

BilheranSurmenageAccident

BilheranTravailEnorme

BilheranValerieChenard

BilheranVengeance

BilheranVergnes

BilheranVergnes2

Cabinet l’Étoile

De la soumission psychologique au travail_Comment un harceleur parvient à soumettre tout un groupe d’adultes pourtant bien constitués, et ce qui s’ensuit_Bilheran_2011

Des mécanismes de défense au sein d’un collectif de travail en situation de harcèlement

Du suicide_A qui la faute_Bilheran_2018

Harcèlement,Psychologie & Psychopathologie_Notice de librairie

Intention & harcèlement Bilheran 2010

Interview à ne pas rater sur la dérive du pouvoir en France __ Cabinet l’Étoile

La harcèlement – partie 1 – Rayures et Ratures

La paranoïa, une maladie très mal connue _ Psychologies.com_Bilheran

La Raison d’Etat est-elle raisonnable dans son principe _Sémiode_Bilheran_2015

Le poids de l’Histoire _ Sémiode_Bilheran_2015

Le pouvoir et le complot _Sémiode_Bilheran_2015

Le psy et le politique _ Cabinet l’Étoile_Bilheran_2015

Le temps de la mort dans la psychose_Bilheran_2006

L’hyperdatation et sa fonction défensive dans la psychose

Mails_perso_Bilheran

Remerciements _Sémiode_Départ_Bilheran

SommaireHarcelement

SommaireHarcelement2

Sur le sujet du harcèlement

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Harcèlement moral & Perversions narcissiques\Marie-France Hirigoyen\

De la peur à la soumission_Hirigoyen_2009

DeLaPeurALaSoumission

Le harcèlement moral au travail en 2003

Loi visant à protéger les victimes de violences psychologiques_10 juillet 2010

Marie-France Hirigoyen — Wikipédia

Mediapart_Hirigoyen_Il y aura eu un avant et un après DSK

ParanoiaEtHarcelements

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Harcèlement moral & Perversions narcissiques\Site Perversion Narcissique_Philippe Vergnes\

AgressionsSexuelles

Biologie

Biologie2

CommunicationParadoxale

CommunicationParadoxale2

Complices

Complices2

Complot

Complot2

Decervelage

Decervelage2

DeuilOriginaire

DeuilOriginaire2

DeveloppementMoral

DeveloppementMoral2

Empathie, conscience morale et psychopathie – L’intelligence émotionnelle_ (partie 2_3) – Perversions narcissiques et psychopathies _ théories et concepts

ExpulsionPsychique

ExpulsionPsychique2

FascismeTotalitarismePerversion2

FreudRacamier

FreudRacamier2

Gaslighter

Gaslighter2

GenieOrigines

GenieOrigines2

InferioritePsychopathique

InferioritePsychopathique2

Influence & manipulation – Perversions narcissiques et psychopathies _ théories et concepts

Jouissance

Jouissance2

LeadersNarcissisme

LeadersNarcissisme2

LeadersPsychopathes

LeadersPsychopathes2

MacronPsychopathe

MacronPsychopathe2

MeurtrePsychique

MeurtrePsychique2

NarcissismeSain

NarcissismeSain2

Neoliberalisme

Neoliberalisme2

NovlanguePsychopathe

NovlanguePsychopathe2

Parol

Parole2

PetitPerversIllustre

PetitPerversIllustre2

PNPersonnesIntelligentes2

PouvoirParanoia

PouvoirParanoia2

PsychopathesOuPervers

PsychopathesOuPervers2

RÉAGIR FACE AU PERVERS NARCISSIQUE

SCHIZOPHRÉNIE ET PARADOXALITÉ

Sentretuer

Sentretuer2

ServitudeVolontaire

ServitudeVolontaire2

Vengeance

Vengeance2

ViolencesPsy

ViolencesPsy2

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Harcèlements de Rue & sexistes\

Des mesures pour lutter contre le harcèlement sexiste dans les transports

Harcèlement dans les transports en commun _ aucune femme n’y échappe – Libération

HarcelementRue

HarcelementsTransports

Le harcèlement de rue et le féminisme bourgeois – Rue89 – L’Obs

Le harcèlement de rue, « c’est notre quotidien »

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Institut de Victimologie\

IMPACTS_Annuaire-Psychotraumatisme-Victimologie-IDF

InstitutVictimologie

L’emprise psychologique – Institut de Victimologie

Pascale Boistard _ «La drague n’a rien à voir avec le harcèlement de rue»

Troubles psychotraumatiques complexes – Institut de Victimologie

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Nevrose d’Angoisse & autres névroses\

A l’origine de la névrose traumatique, l’effroi ou le stress. Discussion, approches thérapeutiques

Au-delà de la névrose traumatique … Vers une théorie unifiée du trauma

Clinique du syndrome psychotraumatique chronique. Névrose traumatique, état de stress post-traumatique et autres séquelles

Concepts et modèles de l’anxiété

De la thymie dépressive au risque d’effondrement psychotique, évaluation psychanalytique des effets morbides de l’idéal et de ses conséquences dans la conduite de cure

La névrose d’angoisse_Chapitre V du Manuel de Psychiatrie d’Henri Ey

La névrose phobique_Chapitre III du Manuel de Psychiatrie d’Henri Ey

Les différents structures cliniques_névrose, psychose, perversion et personnalités limites

L’évaluation du dommage psychique en droit commun_Revue

Névrose d’angoisse ou troubles anxieux_Revue

Névrose et psychose_quelles définitions pour la psychiatrie contemporaine

Sigmund Freud et Wilhelm Stekel_débats et confrontations sur le problème de l’angoisse

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Traumas_Dissociation_Pierre Janet\

Clinique du psychotraumatisme et erreur de diagnostic en situation transculturelle

Des états dissociatifs vers une clinique des troubles dissociatifs

Discussion autour du traumatisme complexe émergence du concept, étiologie et critères diagnostiques

Discussion autour du traumatisme complexe_émergence du concept, étiologie et critères diagnostiques

Dissociation et passage à l’acte violent une revue de littérature

Evénements à potentialité traumatique et changement de ou dans la personnalité

Introduction générale à la psychopathologie et à la psychothérapie de Pierre Janet

La deuxième vie du traumatisme psychique

La dissociation_un concept central dans la compréhension du traumatisme

La trauma et l’émotion_apports de la théorie janetienne et perspectives nouvelles

Le psychotrauma. II. La réaction immédiate et la période post-immédiate

Le psychotrauma. Stress et trauma. Considérations historiques

Le trauma entre neurosciences et psychanalyse

Le traumatisme du point de vue de la psychiatrie de la personne_Jean Garrabé_CAIRN

Les medecins civils face aux syndromes psychotraumatiques chroniques des soldats des guerres d’Empire

Liste des auteurs Louis Crocq, psychiatre militaire

LouisCrocq

Quand traiter le psychotraumatisme

Surveillance et défriefing en post-immédiat

Trauma et culture_influence des facteurs culturels dans la rencontre traumatique et perspectives psychothérapeutiques

Traumatisme sévère et psychose post-traumatique

Troubles anxieux_Revue

Vers une psychologie janétienne des psychoses

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Victimes & Indemnisation\

Détermination de l’incapacité totale de travail au sens du Code pénal _ mise en œuvre des recommandations de la Haute Autorité de santé en pratique clinique

L’indemnisation des victimes_Revue

La force contraignante de la nomenclature Dintilhac à l’épreuve du principe de réparation intégrale du préjudice

L’évaluation du dommage psychique en droit commun

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Psychotrauma_Harcèlement Moral\Victimologie & violences\

Violences, victime et sociétés_Revue

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Puérilisme\

Le puérilisme dans la psychose

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Quérulence Revendication 2019\

Avocat Sandon

Benjamin Levy _ Université Paris Diderot – Academia.edu

Délire de revendication et quérulence_une revue de littérature Benjamin Lévy

Delire Revendication Benjamin Levy 2014

Entre tribunaux et asiles – des « aliénés persécuteurs » aux « revendicateurs » 1888

France Culture 2016_Quel est l’impact psychologique d’un déni de justice_Ben Lévy

L’homme justicier _ paranoïa quérulente et passage à l’acte meurtrier _ Romuald Hamon_CAIRN

La quérulence processive_vacarme, silence ou parole_Ben Lévy_Les Cahiers de droit

theses.fr – Benjamin Levy, Quérulent processive et délires de revendication. Un autre paradigme de la paranoïa.

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Responsabilité médicale\

Autorité et responsabilités dans la prise en charge des patients hospitalisés d’office

Responsabilité médicale et psychiatrie_Olivia Henri

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Risperdal_Risperidone\

ARIPIPRAZOLE AND RISPERIDONE VERSUS PLACEBO IN SCHIZOPHRENIA AND SCHIZOAFFECTIVE DISORDER

Long-acting risperidone Microspheres For Treatment Schizophrenia

Synthèse à partir de cinq études sur lefficacité et la tolérance de la rispéridone à action prolongée

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Ruwen Ogien\

Décès Ruben Ogien_Par Robert Maggiori

Libération_Hommage à Ogien

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizo 2019 Podcast\

Dans la tête d’un schizo Oct 2018

France Culture 2019 La schizophrénie Une maladie qui ne va pas de soi

Schizophrénie dépassée

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\

6 – Lvaluation des Fonctions Attentionnelles et Exécutives

Améliorer le pronostic fonctionnel de la schizophrénie avec la remédiation cognitive

Aspects cognitifs des hallucinations auditives chez les patients schizophrènes

Blog de Psychopathe-Schizophrene – Confessions d’une Schizophrène Névrotique à tendances Psychopathes et Associales ; – Skyrock.com

Claustration à domicile de l’adolescent. Hikikomori

Cognition, schizophrénie et effet des antipsychotiques_le point de vue d’un laboratoire de recherche clinique

Confessions d’une schizophrène – Emma Derosey – Google Livres

Conventional Neuroleptics Rehabilitation Schizophrenic Patients

De l’hyperactivité à la schizophrénie_Discussion clinique, neurobiologique et thérapeutique, à propos d’un cas

Du délire-discours à l’hallucination ou de la clinique de la psychopathologie

Éducation thérapeutique et schizophrénie_Quel contexte

Effet de l’écoute de mots déjà hallucinés chez des sujets schizophrè_nes en rémission_étude de six cas par la résonance magnétique nucléaire fonctionnelle

En quoi consiste le traitement de la schizophrénie _ _ Allodocteurs

Épisode inaugural d’une schizophrénie 2

Épisode inaugural d’une schizophrénie un traumatisme majeur

Eugène Minkowski. Une oeuvre philosophique, psychiatrique et sociale

Evaluation de l’autonomie sociale et de ses facteurs associés chez des patients tunisiens suivis pour schizophrénie

Fonctions cognitives sous-jacentes aux déficits de fluence verbale dans la schizophrénie _ revue de la littérature

Fondation pour la Recherche Médicale_Schizo_Comprendre & accompagner les patients

Fondation pour la Recherche Médicale_Schizophrénie pdf

FRM Schizophrénie

L’appareil à influencer de Tausk et les concepts de la structure et de l’automatisme dans la psychiatrie et la psychanalyse de son temps

La notion de bouffée délirante aiguê

La rationalité de l’incohérence en conversation schizophrène (Analyse pragmatique conversationnelle et sémantique formelle)

La schizophrénie et sa thérapeutique antipsychotique

La schizophrénie, une psychose chronique

La vie quotidienne du patient schizophrène en rémission

Langage et schizophrénie_l’intention en question

Le rationalisme morbide_une étude clinique

Mécanismes d’indifférenciation entre l’imaginaire et le rationnel chez le schizophrène

Premières données françaises sur la santé des schizophrènes – http://www.frm.org

Presentateur schizo

Psychoses délirantes aiguës

Quelle est la différence entre bipolarité et schizophrénie _ _ Allodocteurs

Qu’est-ce que la schizophrénie – Société québécoise de la schizophrénie

Qu’est-ce qu’il y a de psychotique dans la (les) psychose(s)

Remédiation cognitive  pourquoi en a-t-on besoin et quelles sont ses applications en psychiatrie    Isabelle Amado, M.D., Ph.D.

Remédiation cognitive

Schizophrénie  deux psy sur trois ne le disent pas. Une étude souligne les réticences des médecins à délivrer le diagnostic aux malades mentaux. – Libération

Schizophrénie _ quels traitements _ _ Allodocteurs

Schizophrénie _ un nouvel éclairage sur la maladie _ Allodocteurs

Schizophrénie et cognition_perspective neurodéveloppementale

Schizophrénie et culture_réalités et perspectives à partir de l’expérience tunisienne

Schizophrenie et délire

Schizophrénie et immigration_influence des facteurs psychosociaux

Schizophrénie et violence_comorbidités et typologies

Schizophrénie   les bénéfices des antipsychotiques avérés   Actualité   LeFigaro.fr – Santé

Schizophrénie(s) – Santé mentale de A à Z – Espace Presse – Psycom

Schizophrénie, cognition et neuro-imagerie

Schizotypie

Sexualité de la femme schizophrène en Tunisie

Signe du miroir et adolescence_entre normal et pathologique

Sur l’ambiguïté du négativisme

Symptômes de la schizophrénie   Lilly France

Un déficit de mémoire de la source spécifique chez les patients schizophrènes comparés à des volontaires sains et des patietns présentant un épisode dépressif majeur

Une analyse qualitative du sentiment chronique de vide

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie France Culture\

Comment la grippe espagnole a tué entre 20 et 50 millions de personnes

Evolution du concept de schizophrénie_Kraepelin

Grippe de 1918_la plus grande pandémie de l’histoire de l’humanité

Impact du diagnostique de psychose

La schizophrénie, un concept qui a fait son temps

Schizophrénie _ 2019, l’année du changement de nom _

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Blog de Psychopathe-Schizophrene – Confessions d’une Schizophrène Névrotique à tendances Psychopathes et Associales ; – Skyrock.com_files\

 

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Confessions d’une schizophrène – Emma Derosey – Google Livres_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Premières données françaises sur la santé des schizophrènes – http://www.frm.org_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Qu’est-ce que la schizophrénie – Société québécoise de la schizophrénie_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Récepteurs à dopamine\

Molecular-cloning and characterization of a novel dopamine receptor (D3) As A Target For Neuroleptics

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Remédiation cognitive  pourquoi en a-t-on besoin et quelles sont ses applications en psychiatrie    Isabelle Amado, M.D., Ph.D._files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Schizophrénie   les bénéfices des antipsychotiques avérés   Actualité   LeFigaro.fr – Santé_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Schizophrénie(s) – Santé mentale de A à Z – Espace Presse – Psycom_files\

Manifestation pour le retrait de la loi sur les soins contraints du 9 Avril 2011

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie\Symptômes de la schizophrénie   Lilly France_files\

Branch-of-nav_rollover_infographic_215px

Branch-of-nos-laboratoires-de-recherche

Branch-of-recherche-et-developpement

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Schizophrénie_Origine Infectieuse\

Infection dans l’enfance et schizophrénie de l’adulte_Une méta-analyse d’études de cohortes

Traumatic Brain Injury and Psychosis_ Clinical Considerations

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Serge Tisseron\

Histoire de la psychiatrie Tisseron

Honte Tisseron

Résilience Tisseron

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Sérieux & Capgras\

Délire d’interprétation de Sérieux et Capgras — Wikipédia

Les fous raisonnants_à propos de l’oeuvre de Sérieux et Capgras_CAIRN

Paul Serieux_Délire Interprétation & Folie Systématisée

Serieux & Capgras

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Sérieux & Capgras\Délire d’interprétation de Sérieux et Capgras — Wikipédia_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Shakespeare\

Homicide et folie morale dans Richard III de Shakespeare_essai historique

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Shoah\

Approche intergénérationnelle de la mémoire de la Shoah

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Site britannique de psychologie_Narcissism\

3 Breakup Tactics of People With Narcissistic Behavior

3 Secrets to Outsmarting a Narcissist (By Not Trying to) _ Neuroscience and Relationships

4 Traits That Make Identifying Narcissism a Guessing Game _ Neuroscience and Relationships

5 Unhealthy Behaviors That Rob You of Happiness _ Reaching Life Goals

7 Insidious Goals of Gaslighting, 2 of 2 _ Neuroscience and Relationships

7 Toxic Behaviors You Should Never Tolerate _ Knotted_ The Mother-Daughter Relationship

8 Major Signs of Borderline Personality Disorder

9 Signs Of Psychological and Emotional Manipulation

10 Things People With Anxiety Need to Do Every Day _ Reaching Life Goals

10 Ways to Manage Unhealthy and Toxic People

11 Things NOT To Do With Narcissists _ Narcissism Decoded

12 Classic Propaganda Techniques Narcissists Use to Manipulate You _ Narcissism Decoded

14 Thought-Control Tactics Narcissists Use to Confuse and Dominate You _ Narcissism Decoded

15 Things Not To Do With Someone With Borderline Personality

21 Warning Signs of an Emotionally Abusive Relationship

Borderline Personality Disorder Symptoms

Discovering Your Opinions after Narcissistic Abuse _ Narcissism Meets Normalcy

Evicting Your Narcissist’s Voice From Your Head _ Narcissism Meets Normalcy

Healthy Ways to React to Common Toxic and Manipulative Words _ The Psychology of Self

How the Narcissist Hurts You Using Cognitive Empathy _ Liberation after Narcissistic Abuse

How to Declare Your Independence from Narcissists _ Narcissism Decoded

How to Translate Narcissist-Speak _ Narcissism Decoded

It Takes Just One Question to Identify Narcissism

Loving Someone with Borderline Personality Disorder

Narcissism_ Revisiting Five Basic Traits _ Narcissism Meets Normalcy

Narcissists Hate Seeing You Happy _ The Psychology of Self

Neuroscience and Relationships

Sex & the Narcissist_ Sadism (Pt 1) _ Narcissism Meets Normalcy

Sex & the Narcissist_ Sex Addict (Pt 2) _ Narcissism Meets Normalcy

Snowballing Thoughts_ How to Stop Creating Anxiety _ Reaching Life Goals

The 10 Most Toxic Forms of Control in Relationships _ Love Matters

The Curious Double Standards of Narcissists _ Narcissism Decoded

Things Abusers and Manipulators Say to Their Victims _ The Psychology of Self

We’re Always the Villain_ Narcissists Don’t Fight Fair _ Narcissism Meets Normalcy

What It Means When a Narcissist Says _I Love You_ _ Neuroscience and Relationships

What’s a Narcissist’s Punishment_ _ The Psychology of Self

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Socrate\

Folie de Socrate_CAIRN

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Solian_Amisulpride\

Amisulpride Pharmacokinetics

Amisulpride versus risperidone in chronic schizophrenia Functional outcome in a 6 mont double-bind study

Amisulpride

Dimensions Of Psychopathology In Schizophrenia A Factor Analysis Of The Amisulpride Database

Enantioselective analysis of amisulpride in pharmaceutical formulations by means of capillary electrophoresis

From Amisulpride To Rehabilitation

Intoxication à l’amisulpride. À propos d’un cas_ Amisulpride Poisoning. A Case Report – ScienceDirect

Low-dose amisulpride Some evidence for alertness-increasing properties in EEG studies

Safety of amisulpride

The Effect Of Amisulpride On Affective And Social Negative Syndromes In Schizophrenia

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Sommeil\

Sommeil_Biblio_oct2013

France Culture 2017 Pourquoi le sommeil est la moité de la santé

France Culture_A la recherche du sommeil perdu_Arnulf Gronfier

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Stade du miroir\

A propos de l’expérience du miroir dans la névrose et la psychose

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\

Cerveau&Psycho – Le suicide, pathologie de la décision _

Comment traiter la tentative de suicide_Une revue des traitements et de leur efficacité chez des patients borderline

Etats-Unis _ il menace de se suicider, la police le tue

Facebook teste un kit anti-suicide pour ses utilisateurs – Libération

Japon_ ils pactisent pour mourir – Libération

Les toxiques les plus courants et les plus dangereux

Où se suicide-t-on le plus dans le monde _

Suicide et responsabilité

Suicide, l’impensé français • Brèves, Mort, Suicide, Vie, Albert Camus, Camus • Philosophie magazine

Suicide_ 10 idées fausses _ Psychologies

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\Andreas Lubitz\

Andreas Lubitz _ «Tout le monde connaîtra mon nom et s’en souviendra» – Libération

Andreas Lubitz, pilote «amok»_ – Libération

Andreas Lubitz_ dépression, crises d’angoisse

Andreas Lubitz_2016_«Parfois, des suicides veulent marquer l’histoire» – Libération

Crash _  »probablement un suicide-homicide prémédité » _ Allodocteurs

Crash A320 _ le co-pilote a traversé _un épisode dépressif lourd_ – Sciencesetavenir

Crash dans les Alpes _ le copilote avait fait des recherches internet sur le suicide et les portes de cockpit

Crash de l’A320 _ suicide, dépression… attention aux amalgames ! _ Psychologies

Crash de l’A320 _ Andreas Lubitz _ un suicide _ C’est surtout un homicide sacrificiel – le Plus

Crash de l’A320_ _tout le monde connaîtra mon nom_, expliquait le copilote à son ex-petite amie

Crash de l’A320_ l’état de santé du copilote en question – Libération

Crash de l’Airbus A320 _ le suicide de pilote, un phénomène rare mais pas sans précédent

Depeche – Crash A320_ la dépression, _maladie honteuse_ dans le monde du travail – France 24

En Allemagne, la presse s’interroge sur Andreas Lubitz, le «pilote amok»

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\Bipolarite_Suicide\

Conduites suicidaires et troubles bipolaires

Interrogations diagnostiques et thérapeutiques sur un cas de manie confuse d’évolution létale

La fuite des événements dans les suicides maniaco-dépressifs

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\Dépression_Suicide\

Liens entre personnalité dépendante, épisode dépressif majeur et tentatives de suicide. Dans une population de 108 suicidants, étude des liens entre personnalité dépendante, dépression

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\Publications sur le Suicide\

La sémiologie du suicide au XXIe siècle

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\Suicide, l’impensé français • Brèves, Mort, Suicide, Vie, Albert Camus, Camus • Philosophie magazine_files\

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Suicide\Suicides à la SNCF\

Ces suicides à répétition que la SNCF ne veut pas voir

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Tabac\

Dépendance tabagique et troubles anxio-dépressifs chez le fumeur tunisien

Dépendance tabagique_troubles anxieux et dépressifs

e-Cigarettes _ Tobacco and e-Cigarettes _ JAMA _ The JAMA Network

Effets de la nicotine sur la neurotransmission cérébrale

France Culture 2018 Arrêter la cigarette est une conversion

Lettre College France Spéciale Tabac

Sélection de Livres sur le Tabac 2

Sélection de Livres sur le Tabac

StopTabacCh L’essentiel sur la cigarette électronique (et son système de vaporisation)

StopTabacCh Y a-t-il un lien entre les cigarettes et la dépression

Tabagisme et comorbidités psychiatriques

Tabagisme Handicap

 

C:\Documentation_Psychiatrie\Troubles Anxieux_Benzodiazepines_Angoisse\

2016_Troubles_anxieux_et_phobiques_Brochure Web

Benzodiazepine

Benzodiazépines _ comment s’en passer _

Le thermalisme psychiatrique dans les troubles anxieux

Mise en place d’un traitement dans un contexte d’angoisse généralisée

Traitement des troubles anxieux généralisés

Usages et mésusages des benzodiazépines en population en France

La lecture de la pensée, totalitarisme du 21ème siècle.

Ma chanson …

Cet article est en rapport avec 2 articles parus précédemment sur la même page Web :
https://harcelementssursami.wordpress.com/2018/05/06/saisine-du-conseil-consultatif-national-dethique/
https://harcelementssursami.wordpress.com/2019/01/28/rapport-annuel-du-ccne-conseil-consultatif-national-dethique-sur-lusage-des-neurosciences-avec-en-particulier-le-detecteur-de-mensonges/

On connaissait les totalitarismes nazis et staliniens. On connait désormais le totalitarisme français, qui peut s’exercer sur une seule personne.

On sait que la lecture de la pensée est utilisée depuis 2009 quand De Villepin est venu m’emmerder à Tunis chez ma tante Rachida et qu’elle est encore utilisée en 2019, quand bien-même on a alerté le Conseil d’Etat, le Procureur de la République, le Doyen des Juges d’Instruction et le Conseil Consultatif National d’Ethique. J’ai entendu 2 occurences à Djerba pendant l’été 2018 et une occurence en janvier 2019. Je sais que la lecture de la pensée a été utilisée dans mes logements habituels ou de vacances ou encore à l’extérieur, sur la voie publique et en particulier dans les transports en commun. Les flics ont eu des détails très précis de pensées que je n’ai jamais exprimées.

La lecture de la pensée est apparue exactement le même jour où De Villepin s’est exprimé dans ma chambre à Tunis. Il y avait Michel Drucker qui riait au même endroit … si bien qu’on peut faire l’hypothèse crédible que Michel Drucker était au courant de ce phénomène de lecture de la pensée et qu’il en a peut-être reçu le recel : Tout est possible en France … comme baffouer nos droits les plus élémentaires. Et on comprend ainsi mieux les propos tenus par Arditti sur le plateau de Vivement Dimanche quelques années plus tard : Que sa belle-fille est meilleure que tout le monde pour penser … Mais, je ne veux point faire trop d’interprétation …

 

Hannah Arendt a été assez claire sur la définition du totalitarisme (Elle a écrit les Origines du totalitarisme).
« Il est dans la nature même des régimes totalitaires de revendiquer un pouvoir illimité. Un tel pouvoir ne peut être assuré que si tous les hommes littéralement, sans exception aucune, sont dominés de façon sûre dans chaque aspect de leur vie ». On peut être totalitaire avec une seule personne !)

Je reprends ce que j’avais écrit dans l’article de cette page perso :
https://harcelementssursami.wordpress.com/2018/07/16/un-proces-pour-harcelements/

Interdiction de l’utilisation du détecteur de mensonges.
Article 3 de la CEDH
(interdiction de la torture, des traitements inhumains et dégradants).
La dangerosité de certains fonctionnaires.

detecteurdemensonge
Qu’est-ce qu’on peut penser de tout ça ? Usage du polygraphe.

On peut aussi dire que ce nouveau détecteur de mensonges va avoir du succès dans les tribunaux et les prisons pour évaluer la culpabilité des suspects.

Ca va leur être utile aussi pour débusquer les intentions terroristes chez les apprentis-djihadistes. A-t-on intérêt à ébruiter ce genre de procédés ? Si ça venait à se savoir, ça pourrait en calmer plus d’un.

Voir sur le sujet, le très bon article : Le procès pénal confronté aux neurosciences : science sans conscience … ? – Marie-Christine Sordino – AJ pénal 2014. 58.

Il y est écrit la chose très intéressante :

   « L’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme est utilisé au soutien de la prohibition du détecteur de mensonges, qui porterait atteinte à la dignité, le consentement étant considéré comme inexistant.
La liberté se heurte ici à la dignité. »

Les flics français ont considéré que ce qu’ils avaient trouvé dans mon cerveau annulait le préjudice de la méthode d’investigation employée. Ils peuvent sacrifier le cobaye après avoir expérimenté dessus …

Hannah Arendt écrivait : « Le premier pas essentiel sur la route qui mène à la domination totale consiste à tuer en l’homme la personne juridique. À cette fin, d’une part, on soustrait certaines catégories de personnes à la protection de la loi tout en forçant par le biais de l’instrument de la dénationalisation le monde totalitaire à les reconnaître hors la loi ; d’autre part, on place le camp de concentration en dehors du système pénal normal et on sélectionne les détenus en dehors de la procédure judiciaire normale selon laquelle un crime déterminé encourt une sanction prévue d’avance. »

La question dans Wikipédia est une technique de torture qui porte bien son nom :

Elle peut être utilisée comme châtiment, comme moyen de coercition pour obtenir quelque chose, afin d’inspirer la terreur et la domination, ou encore par cruauté. Elle est notamment employée pour obtenir des aveux ou autres informations secrètes – elle est alors appelée dans certains contextes la question –, ainsi que pour terroriser des populations ou des organisations, en ciblant certains individus afin que les autres restent passifs de peur d’être victimes à leur tour. Elle peut volontairement aboutir à la mort de l’individu, il s’agit alors du supplice qui vise à amener la mort de façon très douloureuse, voire à la retarder le plus possible, pour prolonger l’agonie.

TortureJudiciaire
La question : Des pratiques d’un autre temps remises au goût du jour avec les neurosciences.

D’innombrables méthodes de tortures ont été ou sont employées, en fonction de la technologie disponible, de la culture des tortionnaires, des ressources locales, etc. Elles passent par toutes sortes d’agressions, physiques sur le corps de l’individu, et/ou psychologiques reposant sur la peur, la tristesse ou autres émotions. Les actes de torture produisent le plus souvent des séquelles, notamment des mutilations physiques et des traumatismes psychologiques. Pour le tortionnaire ou bourreau, torturer peut éventuellement répondre à des pulsions sadiques ou s’inscrire dans la soumission à l’autorité (expérience de Milgram), mais souvent lui aussi en ressort profondément marqué.

 

 

 

Arrêter de penser ?

Bigbrother
1984 est devenu une réalité.

Ils savent m’ont-ils dit … Ils en savent trop. L’actualité sur les lois de renseignements le montre : Il n’existe pas aujourd’hui de loi qui permettent cela (l’analyse de la pensée). C’est une surveillance orwellienne. Dans le roman 1984 (parue en 1949), Orwell avait fait la prédiction qu’on pourrait lire un jour dans la pensée (bouquin qui m’avait marqué quand je fréquentais les trotskystes). Georges Orwell avait écrit un livre de science-fiction, une dystopie décrivant un régime totalitaire (Big Brother), une parabole du nazisme ou du stalinisme.
Le phénomène étant nouveau quoique révélé en 2009, il n’existe pas d’article réprimant l’accès déloyal aux pensées, mais n’y a-t-il pas préjudice ? Il faudrait peut-être légiférer une sorte d’article 226-1 de l’accès aux pensées. C’est un test, de l’éducation, de la médiation selon eux … C’est gênant parce qu’ils ne quittent pas mon cerveau d’une semelle. C’est H24.
Le barbouze a une position très supérieure à la votre, asymétrique : Il a sa vie de couple alors que le surveillé n’a jamais pu en avoir une (une sacré poisse, une misère affective épouvantable). Si j’ai un conseil à leur donner, c’est le suivant : Il ne faut pas prendre sa propre vie pour juger celle des autres. Avec le recul, j’aurais voulu me marier à 20-25 ans (chose qu’ont fait mes parents et grand parents), mais je me suis engagé dans des trucs qui m’ont emmené ailleurs, qui ont prolongé indéfiniment le célibat.
Un jour de 2012, je pensais : Il faut que je gagne des sous grâce à un procès. Comme ça, je pourrais aider mon père. Un barbouze devinant cette pensée m’a dit dans un rire moqueur : « Tu veux aider ton père ? Gagne-le ce procès … ». Il m’a semblé qu’ils se foutaient de ma gueule, tellement les Procureurs résistaient à me répondre favorablement.
Un autre jour, je pensais que les policiers étaient des tricheurs, puisqu’ils devinaient déloyalement mes pensées. Ils m’ont répondu : « Nous sommes des tricheurs ? C’est normal ce qu’on te fait. »
Les indices de cette lecture de la pensée ne s’arrêtent pas là. C’est assez bien documenté. Pour ne pas avoir la mémoire encombrée, je note, mais certains commentaires sont marquants. Dans ces conditions, on ne sait plus quoi penser ou s’il faut s’arrêter de penser.
En 2013, une jeune barbouze avait commenté dans un rire une de mes pensées : « 
Il faut que tu t’arrêtes de penser !?! ».
Je pense à qu’est-ce que je veux. Un autre jour, une barbouze a tourné en dérision ma pensée : Je me disais que c’était un bras de fer avec les policiers. On m’a répondu : C’est un bras de fer ?
Ils m’ont convaincu chaque jour qu’il y avait préjudice. Le sondage était, est interminable. Je crois que je n’ai pas volé l’idée de faire un procès. C’est un peu ça qui m’a maintenu dans l’inactivité, alors que les policiers tentaient de me faire travailler, peut-être comme acteur parce que c’est ce que je voulais ou plutôt comme professeur parce que je ne prenais pas d’initiative.
En 2010, 2011, ou 2012, j’étais allongé dans ma chambre et les idées défilaient dans mon esprit. Une vieille flic qui lisait dans mes pensées a commenté l’opération : « Tu délires. »

 

Mudaison
« Il faut que tu t’arrêtes de penser !? ».
Ce que m’ont fait les flics est horrible.
Lecture de la pensée.

Police et lecture de la pensée.

Oliver Sacks parle dans son livre du lien entre imagerie médicale et hallucinations musicales. Il paraît qu’il y a des publications qui sortent en 2016 sur le repérage par imagerie médicale de l’activation de zones du cerveau à l’évocation de mots. Les publications sortent aujourd’hui, alors que c’est pratiqué depuis au moins 2009 … comme toujours dans les cas de nouvelles découvertes scientifiques géniales et qui doivent donc rester confidentielles … à l’usage des gouvernements. Une découverte géniale et terrifiante à la fois.
Cette lecture de la pensée a été confiée à une dizaine de flics, mais elle a été décidée par de hautes personnalités, un gouvernement par exemple ou des scientifiques. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Florilège de propos trouvés dans le système totalitaire de Hannah Arendt :

« La différence majeure entre une police secrète despotique et une police secrète totalitaire tient à ce que la seconde ne fait pas la chasse aux pensées secrètes et n’use pas de la vieille méthode des services secrets, la provocation. (p. 218).
La police secrète totalitaire a abandonné le vieux rêve traditionnel de la police que le détecteur de mensonges est encore censé pouvoir réaliser : elle n’essaie plus de découvrir qui est qui ou qui pense quoi. Le détecteur de mensonges est peut-être l’exemple le plus pittoresque de la fascination que ce rêve exerce apparemment sur les esprits de tous les policiers ; car il est évident qu’un appareil de mesure complexe ne permet pas d’établir grand-chose, si ce n’est le sang-froid ou la nervosité de ses victimes. De fait, la débilité du raisonnement qui préside à l’utilisation de ce mécanisme ne peut s’expliquer que par le désir irrationnel qu’une forme de lecture de la pensée soit malgré tout possible. Ce vieux rêve suffisamment terrifiant, a, depuis des temps immémoriaux, invariablement engendré la torture et les plus abominables cruautés. » (p. 236).
Elle parlait de la question. Hannah Arendt faisait en 1973 une bonne prédiction vérifiée 40 plus tard.

Hannah Arendt avait lu Ernst Kohn-Bramstedt : Dictatorship and political police ; The technique of control by fear. Oxford University Press, 1945.

Pour mettre toutes ces techniques de surveillance, il faut une police bien équipée. Ce n’est pas donné à tout le monde : La lecture de la pensée est une science de haut vol.

Moi, je ne mens pas : Je suis passé au détecteur de mensonges H24 depuis 2009. Vous verrez plus loin le résultat de leurs « investigations » : Ca doit être éreintant comme travail. Même utilisé par des magistrats, le détecteur de mensonges est prohibé par la CEDH.

C’est anormal ce qu’ils ont fait, très irrégulier.

Josef Schovanec, l’autiste Asperger, écrit dans son ouvrage Je suis à l’Est que nous avons le droit d’avoir « une vie intérieure ». Il faut savoir penser contre soi-même dirait Finkielkraut.

Je ne dis pas que j’ai une vie intérieure toujours très glorieuse, mais il y a des pensées que je n’ai jamais révélées et que je ne révèlerai jamais. Je me surveille quand je m’exprime. J’ai aussi de très bonnes pensées, ce qu’avait remarqué un flic (Tu as de bonnes pensées !) ou des pensées très intimes.

Il a suffit d’ailleurs que je pense à un seul mot (« juif ») pour que je me fasse engueuler dans ma cuisine par une vieille flic qui m’a hurlé dessus : CONTINUE ! Entre les années 2014 et 2017. Je ne saurais pas exactement localiser la date.

Christine Angot a écrit dans Libération le 1er Septembre 2018 : « Si on considère que tout ce qui est pensé est vérité, on a raison, mais est-ce vérité permanente, non, bien sûr que non ! C’est quoi, la vérité permanente de nos pensées, est-ce qu’on en a seulement une, à part peut-être celle de rester en vie – qui ne sert à rien. Tout ce qu’on pense, tout ce qu’on ressent, c’est très important, c’est pour ça qu’on a l’impression qu’elle n’a pas le beau rôle, on voit tout ce qui lui passe par la tête. Est-ce qu’il faudrait ne pas l’écrire ? Pourquoi ? Ce n’est pas grave ! La vie même est comme ça. »

 

Rappelons-nous la devise : Honi soit qui mal y pense.

 

HoniSoitQuiMalYPense
Emblème de l’ordre de la Jarretière au château de Windsor

Honi soit qui mal y pense est une phrase anglo-normande. Elle est la devise de l’ordre de la Jarretière, le plus important ordre de la chevalerie britannique.
Le verbe honnir est un verbe de la langue française qui signifie « blâmer quelqu’un en lui faisant honte » en le vouant au mépris public. Dans un registre moderne, la phrase signifie donc « Honte à celui qui y voit du mal ».

Je crois même que c’est une devise utilisée par le Ministère de la Justice du Royaume-Uni.

 

Lecture pratiquée même au dehors.

En 2011, escalier de mon immeuble, un flic lit dans mes pensées : « Tu te sens fou »Je fumais trop … Hiver 2014, en congés pour les fêtes de fin d’année dans l’Ouest de la France, je me rassure sur le bord de mer en pensant : « Je ne suis pas fou !!! » Un vieux flic s’indigne : « Tu n’es pas fou ??? » … AU CMP, je pense au mot « Acariatre » que les flics devinent. Sur un bord de mer pendant l’été 2013, une flic commente ma pensée : « Tu es belle ? ». Début décembre 2014, à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, où je tente une reprise d’études dans la conception de logiciels Web, je pense dans la salle de classe en voyant la prof d’Anglais : « On aime nos professeurs ! ». Au sauna à Clichy, avenue de Clichy, mercredi 2 mars 2016 verse 19 heures, je pense au mot qui est deviné : « Peneu ». A la piscine de Puteaux en juillet 2016, je pense dans l’eau à un mot qui est deviné.

Quelques publications de juristes et de psychiatres sur le sujet :

Bonnes publications de Marc-Louis Bourgeois, Professeur de psychiatrie à Bordeaux :

  • Les quatre vérités : philosophique (aletheia), scientifique (apodicité), juridique (l’intime conviction), humaine (biosociopsychopathologie). Annales Médico-Psychologiques 170 (2012) p. 88–92.

4veritesBourgeois

  • Croire et douter. Juger à l’heure des neurosciences. Annales Médico-Psychologiques 173 (2015), p. 623–626.
    Cette dernière publication a été lue et j’en retirai les principales conclusions très bientôt …

JugesNeurosciencesBourgeois

On peut lire dans cet article l’annexe suivante :

Annexe

La preuve par le détecteur de mensonge

(Sciences et Avenir, no 815, janvier 2015, p. 74–76).

Il existe maintenant quelques techniques pour la détection du mensonge. Par exemple, le système AVATART (Automated Virtual Agent for Truth Assessment a Real-Time). L’exactitude serait de 94 %. Camera vidéo captant faciès, gestes et mouvements oculaires et dilatation des pupilles, intonations vocales. Il y a aussi des techniques évaluant les variations thermiques de la face (Neckted), etc. Il y a aussi une évaluation de l’activité cérébrale.

Paroles de juge, l’angoisse face à l’erreur judiciaire

(Marianne, 28 fév.–6 mars 2014, p. 56–61)

Chaque année, 23 % des affaires sont réexaminées. « L’intime conviction, ce n’est pas bof, je ne sais pas trop. . . » (Hervé Stefan, président de la cour d’assises de Paris « la Rolls des Magistrats »),

« Si vous avez le moindre doute il doit profiter à l’accusé » (un magistrat aux jurés). Trois semaines pour décider d’une vie « c’est toujours difficile, bien sûr qu’il m’arrive de douter, mais si vous ne pensez qu’à l’erreur judiciaire vous ne faites plus ce métier » …

Faire coïncider la vraie Vérité et la Vérité Judiciaire …

(Article 353 du Code Pénal). La solitude est inhérente à ce métier (ENM, groupe de paroles de magistrats).

L’utilisation de l’ADN a changé les choses avec quelques procédures de révision.

Le Cerveau et le Droit

Ce problème va devenir incontournable. Marie Lamarche, professeur en Droit privé et Sciences criminelles à l’université de Bordeaux, organise le vendredi 6 mars 2015 une réunion consacré e à l’« encadrement juridique et éthique des Neurosciences ». C’est donc le revers du problème : « les Neurosciences et le Droit » ! (Journal Sud Ouest, vendredi 6 mars 2015, p. 4). Les magistrats veulent-ils donc conserver leur magistère et récuser la ré alité des Neurosciences ? Illusion d’un homme universel et des « droits de l’homme » s’appliquant uniformément à tous ? Ce qui est dé jà totalement récusé par les demandes d’expertise avant jugement. . . La Science versus le Droit ? N’est-ce pas désormais aux Neurosciences d’encadrer la Justice ?

« Les techniques d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique ou dans le cadre d’expertises judiciaires » (loi du 7 juillet 2011). Mais certains principes s’y opposent ; « les examens dans le but de rechercher la Vérité » (polygraphe, phénobarbital, hypnose) ont été interdits, assimilés à des actes de torture (MC Sordino, Montpellier, Science et Avenir, janvier 2015).

On lira avec intérêt et une certaine consternation le rapport sur

« l’impact et les enjeux des nouvelles technologies d’exploration et thérapies du cerveau » (29 juin 2011 et 30 novembre 2011 au Sénat et à l’Assemblé e nationale rassemblant philosophes, chercheurs, une seule psychiatre clinicienne, Marie-Odile Krebs), alors que 28 milliards d’euros sont consacrés aux affections psychiatriques en France (p. 11). Un biologiste écrivain, membre de la commission, y signale qu’il est allé à Sainte-Anne pendant quelque temps pour « voir de vrais fous » !

On y parle « d’intrusion dans l’intimité », et de consentement éclairé

Et encore meilleur, cette publication de Peggy Larrieu de l’Université Bretagne Sud :
Bioéthique. Le droit à l’ère des neurosciencesNeuroscience and the law.

DroitEreNeurosciencesLarrieu

Extrait le plus intéressant :

LarrieuEpoustouflant

Le pdf est ici : Le droit à l’ère des neurosciences

Voici l’article :

Bioéthique

Le droit à l’ère des neurosciences

Neuroscience and the law

Peggy Larrieu

(Maître de conférences en droit privé à l’université de Bretagne Sud, membre associé du centre de droit économique d’Aix-Marseille III)

Université de Bretagne Sud, institut de recherche sur les entreprises et les administrations, 20 bis, rue de l’île-Brannec, 56610 Arradon, France


Résumé

Les neurosciences, définies comme l’étude de l’architecture et du fonctionnement du système nerveux, constituent une discipline scientifique en plein essor dont les applications potentielles en dehors des laboratoires sont multiples. Leur impact sur les différentes sciences humaines, qu’il s’agisse de la philosophie, de la psychologie, du marketing, des sciences de l’éducation, etc., s’accompagne aujourd’hui d’une intéressante apparition en droit. Les données des neurosciences suscitent un intérêt croissant en matière juridique, à travers l’utilisation des méthodes d’imagerie cérébrale ou la prescription de traitements neuro-pharmacologiques. Derrière les concepts de neuro-droit et de neuro-loi, néologismes permettant de traduire le terme anglo-saxon de « neurolaw », se dessinent de riches perspectives et de non moins intéressantes problématiques d’ordre éthique.

Mots clés : Neurosciences ; Expertise judiciaire (neurosciences) ; Dangerosité (neurosciences)

Abstract

Neuroscience, defined as the study of the structure and of the functioning of the nervous system, forms a scientific discipline in full expansion of which the potential applications outside research laboratories are numerous. Their impact on the different social sciences, that is philosophy, psychology, marketing, educational sciences etc. is today accompanied by an interesting appearance in law. The neuroscience’s datas arouse an increasing interest in the juridical (ou legal) sphere throughout the use of cerebral imaging methods or the prescription of neuropharmacological treatments. Behind the neuro-legal and the neuro-law, neologism allowing to translate the anglo saxon term “neurolaw” are emerging rich prospects and interesting issues linked to ethics.

Keywords: Neuroscience; Judicial expertise (neuroscience); Dangerousness (neuroscience)

Les neurosciences connaissent à l’heure actuelle un dévelop- pement spectaculaire, qui s’étend à l’ensemble des disciplines. Les recherches sur le cerveau imprègnent toutes les sciences humaines : la philosophie, la psychologie, le marketing, les sciences de l’éducation, etc. Le domaine juridique, lui-même, n’est nullement épargné par les avancées sur la physiologie du cerveau, les techniques d’imagerie cérébrale ou de biolo- gie moléculaire. Ainsi, depuis quelques années, les tribunaux de différents pays se sont appuyés sur des données neuros- cientifiques pour disculper ou pour confondre des prévenus de crimes graves. En France, où ce type de méthodes a long-temps été rejeté, la loi du 7 juillet 2011 est récemment venue autoriser l’emploi des techniques d’imagerie cérébrale dans le cadre d’expertises judiciaires. L’utilisation de ces techniques ainsi que la prescription de traitements neuro-pharmacologiques pour lutter contre la récidive intéressent bien évidemment la matière pénale. Mais au-delà du champ pénal, les neurosciences pourraient bouleverser notre conception de la personne dans toutes les branches du droit, en mettant en évidence les mécanismes neurophysiologiques par lesquels l’homme est un agent moral, plus ou moins rationnel, et qui sous-tendent l’intention, la volonté, la décision, le libre-arbitre, etc.

Aussi, les connaissances actuelles sur le cerveau humain ne risquent-elles pas de remettre en cause les modes de pensée juridiques et les concepts fondamentaux du droit ? D’après cer- taines expériences, nombre de nos actes, de nos décisions, de nos désirs et de nos perceptions sont déterminés par des proces- sus inconscients, sont préformés sur le plan neuronal. Dans ces conditions, quel rôle reste-t-il pour la conscience, la volonté, l’intention, le consentement libre et éclairé, l’engagement, la promesse, et les autres concepts fondamentaux de la théorie juridique ? Au-delà des répercussions qu’une telle interrogation peut avoir en philosophie, en psychologie, en psychanalyse, voire même en théologie, d’un strict point de vue juridique, comment pouvons-nous être responsables de nos actes si nous ne sommes pas libres ? Peut-on refonder la notion de responsabilité sur le déterminisme ? Ou faut-il au contraire renoncer à la notion de responsabilité et rendre la justice sur la base d’autres considé- rations ? Comment pouvons-nous prendre des engagements si nous sommes déterminés ? Comment pouvons-nous respecter nos engagements si les neurosciences démontrent que nous ne sommes qu’une succession de personnes dont le cerveau est plastique ? Car, comme le souligne Francois Terré, « Si je tiens mes promesses, est-ce parce que je suis toujours le même ? Ou est-ce parce que je veux le rester ? ».

De manière plus prosaïque, les avancées des neurosciences et les applications qu’elles rendent possibles soulèvent des ques- tions éthiques fondamentales. Et ce, d’autant qu’avec l’accès à la « boîte noire du cerveau », le plus intime de l’homme, son for intérieur, sa pensée et son identité sont en jeu. Par exemple, s’agissant de l’imagerie cérébrale, les craintes portent sur les nouvelles générations de détecteurs de mensonge et leur éventuelle utilisation par des employeurs ou des assureurs. De même, les discussions relatives à la « neuro-amélioration », par l’emploi de substances « compliférantes » (qui rendent dociles) ou, de substances susceptibles de modifier notre mémoire ou notre humeur, ne peuvent laisser indifférents. Enfin, le développement du « neuro-marketing », qui vise à identifier les mécanismes cérébraux sous-jacents aux comportements des consommateurs, n’est pas dénué de tout risque. C’est la raison pour laquelle d’encadrer la recherche et les traitements et, surtout, d’évaluer les répercussions sociétales de ces avancées.

En réalité, il en va des neurosciences comme de la langue d’Esope. D’un côté, ces avancées sont susceptibles de faire pro- gresser notre connaissance des mécanismes cérébraux, et donc de contribuer à l’individualisation de la justice en permettant d’identifier certains des facteurs présidant à nos comportements moraux. Mieux connaître le cerveau humain, mieux compren- dre l’individu, c’est aussi mieux le juger. Cependant, d’un autre côté, il convient de prendre garde au risque de détournement des neurosciences au service d’une justice utopique. Le droit ne doit pas être inféodé à la science ou, plus vraisemblablement, à une conception dogmatique de la vérité scientifique12. Ainsi, derrière les concepts de « neuro-droit » ou de « neuro-loi », néologismes permettant de traduire le terme anglo-saxon de « neurolaw », se dessinent de riches perspectives d’application (1.) et de non moins intéressantes questions d’ordre éthique (2.).

  1. Les perspectives d’application

De nos jours, les neurosciences envahissement progressive- ment les procédures judiciaires13, et plus particulièrement le procès pénal. Comme l’indique Christian Byk, « la pratique de la police scientifique, et notamment l’utilisation de l’ADN, a consisté jusqu’à présent à « faire parler » les indices de la scène du crime, tandis que les neurosciences ouvrent une autre voie : faire parler « objectivement » un individu sur sa participation à un crime ». De manière schématique, les principales appli- cations des neurosciences en matière pénale peuvent intéresser l’élément matériel et/ou l’élément intentionnel de l’infraction.

En premier lieu, concernant la preuve de la culpabilité, de nouvelles techniques liées au développement des neurosciences viennent aujourd’hui s’ajouter au classique test du polygraphe ou, détecteur de mensonge. Ces méthodes incluent l’imagerie thermale, l’empreinte du cerveau et l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). On considère que mentir demande davantage d’efforts que dire la vérité et provoque l’activation de davantage de zones du cerveau, ce qui se manifeste à l’écran. Ces procédés sont déjà utilisés à l’étranger, notamment aux États-Unis, au Canada, en Belgique ou encore en Allemagne. En 2008, en Inde, une jeune femme a été condamnée à perpétuité par le Tribunal de Pune pour l’empoisonnement de son ex-fiancé sur la base d’un examen d’imagerie cérébrale. l’essor des sciences du cerveau s’accompagne de l’émergence d’une nouvelle discipline, la neuro-éthique, qui a pour objet qui a pour objet d’encadrer la recherche et les traitements et, surtout, d’évaluer les répercussions sociétales de ces avancées.

En réalité, il en va des neurosciences comme de la langue d’Esope. D’un côté, ces avancées sont susceptibles de faire pro- gresser notre connaissance des mécanismes cérébraux, et donc de contribuer à l’individualisation de la justice en permettant d’identifier certains des facteurs présidant à nos comportements moraux. Mieux connaître le cerveau humain, mieux comprendre l’individu, c’est aussi mieux le juger. Cependant, d’un autre côté, il convient de prendre garde au risque de détournement des neurosciences au service d’une justice utopique. Le droit ne doit pas être inféodé à la science ou, plus vraisemblablement, à une conception dogmatique de la vérité scientifique. Ainsi, derrière les concepts de « neuro-droit » ou de « neuro-loi », néologismes permettant de traduire le terme anglo-saxon de « neurolaw », se dessinent de riches perspectives d’application (1.) et de non moins intéressantes questions d’ordre éthique (2.).

À ce jour, en revanche, ce type de techniques n’a encore jamais été mis en œuvre en droit français. Néanmoins, depuis une ving- taine d’années, la procédure pénale a profondément été modifiée par la science et la technique : empreintes génétiques, écoutes téléphoniques, systèmes de vidéo-surveillance, etc. Et dans la mesure où notre droit repose sur un principe de liberté de la preuve, il n’est pas impossible que, dans un avenir plus ou moins proche, les données des neurosciences soient jugées recevables par les tribunaux français. D’ailleurs, le Centre d’analyse stratégique et l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques s’intéressent actuellement à l’opportunité d’utiliser des données neuroscientifiques comme moyen de preuve. Cependant, outre le manque de fiabilité des ces techniques en l’état actuel des connaissances, les règles de la procédure pénale viennent encadrer et limiter le principe de liberté de preuve. D’une part, il est interdit aux experts de trancher une question relevant de la compétence exclusive du juge. C’est dire qu’un examen d’imagerie cérébrale ne pourrait, en aucun cas, tenir lieu d’unique preuve. D’autre part, la recherche de la vérité matérielle n’est pas la seule finalité du procès pénal. Différents objectifs peuvent venir limiter cette recherche. À titre d’exemple, on peut citer l’objectif d’équité et de loyauté, pouvant conduire au rejet de certains modes de preuve qui, quoique susceptibles d’établir la vérité sur certains faits, n’auraient pas respecté le principe du contradictoire et l’égalité des armes. On citera également le respect de droits fondamentaux tels que la dignité de la personne ou le respect de la vie privée, faisant obstacle à l’utilisation de techniques intrusives de preuve. Notre procédure pénale adopte donc une attitude de rejet face aux moyens d’investigations destinés à contraindre un individu à dire la vérité23. Mais, pourquoi ne pas envisager l’existence d’un droit à la preuve neuroscientifique pour celui qui en réclame l’application, étant rappelé que la liberté de se défendre selon les moyens de son choix fait partie des droits fondamentaux de la personne ?

En second lieu, les avancées des sciences du cerveau pourraient-elles contribuer à une meilleure évaluation de la crédibilité de témoins ou de victimes d’infractions ? .. Et, pourrons-nous aller jusqu’à prescrire la consommation de molécules neuro-pharmacologiques afin de raviver la mémoire de témoins ou de victimes ? Sur ce point, il convient de rappeler que la Cour de cassation rejette catégoriquement les techniques reposant sur la narco-analyse, par emploi du penthotal ou sérum de vérité24, ou par recours à l’hypnose. Toutes ces méthodes ne sont pas considérées comme suffisamment fiables, car elles sont susceptibles de générer des souvenirs erronés, illusoires, déformés, voire même suggérés par l’examinateur. Mutatis mutandis, il nous semble peu envisageable d’espérer que la neuro-pharmacologie pourrait garantir, par la levée d’une inhibition à la remémoration, la validité d’un témoignage.

En dernier lieu, l’expertise psychiatrique, effectuée aux fins de déterminer si un individu doit ou non être déclaré respon- sable de ses actes, peut faire place aux techniques d’imagerie cérébrale. Il semble, en effet, que l’altération de certaines zones particulières du cerveau puisse entraîner des comportements contrevenant aux règles morales et, par conséquent, juridiques. À partir d’un cas devenu célèbre, celui de Philéas Gage, ce contremaître qui avait reçu une barre à mine dans le cerveau, on en a déduit que le sens moral pouvait être localisé dans le lobe frontal du cerveau. Car, si cet homme avait survécu à l’accident, et conservé ses capacités intellectuelles intactes, il avait perdu tout sens moral. De fait, les tribunaux améri- cains admettent depuis longtemps la neuro-imagerie à différents stades du procès, mais la défense a obtenu ses meilleurs succès pour appuyer une demande d’atténuation de la responsabilité. En France, le juge pourra dorénavant utiliser l’imagerie céré- brale, à titre rétrospectif, pour vérifier l’existence d’une lésion ou d’une tumeur cérébrale. Ainsi, la loi du 7 juillet 2011 a inséré un nouvel article 16-14 dans le Code civil, aux termes duquel « Les techniques d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou dans le cadre d’expertises judiciaires. Le consentement exprès de la personne doit être recueilli par écrit préalablement à la réalisation de l’examen, après qu’elle a été dûment informée de sa nature et de sa finalité. Le consentement mentionne la finalité de l’examen. Il est révocable sans forme et à tout moment ». À la lecture des travaux préparatoires, il apparaît que cette réforme vise à objectiver un préjudice au niveau du cerveau pour évaluer la res- ponsabilité d’un individu sur le fondement de l’article 122-1 du code pénal30. Une irresponsabilité pénale pourra plus facilement être retenue si l’on peut mettre en évidence, clichés à l’appui, une « maladie du cerveau » et non pas seulement une « maladie mentale ». Les neurosciences pourraient alors modifier les relations déjà fort tumultueuses du couple criminalité–maladie, et redéfinir autrement la ligne de démarcation entre le normal et le pathologique.

Ainsi donc, les neurosciences envahissement peu à peu les prétoires, ce qui s’inscrit dans le cadre d’une évolution de la procédure pénale, reposant sur le postulat selon lequel la science peut concourir à la recherche de la vérité judiciaire. Cependant, il convient de prendre garde aux risques de détournement idéologique et aux tentatives de réduction de l’humain au tout biologique. Cela nous amène à envisager les problèmes éthiques que peut soulever l’application des neurosciences en matière juridique.

  1. Les enjeux éthiques

 Les questions éthiques soulevées par les applications des neurosciences conduisent à évaluer les risques qu’elles sont sus- ceptibles de faire courir à la personne humaine, à sa liberté et à sa dignité. De manière générale, l’une des grandes craintes suscitées par les neurosciences porte sur le fait qu’elles traitent les états mentaux comme des objets naturels, c’est-à-dire réductibles à des rapports de causalité, objectif identifié sous le terme de « naturalisation » par les philosophes. Partant de là, le danger d’un glissement vers le déterminisme biologique est souvent pointé. Or, qui dit déterminisme biologique, dit absence de responsabilité. Car, comment pouvons-nous être responsables de nos actes si nous ne sommes pas libres ? Certains auteurs se posent d’ailleurs aujourd’hui la question de savoir s’il ne fau- drait pas renoncer à la notion de responsabilité pour rendre la justice sur la base du conséquentialisme36. En réalité, il s’agit là d’un problème philosophique, qui ne doit pas avoir d’incidence en matière de responsabilité juridique. Au demeurant, les neu- roscientifiques considèrent, pour la plupart, qu’il n’existe pas de déterminisme total et que le cerveau, en vertu de sa plasticité, se fac¸onne au gré des expériences et du vécu de chacun. Aussi bien, comme souvent en matière scientifique, ce ne sont pas tant les découvertes qui sont problématiques, mais les applications que l’on peut en faire.

La plus polémique de ces applications est celle qui tente d’identifier des aires cérébrales impliquées dans l’apparition de comportements déviants. En filigrane, il s’agirait d’identifier les individus potentiellement dangereux pour la société. De fait, le concept de dangerosité, initialement développé par l’école positiviste italienne, retrouve aujourd’hui une place importante dans les textes. En matière pénale, le constat d’échec des systèmes juridiques dans l’éradication du crime a renforcé les tendances et la frénésie sécuritaires39. La propagation de la peur a facilité la transposition du principe MinorityReportde précaution en matière pénale, alors qu’il est issu de la matière civile. Evaluation et prévision de la dangerosité, utilisation d’algorithmes, etc., ces méthodes font déjà partie intégrale du paysage pénal anglo-saxon et de la lutte contre la criminalité, conformément aux anticipations futuristes de la nouvelle « Minority Report » écrite par Philip K. Dick dès 1956. En France, la détection des signes avant-coureurs de la délinquance chez les mineurs, l’instauration d’une peine de sûreté préventive pour garder en détention les criminels ayant purgé leur peine mais susceptibles de récidiver … Toutes ces évolutions de la société franc¸aise pourraient trouver un appui dans les neurosciences. Mais, elles sont inquiétantes, car elles font resurgir le spectre d’une société sécuritaire. La multiplication des dispositions à finalité préventive au nom de l’efficacité s’avère dangereuse pour les droits de la personne, sans compter qu’elle est difficilement compatible avec la présomption d’innocence. Au demeurant, selon les neuroscientifiques eux-mêmes, la prédiction ne peut être que probabiliste. Il existe des personnes victimes de lésions cérébrales qui, pourtant, ne présentent aucun signe de pathologie sociale quelconque43. D’ailleurs, peut-on se satisfaire d’une analyse biologique de l’individu indépendamment de son vécu, si tout est inné et acquis à la fois ?

Par ailleurs, l’engouement de notre société pour la transpa- rence peut s’avérer inquiétant. Le développement des sciences et des techniques a renforcé le sentiment que le voile qui recouvrait « la vérité des choses » pourrait enfin être complètement levé. Ainsi, certaines applications des neurosciences permettraient d’évaluer, non plus la dangerosité d’un individu, mais son absence de sincérité. Aux États-Unis, des sociétés proposent leurs services afin de détecter le mensonge, grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, dans le cadre de litiges avec des assurances, d’entretiens d’embauche, de recherches de personnes disparues, et ce en toute légalité. Et l’avenir nous réserve des systèmes plus époustouflants encore. Nonobstant, à supposer qu’il existe une technique absolument infaillible per- mettant de détecter le mensonge, doit-on lui accorder une place centrale dans le système juridique français ? Il ne nous semble pas dès lors que la recherche de la vérité n’est pas la seule finalité du droit. Le droit peut choisir de privilégier d’autres valeurs que la vérité matérielle, notamment l’intégrité physique, la dignité de la personne, la paix sociale, le droit à l’oubli, le droit au pardon, le respect de la vie privée, etc. Précisément, le cerveau de l’individu recèle des informations personnelles ayant un lien plus ou moins fiable avec ses caractéristiques cognitives ou ses pathologies. La protection des données issues de la recherche en neuro-imagerie suscite des questionnements similaires aux données génétiques car, de la même fac¸on, une violation de leur confidentialité exposerait le sujet aux convoitises des assu- reurs ou des employeurs. À ce titre, ces informations doivent être traitées avec la même confidentialité que toute autre don- née médicale ou personnelle. Au demeurant « la vie sociale serait invivable si par un miracle de science fiction, les humains devenaient transparents les uns aux autres ».

Au final, la ligne de crête est étroite entre deux écueils aussi dangereux l’un que l’autre. Le premier consisterait à faire preuve de complaisance à l’égard des réquisitoires « à la mode » contre la science. De tout temps, des données scientifiques ont pu être admises après avoir été réfutées et, ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut être plus demain. Les neurosciences pourront probablement, dans un avenir plus ou moins proche, recevoir d’autres applications dans le domaine juridique, sans que l’une ou l’autre de ces disciplines ne s’en trouve dénaturée. Le second écueil serait d’adhérer à l’illusion scientifique et au tout biologique. L’imprévisibilité des dangers qui nous entourent, le sentiment d’insécurité croissant, ne doivent pas conduire à une propagation de la peur et à l’illusion qu’il existe un moyen scientifique d’abolir le hasard et de prévenir les menaces : l’illusion de l’objectivité, de la certitude et du « tout-traçable ». Car, der- rière l’utilisation de ces techniques en matière juridique, peut se dissimuler le spectre d’une justice hygiéniste et prophylactique, d’une justice déshumanisée. Autrement dit, les neurosciences pourront être utiles à la justice si et seulement si elles permettent non pas de « construire des murs mais de lancer des ponts entre les individus ».

 

Il existe 2 revues anciennes de 2012 sur l’émergence du neurodroit commandé par le Premier Ministre d’alors …
http://archives.strategie.gouv.fr/cas/content/le-cerveau-et-la-loi-ethique-et-pratique-du-neurodroit-note-danalyse-282-septembre-2012.html
Avec un ensemble de pdf :
CerveauLoiNeurodroit2012
LeCerveauEtLaLoiEthiquePratiqueNeurodroit2012
PerspectivesScientifiquesEtLegalesSurlUtilisationDesSciencesDuCerveauDansLeCadreDesProceduresJudiciaires2009

Et un colloque à venir en mars 2019 de la Cour de Cassation :
CourDeCassationColloqueNeuroscienceBioethiqueMars2019

Quelques vidéos sur l’un des neuroscientifiques les meilleurs en vulgarisation, Laurent Koessler, PhD de l’Université de Lorraine (Nancy).

 

 

 

Sur les pages suivantes, lecture de la pensée pour l’année 2015 (ils lisent dans mes pensées et répètent).

singeIls m’ont pris pour un cobaye … Ils vont avoir le prix Nobel de Médecine ou de Physique … Ils ont trouvé la pierre philosophale. Le problème, c’est que le procédé a été confié à des mahbouls, des nazis. C’est une très grande effraction. On va redemander aux policiers français de se faire soigner.

Vendredi 23 janvier.
C’est un coup monté.

Samedi 24 janvier.
Tu veux te faire Carlier. Vous souffrez. On l’a bouffé.
Vous empestez. On est déphasé.
On vous fait penser. Tu as dépensé.

Lundi 26 janvier.
On en a marre de Trotski.
Cachan.
Tu as un toc.

Mardi 27 janvier.
Tu veux être riche. Ca vient de De Villepin.
Tu veux être Dodi. Tu vas être Dodi.
On a la haine.
On veut te remettre en scène.
Il faut que tu rencontres Salima.
Nous sommes nazis.
Erotomanie.

Mercredi 28 janvier.
Elle te hait.
Tu es une idole.
Elle pense à ton cul. T’as un bon cul.
Tu es un bouffon.
Tu te moques d’Adil.
On est rancunier. Nous sommes menteurs. Tu es menteur.
On va te chercher. Tu vas chercher.
Tu t’es rangé.
Tu es cerné.
Tu vas nous écrire un livre.

Jeudi 29 janvier.
Tu aimes Drucker ? C’est cette Drucker ?
Tu es un travailleur.
Tu veux faire Trotsky ?
Tu vas être Rousseau. Tu veux être Rousseau.
Tu es comme Mandela.
Ils vous ont insulté copieusement.
T’es son pigeon.
Elles ne comprennent pas. Tu ne les aimes pas.
Tu ne les aimes pas. Tu ne nous aimes pas.
Tu veux te faire Nina. Tu vas te faire Nina.
On ne te conteste pas. On ne te déteste pas.
Tu vas être professeur d’Université.

Vendredi 30 janvier.
On veut te foutre dans un Lycée. On va te forcer.
On est barjos. On est tes barjos.
C’est idole.

Samedi 31 janvier.
On est noir.
On veut faire de l’histoire. On est noir.
Tu vas être Ventura ?
Tu veux faire fou ?
On veut te caser.
On est des chiens.
Tu te sens seul.
Tu es Branson.
Nous sommes mahbouls.
Tu veux faire Trotski ?
Acteur.
On rêve.
Tu as la haine.
Tu vas bouffer Elise Lucet.
On a eu peur.
On te fait peur.
On t’a sonorisé.
Benattou.

Lundi 2 février.
Tu vas te faire foutre.
Tu enfermes Arlette Chabot.
C’est cette police.
Ca te fait peur.
On t’a entubé.
On t’a enfumé.
C’est une flicaille.
Il faut te bouffer.
Tu n’aimes personne.
On est rancunier.
Tu nous aimes ? Tu t’aimes ?
Tu t’aimes ? Tu aimes ? C’est une haine ?
Tu aimes ? C’est une haine ? Tu aimes ?
Acteur. Menteur. Nous ne t’aimons pas.
T’es un menteur. On t’envie. Nous sommes préfets. T’as une bonne vie.
Brutaliser.
Tu nous fais plaisir. On te fait la misère. Ils vont te faire plaisir. Tu vas être reporter.
Tu veux partir. Tu veux te repentir. On veut mentir. On veut te mentir.
Tu veux être acteur. Vous êtes menteurs. On te fait peur. T’es menteur.
Tu vas tuer des enfants. Qu’est-ce que c’est que ce cinéma ?

Mardi 3 février.
C’est des nazis.
Tu t’en fous de Marie. C’est une bourgeoisie. Tu es prolo.
Ils ne comprennent pas. On ne t’aime pas.
C’est tes clopes. Ca vient de tes clopes.
T’es un malade.
T’es un menteur.
Vous n’êtes pas fou ? T’es un fou.
T’es qu’un fou.
Vous êtes psychanalystes. Tu es un journaliste.
Il faut que t’arrêtes ça. C’est cette Saïda.
Tu vas faire Guy Bedos ?
On est ambivalent.
Nous sommes des salopes.
Tu vas être président.

Mercredi 4 février.
Le Moucheux.
Tu séchais.
Il faut que t’arrêtes. Tu t’entêtes.
Tu empestes.
Tu as aimé Faustine.
Tu emmerdes Le Moucheux.
Pignouf.
Fillon. On s’en fout de Fillon.

Jeudi 5 février.
Tu veux être acteur. Tu es menteur. Tu fais peur. On est persécuteur.
Nous sommes des chiens.
Ca commence à bien faire. Tu as à faire.
C’est ton Gharbi.
Tu veux faire acteur. Tu es menteur.

Samedi 7 février.
On est sérieux. Tu es vieux.
Vous êtes des chiens.
Tu ne te supportes pas.
Tu es témoin.
Tu veux être acteur. Tu es menteur.
Nous sommes ambivalents.

Dimanche 8 février.
C’est un spectacle. Ca va être un spectacle.
Tu te fais chier.
Tu nous intéresses pas. Tu n’intéresses pas.
Nous sommes fous ? Tu t’en fous ? Tu es un top modèle ? Tu veux nous tuer ? On est schizo.

Lundi 9 février.
Stuporeux.
J’hallucine.
On va te commenter.
Tu es un monstre.

Mardi 10 février.
Tu as Sonia.
On est professeur.
C’est ton actualité. Tu as une cropolalie.
On aime Benattou.
C’est pas obligatoire.

Mercredi 11 février.
T’es un fou.
C’est ta torpeur.
Tu es menteur.
T’es une vipère.
Tu as Farida.
Elles s’en foutent.
Tu es flic. Bernard Mabille.
Tu nous soutiens. Tu es Pio Marmaï.

Jeudi 12 février.
Tu embêtes Sonia. C’était Sonia.
On est fou.
Ils te font peur. On te fait peur.
C’est une torpeur.
Tu es professeur. Tu te fous de ta sœur. Tu enfermes ta sœur.
Tu mens.
Prognatisme.
On est hystérique.
On est hypocrite.
C’est un procès. Tu es avec Sonia. C’est un progrès.
Rousseau. Mongole. Tu vas faire Rousseau.

Vendredi 13 février.
Dépravé.
C’est ton enfer. C’est Naïma. Tu vas te faire foutre.
Un énorme crachat. Céline.
On va te combattre. On ment.
Tu veux te venger. On va te changer.
C’est cette paresse.
On a compris. Tu vas nous faire Baffie.
On rigole. Elle rigole. On est folle.
C’est cette chimie.

Mardi 17 février.
Tu es fou.
On se fout de ta gueule. T’es un menteur.

Mercredi 18 février.
Tu es Chaplin. Qu’est-ce que t’as encore fait ? Tu nous plais.
Tu nous menaces.
Tes idoles. On t’a publié. T’as publié.
Tu es mystifié.
C’est un gros juif.
Tu t’es encore foutu de moi.

Jeudi 19 février.
Tu es fou.
Henri Alleg. T’as pas peur.
On contrôle ce que tu fais.
Hahaha. Ca va exploser.
T’es un maniaque.
T’as une folie. C’est ta mélancolie.
Tu es un niais (3 fois).

Vendredi 20 février.
C’est une surprise. Tu es acteur. Tu es menteur. Nous sommes menteurs.
Tu es Premier Ministre. Tu vas être Premier Ministre. Tu es sinistre. Tu veux être Ministre.

Lundi 23 février.
C’est de la flicaillerie. Tu veux faire Chaplin.

Mardi 24 février.
Tu es fou. C’est révoltant.
T’es un fou.
Tu nous révoltes. Ca nous révolte.
Elles vont te bouffer.

Samedi 28 février.
Nous sommes communistes.

Mardi 3 mars.
C’est ta connerie. Tu te fous de Sanofi.

Mercredi 4 mars.
Hypocrite. Tu es psychologique.
Tu es psychotechnique.

Jeudi 5 mars.
Tu es nul. Tu es nul.
On regrette ce qu’on t’a fait.

Vendredi 6 mars.
On est totalitaire. On est tes supporters.
Tu es fou. On a l’espoir. On est fou.
Tu es un catho. On est fou.
Nous sommes catossil.

Samedi 7 mars.
Tu nous omnubiles. Nous sommes débiles.
Tu es belle.

Dimanche 8 mars.
Elle va se faire voir.

Mardi 10 mars.
Complotologie.
On va laminer.
Tu es Kouchnérisé.

Mercredi 11 mars.
C’est les Droits de l’Homme. C’est tes droits.
Antoine.
Tu es John Lecarré. On t’a payé.

Jeudi 12 mars.
On t’a outé. T’es une copine. C’est Martine.
Tu es une vedette (5 fois).

Vendredi 13 mars.
Tu es fou. Tu es un chien. C’est un chien.
Ca suffit.
Tu vas te casser.
Vous êtes mauvais. On est mauvais.
On n’a pas le droit de faire ça.
Tu es Schweitzer.
Tu es fou. C’est ton François.
Tu es Paul Quilès.
Tu nous rappelles Quilès.
Tu es Jeanne d’Arc.
Sarko, c’est un fou.

Mardi 17 mars.
Tu vas te suicider.
C’est une salope. Nous sommes des salopes.
Ce qu’on va te faire. On te sert.
Hahaha. Tu vas faire Marc Dugain.

Lundi 23 mars.
Ils s’en foutent. Tu es médecin.
C’est elle. Tu es Boucchima.

Mardi 24 mars.
On est jouasse.

Vendredi 27 mars.
On se fout de ta gueule.
Tu es indigné.
On te manipule. C’est faux. Tu as compris.
Qu’est-ce que c’est que tout ça ? On se foutait de toi.
Tu te sens seul. Tu t’es caché. Tu es fâché.
Tu es une bourrique.

Samedi 28 mars.
Tu remplaces Smaïn.

Dimanche 29 mars.
On se foutait de toi. On te croit.
Nous ne t’aimons pas. C’est mauvais. C’est parfait.
C’est du suicide. Tu vas te suicider. Tu aimes les gens.
C’est Bouziri. C’est Libération.

Lundi 30 mars.
Qu’est-ce que c’est que ça ?
C’est cette police.
Qu’est-ce que c’est que ça ? Pourquoi on a fait ça ?
On est bouffé. Qu’est-ce que c’est que ça ?
Tu es Nagui.
Moncef.

Mardi 31 mars.
Turmel. Georges Frêche.
Tu veux faire fou.
On sait ce que tu veux. Un procès.

Jeudi 1 avril.
On va te foutre en prison.
On va nous foutre en prison.

Vendredi 2 avril.
On est fou.
C’est une fête.
On ne t’aime pas.
C’est Flavie. C’est Baffie. Elle veut être ta fille.
Nous sommes des monstres.

Mercredi 7 avril.
Mitraillette.
On jubile.
Tu veux te défouler.

Dimanche 5 avril.
Tu es Ghannouchi.

Lundi 6 avril.
Tu es un râleur.

Mardi 7 avril.
Tu es Napoléon.
Nous sommes Martine.

Vendredi 10 avril.
Tu es rentier.
Tu es un métèque.
Tu ne travailles pas.
Tu es Mika.

Samedi 11 avril.
C’est la chimie.
Du balai.
Sofia.

Dimanche 12 avril.
Nina.

Jeudi 16 avril.
On veut te flinguer.

Vendredi 17 avril.
Tu es un crétin.

Lundi 20 avril.
Un hiatus.

Mercredi 22 avril.
Tu es sarkotique.

Samedi 25 avril.
Tal.
Bousquet.

Dimanche 26 avril.
C’est Salima.
Tu es Coluche.

Mardi 28 avril.
On est haineux ?
C’est Mayssa.
C’est Barré.

Mercredi 29 avril.
Tu fais mal.

Jeudi 30 avril.
C’est Saïma.

Vendredi 8 mai.
C Zina.

Lundi 11 mai.
Tu es menteur.

Jeudi 16 mai.
C’est négociable.

Dimanche 24 mai.
On t’a maltraité.

Lundi 25 mai.
C’est perpét.
Erotique.

Mardi 26 mai.
Tu es schizo.
Il faut te saquer (10 X).

Mercredi 10 juin.
C’est la graphomanie.

Lundi 22 juin.
HOLOLO. Fais. C’est star ?

Mardi 23 juin.
On gueule.

Mardi 7 juillet.
Tu es méchant. C’est Nicolas.

Vendredi 10 juillet.
C’est les ricanements.

Samedi 11 juillet.
C’est calmant.

Mardi 14 juillet.
On a arrêté. Tu vas judaïser.
Fais. C’est meskina. Fais.
Condorcet. C’est meskina.

Mercredi 15 juillet.
C’est Napoléon. On est pour toi.

Mercredi 22 juillet.
C’est shampoing.
Cherche.
C’est une copine.
C’est Razi.
C’est Asma. C’est Rama.
Connard. Pars.

Jeudi 23 juillet.
T’es un fou.
T’es un gros cul.

Lundi 27 juillet.
C’est Nina.

Jeudi 30 juillet.
C’est passé.
On t’a parasité.
Tu es payé.

Dimanche 2 août.
C’est faux. C’est Franco.

Lundi 3 août.
C’est Saval.
Déconne. C’est Burka.

Mardi 4 août.
C’est vacherie.

Jeudi 6 août.
Dieu.

Mercredi 26 août.
C’est Pinel. Pars. Sar.
T’es condé. On est condé.

Mercredi 9 septembre.
C’est pourri. C’est Khazzar.

Au centre du harcèlement, la manie délirante (manie-chaos), ou psychose logorrhéïque. Euphorie morbide. Joie euphorique.

Pour décrire ça un peu rapidement, les maniaques n’arrêtent pas de parler, parfois de façon très rapide, fatiguant l’interlocuteur (le rendant malade, déprimé), qui n’a rien demandé sinon le droit d’être laissé tranquille … signe d’une « joie euphorique », d’une euphorie morbide.
On dit des SS qu’ils étaient obscènes de santé. La psychose maniaque n’est pas avec spectre autistique comme les psychoses schizophréniques.

Cette logorrhée très irrespectueuse suffit à écarter les Drucker qui pourtant insistent …

Il existe une publication dont je cite les extraits ici :
Etat maniaque et état d’agitation : Une étude diachronique. Par des psychiatres de Maison-Blanche. Elle aborde les notions suivantes :

  • Tachypsychie.
  • Ludisme.
  • Désinhibition.
  • Hypersyntonie.
  • Logorrhée d’intensité maniaque.
  • Psychopathie.
  • Impulsivité.
  • Chant, incohérence, Cris, Désordonné.
  • Rire.
  • Extravagance.
  • Loquacité.
  • Scandale.
  • Attroupement.
  • Quérulence obscène-ordurière.
  • Violence.
  • Hystérie.
  • Troubles du caractère.
  • Exubérance.
  • Grivoiserie.
  • Agitation.
  • Excitation.
  • Etats d’agitation.
  • Prodigalité.
  • Turbulence.
  • Désordre-désordonné.
  • Délire, délirant.
  • Plaisanterie.
  • Facéties.
  • JACASSERIE.
  • Opposition.
  • Hostilité.
  • Subexcitation.
  • Agressivité. Agressivité importante.
  • Atypique.
  • Psychose périodique.

Publication très éclairante :
La manie : apports historiques et réflexions psychanalytiques.
Mania: Historical contributions and psycho-analytics reflections.

par Nicolas Brémaud (Psychologue clinicien, docteur en psychopathologie, Membre associé du Laboratoire recherches en psychopathologie « Nouveaux symptômes et lien social » de l’Université de Rennes).

Résumé. Objectifs. –L’auteur vise à montrer en quoi la manie ne peut être considérée comme un simple « trouble de l’humeur » mais bien plutôt comme relevant du champ des psychoses. Méthode. – Une revue de la littérature aidera le lecteur à saisir le passage entre la manie-chaos, la manie-folie– décrite dans le menu de ses symptômes au cours du 19ème siècle – et la manie pensée, notamment avec Henri Ey, lecteur de L. Binswanger, puis avec J. Lacan. Résultats. – On découvre qu’un certain nombre de traits dits typiques de la manie (euphorie, excitation, fuite des idées, etc.) sont à considérer comme des phénomènes élémentaires psychotiques dus à l’absence de point de capiton dans la chaîne du langage. Le caractère de « fuite », présent dans toute la symptomatologie de la manie, met en relief la dimension de la pure métonymie, l’absence du caractère métaphorique du langage, la « non-fonction de l’objet a », selon l’expression de Lacan, signant ainsi la structure psychotique de la manie. Le sujet dérive dès lors sans frein dans la chaîne des signifiants. Discussion. – Est donc discutée l’appartenance de la manie au registre de la psychose, sur le caractère délirant de la manie, sur ce que l’on peut considérer comme délirant dans cette psychose qui semble pourtant se démarquer nettement d’autres formes de psychoses. Est discuté également le lieu de localisation de la jouissance au regard de la schizophrénie et de la paranoïa. Conclusion. –Manie et folie, manie et délire, étaient confondus au 19ème siècle. Aujourd’hui on l’évoque peu, ou alors on l’évoque comme « trouble de l’humeur ». Pourtant un certain nombre d’éléments (la dimension métonymique du langage, l’absence de « point de capiton », etc.) permettent de l’envisager comme une psychose.

1.     Introduction.

La manie, nous le verrons, est une psychose, qui ne doit pas être réduite à un « trouble de l’humeur » –, la manie semble avoir assez peu le vent en poupe.

Alors qu’à une époque (19ème siècle) la quasi-totalité des travaux portait sur la manie (raisonnante, délirante, sans délire, etc.) puisque manie et folie se confondaient, aujourd’hui elle a quasiment disparu des manuels de psychiatrie.

2.     Revue de la littérature : 19ème siècle.

Faire l’histoire de la manie serait faire l’histoire de la folie, les deux termes ayant été longtemps synonymes.

Pinel [3]. En 1809, celui-ci tente de préciser les contours de la manie : La manie, espèce d’aliénation la plus fréquente, se distingue par une excitation nerveuse, ou une agitation extrême portée quelquefois jusqu’à la fureur, et par un délire général plus ou moins marqué, quelquefois avec les jugements les plus extravagants, ou même un bouleversement entier de toutes les opérations de l’entendement.

Esquirol va serrer « de plus près le sens du terme “manie” sans toutefois le préciser complètement » [5].

« une affection cérébrale, chronique, ordinairement sans fièvre, caractérisée par la perturbation et l’exaltation de la sensibilité, de l’intelligence et de la volonté » [6].

Le tableau du maniaque est en effet pour Esquirol celui d’un malade « qui présente l’image du chaos, dont les éléments mis en mouvement se heurtent, se contrarient sans cesse pour augmenter la confusion, le désordre et l’erreur (…). Les sensations, les idées, les images se présentent à son esprit sans ordre et sans liaisons (…) ; il ne peut fixer son attention sur les objets extérieurs (…).

Avec Georget en 1820, la manie prendra très nettement un caractère délirant :

C’est un « délire général, s’étendant à tout ; sensations, idées rapides, confuses, incohérentes, avec exaltation, agitation, exprimées par des mouvements désordonnés, des cris, des chants, des menaces ou de la fureur. Le maniaque semble vivre dans un autre monde (…). L’exercice des facultés intellectuelles offre l’image du chaos » [7].

Chez un très grand nombre de maniaques, le délire est général, les idées sont sans fixité, mais sans qu’on puisse y remarquer la prédominance d’une pensée quelconque » [8].

Là encore, donc, comme chez Georget, le caractère délirant est mis en avant, et les symptômes communs à toutes les formes de manie restent essentiellement l’excitation, l’exaltation, la labilité des idées, etc.

Dans les années 1850–1851, J.-P. Falret [9] désignera lui aussi les maniaques comme des sujets « atteints d’aliénation générale avec excitation ».

Ici, « penchants, sentiments, intelligence, volonté, toutes les facultés bouleversées présentent l’image du chaos. Une agitation intérieure, source de l’agitation extérieure, produit un tourbillon d’idées, de sensations, d’impulsions, d’émotions, qui ne permet de se fixer nulle part, et qui enlève à l’esprit toute liberté de choix (…). C’est un état de suractivité de l’intelligence, dans lequel les idées surgissent si vives, si animées et si nombreuses, qu’elles échappent à toute règle et à toute combinaison ».

C’est encore la manie-chaos, la manie-folie, mais Falret – qui a su écouter les malades, la forme de leur discours – insistera judicieusement sur la question des associations d’idées, effectivement si spécifiques aux maniaques : « l’association des idées, qui joue un très grand rôle dans ce délire, est constamment en action ; mais il est digne de remarque que les idées se lient beaucoup plus par les rapports secondaires de mots et de sons que par les rapports logiques ; souvent même, il semble qu’aucun lien n’unisse entre elles les idées qui paraissent surgir spontanément ; mais cette incohérence est plus apparente que réelle, et tient à ce que le travail de la pensée est plus rapide que sa manifestation, et à ce que beaucoup de chaînons intermédiaires échappent à l’observateur ».

Foville (fils), en 1875, considère que la manie doit être absolument distinguée du délire maniaque. Pour l’auteur le délire maniaque est un « état général d’exaltation des idées, des sentiments, des actes » qui s’observe « dans plusieurs formes d’aliénation mentale » [12]. Aussi le délire maniaque n’est-il dans sa conception « qu’un symptôme accidentel, temporaire ou accessoire ». Il distingue donc le délire maniaque de l’entité « manie simple » (ou « essentielle ») qui est « le type de la folie générale avec excitation (…). L’exaltation maniaque en constitue le symptôme principal et spécifique ». Les symptômes les plus repérables de la manie demeurent l’agitation, l’incohérence, l’extrême rapidité des associations, et pour Foville contrairement à d’autres « les hallucinations et les illusions sont l’un des symptômes les plus fréquents ». Dans l’excitation maniaque les symptômes sont « beaucoup moins accusés », à l’état d’esquisse simplement : « Ce n’est pas l’état normal, et il est difficile cependant de dire que ce soit un état de maladie ». Quant à B. Ball (1880), il définit également la manie dans sa onzième Leçon comme un délire généralisé, avec surexcitation, besoin irrésistible de mouvement, de parler, mobilité des idées, etc. [13].

La pensée est envahie par un « déluge d’idées, un torrent d’images et de souvenirs », le sujet se montrant « incapable de fixer son esprit sur un objet quelconque ».

C’est ici l’un des critères majeurs de la manie : Le « défaut d’attention ». Toutefois, si la mobilité, la labilité de la pensée, le défaut d’attention caractérisent la manie, il ne faudrait pas en conclure selon Ballà une forme d’incohérence, car « les idées s’attirent suivant les lois normales de l’association des idées ». Par contre, « l’esprit fait des sauts, des bonds (…), les malades changent de sujet à chaque instant », ils sont d’une « loquacité intarissable », ce qui donne parfois à l’interlocuteur le sentiment d’une incohérence ou d’une forme de confusion mentale.

Déjà en 1865, W. Griesinger y avait consacré une cinquantaine de pages dans son Traité des maladies mentales [14] ; il y distinguait notamment la manie de la monomanie exaltée.

En 1888, H. Schüle [15], dans son Traité clinique des maladies mentales, séparait quant à lui la manie en deux groupes : dans un premier groupe (« manie douce ») « il y a conservation relative de la conscience ; les mouvements semblent intentionnels, et les idées s’enchaînent logiquement (…). Dans le deuxième groupe, la conscience est primitivement altérée, et ce trouble profond peut être comparé à un état de rêve ; la direction psychique se perd (…) ».

Krafft-Ebing [16], en 1897, répartit lui aussi la manie en deux formes cliniques, qui ne diffèrent que par leur degré : l’exaltation maniaque et la fureur maniaque. L’exaltation maniaque se présente comme « un phénomène d’état. Comme telle elle représente un stade prodromique ou de rémission de la folie furieuse, ou un stade de transition de la folie circulaire et hystérique ».

Quant à la folie furieuse, la « fureur » y apparaît comme un « simple symptôme ; la folie furieuse est un état morbide déterminé et appartenant au cadre de la manie (…). Le symptôme déterminant de la folie furieuse, c’est l’accélération des opérations psychiques qui peuvent devenir échevelées en même temps que le Moi du malade a perdu toute direction », et les phénomènes les plus importants « sont représentés par les symptômes de la sphère psychomotrice ». Il faut bien sûr lire également la belle leçon que donnera plus tard (1907) E. Kraepelin sur « L’excitation maniaque » (la manie y est conçue comme une « phase de la folie maniaque-dépressive ») [18].

3.     Du Traité de G. Ballet (1903) au Précis d’E. Régis (1923).

Pour poursuivre avec la littérature française sur ce sujet, venons-en maintenant au grand Traité de pathologie mentale [19] de G. Ballet (1903). D. Anglade y considère que « la manie est l’expression la plus saisissante de la désorganisation psychique ». Le remarquable, chez le maniaque, c’est que « rien n’est dissimulé. Un besoin immodéré de penser, de parler et d’agir se donne libre carrière », Anglade rappelant alors un mot de Magnan qui proposait, pour le maniaque, la formule : « tout au dehors ». Sur le plan du délire, l’auteur constate que les idées délirantes n’ont qu’une « place secondaire » dans le tableau clinique, et ne sont pas systématisées ; quant aux hallucinations, elles semblent « plus rares ».

Pour Anglade, le maniaque manque de frein. En effet, « ce qui caractérise l’état mental du maniaque, c’est l’irritabilité, l’impossibilité de fixer l’attention, l’incohérence de la pensée, qui résulte d’une trop grande rapidité dans la succession et l’association des idées ». La volonté, dans la manie, ne réfrène rien, elle paraît impuissante : l’« action frénatrice devient impossible et fait place à l’automatisme cérébral » (logorrhée, fuite des idées, etc.).

Travaux de Kraepelin (édition du Traité de 1904) : « le caractère symptomatique qu’il remet en valeur n’est pas compris de manière aussi superficielle que par les anciens auteurs. Son analyse est minutieuse, elle ne se borne pas à cette apparence toute extérieure qui suffisait à Pinel ; il dissèque les accès, et arrive ainsi à faire reconnaître que chaque forme de manie ou de mélancolie présente trois éléments : pour la manie ces éléments sont : 1) la rapidité des idées ; 2) l’élévation de l’humeur ; 3) le besoin d’activité ».

Binet et Simon se montrent ensuite critiques vis-à-vis des auteurs qui ont trop insisté sur l’excitation psychomotrice dans la manie :

« les auteurs, trop souvent, schématisent à outrance ; décrivant un accès de manie, ils insistent à l’excès sur l’excitation psychomotrice. C’est un des symptômes, ce n’est pas le seul. Le maniaque en présente fréquemment d’autres qui sont d’un caractère tout différent, des hallucinations par exemple, des conceptions délirantes, des idées de grandeur, des idées de persécution, des préoccupations hypocondriaques, toute une symptomatologie agitée et confuse (…) ».

Dans le fond, pour Binet et Simon, le « degré extrême d’excitation » si caractéristique dans la manie, « intéresse tous les appareils : intelligence, motilité, affectivité » (« l’excitation est l’état fondamental » de la manie). On note une abondance de paroles, de gestes, de cris. Du côté de la parole par exemple, c’est « un flux de paroles que vous ne pouvez interrompre », « c’est le hasard des associations d’idées, c’est le coq-à-l’âne le plus échevelé ».

L’un des points importants à relever, selon les auteurs, pour le diagnostic différentiel, est le suivant : « même au plus fort de son agitation, il reste encore en communication avec nous ». Mais c’est une « incohérence d’idées », c’est un sujet qui semble avoir perdu tout contrôle, qui a perdu « la direction » – ce qui peut amener à le confondre avec une confusion mentale –, un sujet qui laisse tomber à qui veut l’entendre « des idées détachées, fragmentaires, dont l’ensemble est dénué de sens ».

Séglas, dans une intervention faite à la Société médico-psychologique (27 juin 1910), expose ses idées sur la manie. Il reprend les symptômes typiques des différentes formes de manies : 1) petits accès d’excitation à forme raisonnante ; 2) type maniaque proprement dit ; 3) exclusivité des troubles du mouvement, ces symptômes étant : euphorie, gesticulations, désordres des actes, logorrhée incessante, fuite des idées, assonances, mobilité des impressions et des sentiments, succession d’actes incoordonnés, etc. Dans toute la symptomatologie de la manie (symptomatologie qui recouvre essentiellement l’agitation motrice, la fuite des idées, et l’euphorie), Séglas va s’arrêter plus spécialement sur un seul symptôme, celui qui concerne « l’état affectif », à savoir : « l’euphorie, l’exaltation du moi ». D’ailleurs il adhère à l’idée de Kraepelin, qu’il cite : « l’inconstance de caractère et la fréquente variabilité de l’humeur sont seules caractéristiques de la manie ».

Début de 20ème siècle, celle d’E. Régis [22] et de son célèbre Précis de psychiatrie (1923). Régis subdivise la manie en manie aiguë (typique, et subaiguë : excitation maniaque, hypomanie), et manie chronique (simple, et avec délire systématisé secondaire). Pour aller à l’essentiel, disons que pour Régis la forme typique de la manie (aiguë) consiste en une « psychose généralisée caractérisée par une surexcitation psychique violente et désordonnée ». Ici, c’est comme si le fonctionnement mental était « soustrait au contrôle de la volonté », lequel paraît « opérer au hasard et sans frein ». Il en résulte dès lors un « défaut d’enchaînement dans les idées (…), et une suractivité de l’association automatique des représentations mentales ». L’une des thèses qui est affirmée est qu’« il n’y a pas à proprement parler de délire chez les maniaques », le délire y est quasi impossible du fait de la « mobilité extrême des idées ».

4. Henri Ey (1954) : la production subdélirante dans la manie.

C’est donc à partir de la seconde moitié du 20ème siècle, que l’on va pouvoir lire, sous la plume d’Henri Ey, l’étude la plus complète sur la manie (en France du moins), à savoir l’Etude psychiatrique n◦21 [5]. La manie, en effet, y est là pensée. Elle n’est plus simple collection de symptômes, mais « forme d’existence tumultueuse », une « modalité de déstructuration de la conscience », Henri Ey s’attachant avant tout à caractériser l’« être maniaque », qui peut être résumé par ces deux termes : « jouer et jouir ». Tâchons ici de tirer les idées fortes de cette étude longue de soixante-dix pages. D’abord, Henri Ey part d’une définition : « on appelle classiquement “manie” un état d’excitation psychique caractérisé par l’exaltation de l’humeur et du ton affectif, l’agitation motrice et une extrême volatilité de la vie psychique ». À partir de là, il va détailler dans un premier temps l’aspect, l’attitude, la présentation du maniaque. Ensuite, il s’intéresse à l’excitation psychomotrice et au langage maniaque. Sur ce dernier point, qui nous intéresse particulièrement, Ey souligne que le langage comporte des symptômes très « frappants », très caractéristiques : « ellipses, jeux de mots, assonances, exclamations, onomatopées », etc. Le langage du maniaque y est décrit comme « flot de paroles, logorrhée, volubilité, bavardage oiseux, prolixe, qui se dévide sans fin en propos digressifs ». Cette agitation, cette précipitation sur le plan du langage, se retrouve aussi sur le plan moteur, dans la mimique, la gestuelle, une agitation qui « empêche l’accomplissement des actions ordonnées et régulières ». C’est ici qu’Henri Ey fait intervenir la dimension du « jeu » maniaque, car dans cette agitation, dans cette « activité stérile (…) le malade se dépense frénétiquement comme un enfant ; il “joue” des scènes, improvise des scénarios, des dialogues (…). Le maniaque se divertit d’éléments, d’objets et de situations empruntés au monde extérieur : il se plaît à manipuler la réalité, il s’amuse avec les personnes de son entourage (…). Il n’est pas rare de voir les maniaques jouer “comme un enfant”, prendre un langage puéril (…) ». Henri Ey n’évoque pas à proprement parler la manie chez l’enfant – sujet peu traité –, mais il souligne que « c’est à la pensée de l’enfant que nous renvoie la manie, à cette forme d’existence de jeu, d’entrain endiablé et d’insouciance qui fait du maniaque un petit enfant qui déploie son existence dans les espiègleries et l’exubérance d’une vie affective effrénée ». Il faut signaler ici que ce point avait été relevé en 1911 par K. Abraham dans son étude sur la « folie maniaco-dépressive » [25] : « l’absence d’inhibition [chez le maniaque], écrivait Abraham, donne accès à des sources de plaisir anciennes jusqu’alors réprimées : c’est par là que la manie nous découvre ses racines infantiles (…). Un certain nombre de traits authentifient la ressemblance de la manie avec la psyché enfantine » (absence de contrainte logique, jeux de mots, « intérêt pour le son des mots au détriment de leur sens », plaisanteries diverses permettant au sujet d’accéder à des « jouissances habituellement réprimées », gaîté insouciante, etc.).

Après le chapitre consacré à l’excitation psychomotrice du maniaque, Henri Ey traite de la tachypsychie, de la fuite des idées. Si la pensée et le débit verbal du maniaque sont rapides, cette pensée selon Henri Ey prend un caractère de superficialité : l’attention (« le malade va d’une idée à l’autre sans pouvoir se fixer sur aucune »), la concentration, la réflexion étant particulièrement altérées, la pensée semble rester en surface. La « fuite des idées » doit être conçue selon Ey comme « une forme d’existence tumultueuse » : c’est un « tourbillon sans fin, sans but et sans ordre, emportant dans son mouvement vertigineux les images qui foisonnent, les mots qui se pressent, les souvenirs qui affluent (…) ». Cette forme d’existence constitue « le fond même de l’état maniaque, c’est-à-dire les relations du maniaque avec son Monde ». Le quatrième point abordé par Henri Ey est relatif à « l’anarchie instinctivo-affective ». Le sujet maniaque se caractérise en effet par la « triomphante orgie que la vie émotionnelle prend comme une revanche ou une révolte contre les instances de contrôle et de contrainte ». Le cinquième point concerne la question de la « production subdélirante ». Si classiquement l’on n’évoque guère – ou pas du tout – le délire dans la manie (comme si elle n’était qu’un « trouble de l’humeur »), Ey quant à lui considère qu’il y a indubitablement délire, ou du moins production subdélirante, délire naissant. Ainsi : « même dans les manies les plus simples et les plus pures, la “fuite des idées”, l’exaltation imaginative, les propos narratifs et inventifs, la fabulation, et surtout la fantaisie ludique des rapports qui lient le Monde au Moi du maniaque sont déjà un délire naissant, c’est-à-dire valent déjà pour une certaine distorsion de la réalité vécue et pensée ». Là où, dans les autres formes de psychoses délirantes, les conceptions, les constructions délirantes paraissent sinon systématisées, du moins persistantes et « fixes », dans le délire maniaque, dans la « fabulation verbale » du maniaque, les constructions délirantes demeurent généralement fugaces, mobiles, et floues. Disons que si pour Henri Ey la manie est bien une production « subdélirante », tous les degrés peuvent s’y rencontrer. Sur le terme même de « délire », pour la manie, Ey se montre prudent. S’il fallait caractériser la dimension délirante dans la manie, qui se démarque, on l’a dit, très sensiblement des délires d’autres psychoses (paranoïa, mélancolie, schizophrénie), l’on pourrait dire au fond que « c’est plutôt l’apparence du délire que l’on rencontre dans les états maniaques. On pourrait en effet, en faisant toutes réserves sur le mot délire, que nous estimons ici être inexact, dire que le délire maniaque est un délire de rêverie et de jeu ». Ici, Ey va préciser ce qu’il entend par ce « jeu délirant idéo-verbal » du maniaque. L’expression est intéressante et pertinente cliniquement, mais est-elle suffisante pour établir un diagnostic différentiel ? Il semble que la dimension délirante du maniaque réside dans un « défaut de liaison conceptuelle des représentations », dans la « substitution aux liens logiques de relations de moindre valeur telles que réminiscences verbales », dans les « associations par assonances, inductions rythmiques ». Par ailleurs, du côté de ce que Ey nomme « structure positive de la manie », l’on retrouve aussi dans le comportement de jeu : gesticulation, mimique, grimaces, maniérisme, emphase, puérilité, etc. Toute cette symptomatologie ne peut-elle pas se retrouver également dans certains tableaux de schizophrénies ? De même, pour le maniaque « le monde n’est pas sérieux, ses fantaisies sont vécues comme une réalité sans réalité (…) », et au final la manie caractérise cette « impossibilité d’adhérer au vrai réel ». Autant d’expressions qui là encore peuvent faire songer à d’autres formes cliniques de psychoses. Mais laissons cette question en suspens pour l’instant. Ainsi la manie est-elle délirante au sens donné plus haut par Henri Ey, mais son degré de « déstructuration de la conscience » serait moindre que celui rencontré dans d’autres psychoses. Toutefois, bien que moindre, la manie fait valoir sans conteste pour Henri Ey une « modification structurale de la conscience d’un niveau de dissolution globale et non point (…) d’un trouble fonctionnel isolé (« attention » ou « humeur »). En réalité c’est la structure générale de l’esprit qui est bouleversée, la pensée (…) s’étale en surface ». Tout ceci, tout ce qui précède, concerne spécifiquement la manie dite « typique ».Dans un second temps Henri Ey va traiter des manies « atypiques » (délirantes et hallucinatoires, confuses et incohérentes, chroniques). Les symptômes classiques vus plus haut (fuite des idées, logorrhée, euphorie, etc.) sont « renforcés » dans la manie délirante et hallucinatoire. Mais l’essentiel pour Ey est de mettre surtout en relief ce que Séglas avait nommé « délire verbal », un délire « mobile fait de redondance verbale, de “clinquant” », dit Henri Ey, une « verbosité délirante qui ne suppose qu’un minimum d’organisation thématique ». En accord avec certains auteurs vus précédemment (entre autres Marcé, Foville), Henri Ey constate qu’il y a des cas de manies qui constituent de « véritables expériences délirantes et hallucinatoires ». Il cite alors le sentiment d’élation et de toute-puissance, le délire d’influence, l’idéation exaltée, ces sujets qui se sentent habités par un esprit divin, la présence de thèmes délirants prophétiques et mystiques, parfois d’idées de persécution, ou d’idées hypocondriaques. Il précise enfin le mécanisme d’édification de ces délires maniaques : Généralement, il est « verbal, fabulatoire, imaginatif, intuitif et interprétatif ». Il n’a jamais été évident, pour quiconque, de se prononcer précisément sur la question du délire dans la manie – sur sa « nature », son « contenu », sa « spécificité » –, de repérer ce qu’il pouvait y avoir de délirant dans la manie. L’on a vu que même pour Henri Ey cet exercice ne semblait pas aller de soi. Lorsqu’on évoque les possibles délires d’influence dans la manie, les idées délirantes prophétiques, hypocondriaques, leur « mécanisme » intuitif ou interprétatif, etc., on ne peut s’empêcher de penser que les frontières – si frontières véritables il y a – d’avec les autres formes de psychoses semblent bien minces. Le diagnostic différentiel avec la confusion mentale, de même, apparaît de plus en plus compliqué : « entre confusion et manie, écrit Henri Ey, il y a une différence de niveau (…). Il ne peut, bien entendu, s’agir de deux maladies distinctes (…). La clinique nous offre tous les jours des cas où le diagnostic entre manie et confusion est strictement impossible ».

À bien y réfléchir, de toute cette symptomatologie parfaitement décrite par les classiques, comme par Henri Ey, il ressort que l’excitation psychique, l’agitation motrice, l’exaltation de l’humeur, et même la labilité extrême de la pensée, la « fuite des idées », etc. se rencontrent aussi – plus ou moins durablement, de façon plus ou moins marquée – dans d’autres formes de psychoses. Alors sur quoi mettre l’accent ? Qu’est-ce qui, spécifiquement, nous permettrait de rendre compte de la manie comme relevant du registre de la psychose ? Car c’est là un point incontournable et une question éthique, utile et même nécessaire pour la pratique ; il est en effet très différent de considérer la manie comme un trouble de l’humeur ou de la considérer comme appartenant au champ des psychoses.

5. J. Lacan : la manie, retour mortel du langage dans le réel.

Un élément est à souligner. Il concerne la fameuse « fuite » (des idées). Au fond, la « fuite »n’est justement pas seulement celle des idées ; la « fuite » semble concerner la manie tout entière, si l’on peut dire ; elle signe même à notre sens la structure de la manie dans son ensemble ; une sorte de fuite en avant qui s’exprime autant dans le registre des idées (idéorrhée), de la parole (intempérance de langage, logorrhée, lallomanie), des diverses productions (graphiques ou autres) que dans le registre du comportement, des actes maniaques. Tout est fuite, tout semble fuir sans aucune retenue. J. Oury disait que « dans l’existence maniaque il y a trop d’ouvert » [30], et cela semble effectivement tellement « ouvert » que rien ne semble pouvoir venir colmater cette fuite. La question qui se pose alors est la suivante : Qu’est-ce que cette fuite ? Que nous indique-t-elle du sujet, et de sa structure ? Fuite de quoi et devant quoi ? La désinhibition, l’euphorie (la dite « joie »maniaque), l’excitation, l’exaltation, l’élation maniaques, sont les manifestations, les symptômes les plus visibles, et les plus typiques de la manie.

Mais interrogeons-nous sur ce que nous indique, et ce que nous enseigne cette « excitation » du point de vue de la structure. Lacan disait en 1970 : « Suivre la structure, c’est s’assurer de l’effet du langage » [31]. Eh bien en ce qui concerne la manie, en ce qu’il nomme plus précisément « l’excitation maniaque », Lacan considère que cette « psychose » (il emploie le terme) rend compte très spécifiquement du « retour dans le réel de ce qui est rejeté du langage », et que ce retour dans le réel se fait même « mortel » [32]. Le « retour dans le réel » chez Lacan, on le sait, renvoie à la psychose, dans la mesure où ce qui ne fut pas symbolisé (forclusion, et non refoulement ou déni) resurgit, revient tôt ou tard – pas toujours mais souvent – faire son apparition dans le « réel » (l’exemple princeps est celui des hallucinations). Ce « retour » dans le réel, qui peut être entendu comme un effort de localisation de la jouissance – qui, sans cela, se trouve débridée, dérégulée – connaît des variations selon la structuration du sujet, selon son rapport à l’Autre, au langage, au corps, etc. On peut dire, et constater cliniquement, que ce « retour », cette localisation de la jouissance, se fait principalement dans le corps du côté de la schizophrénie (phénomènes hypocondriaques, délire de corps, vécus de dissociations, « langage d’organes » selon les mots de Freud), et dans l’Autre du côté du paranoïaque (l’Autre omniprésent et omniscient le persécute, le regarde, l’observe, le commande, le menace, etc.). Nous allons voir où, dans la manie, se localise la jouissance. Prenons notre point de départ en amont de cette référence au texte « Télévision » qui date de 1973. Dans les années 1955–1956, dans son séminaire sur Les psychoses, Lacan posait la question : « comment un discours tient-il debout ? » [33]. Dans la psychose en effet, de manière générale l’auditeur peut rapidement se dire : « Ca ne tient pas debout ! ». Et dans la manie il est bien difficile de suivre les propos du sujet tant le rythme de la parole s’accélère, tant les idées passent subitement de l’une à l’autre. Lacan répond qu’un discours ne peut tenir debout sans le « point de capiton ». Sans ce point de capiton, ça ne tient pas debout, et alors « le sujet dépersonnalise son discours » [33]. Et précisément, le Nom-du-Père est le point de capiton essentiel, celui qui fait tenir l’ordre symbolique, qui lui donne un cadre, qui fait entrer le sujet dans un processus d’historisation, (« le Nom-du-Père a la fonction de signifier l’ensemble du système signifiant » [34]), c’est l’élément qui fait « point de capiton entre le signifiant et le signifié » [33], qui établit et maintient cet équilibre, arrêtant ainsi le glissement de la signification, laquelle sans cela peut fuir indéfiniment. Dans la psychose, cet élément, ce signifiant Père étant forclos, rejeté de l’univers symbolique du sujet, « le signifiant et le signifié se présentent sous une forme complètement divisée » [33] ; il y a séparation, non articulation, absence du ciment entre signifiant et signifié. Une référence connue de Lacan au sujet de la manie se trouve dans le séminaire X sur L’angoisse. Lacan y avance ceci : « dans la manie (…) c’est la non-fonction de a qui est en cause (…). Le sujet n’y est lesté par aucun a, ce qui le livre, quelquefois sans aucune possibilité de liberté, à la métonymie pure, infinie et ludique, de la chaîne signifiante » [35]. Cet « objet » petit a qui est un « reste » réel, n’entrant pas dans le registre du symbolique, est produit lorsque le sujet entre dans le « discours ». Si tout sujet entre nécessairement dans le langage – car le monde des signifiants, le langage comme tel, préexiste à tout sujet – tout sujet n’entre pas nécessairement dans le discours, au sens du « lien social » (c’est la même chose pour Lacan). Le psychotique, hors discours, n’a pas perdu cet objet (objet « cause du désir »), et il l’encombre parfois terriblement. En tant qu’excès de jouissance, il va chercher à s’en délester, à s’en débarrasser, ou à le réguler de diverses manières, selon que cette jouissance fait retour dans le corps (schizophrénie), ou dans l’Autre (paranoïa). Dans la névrose, cet « objet a » vient lester le sujet, au sens, pourrait-on dire, où il lui donne un certain équilibre, une certaine homéostasie, une assise dans la réalité commune ; on peut dire que le sujet a « les pieds sur terre ». Dans la manie ce « hors discours » se vérifie particulièrement dans le rapport du sujet au langage, sans frein, un sujet qui se trouve dispersé, comme lâché sans filet dans la chaîne signifiante. Se délester de l’« objet » qui le fait souffrir apparaît comme un moyen de lutter contre une tristesse et une douleur profondes, contre un noyau mélancolique peut-être : « la manie, disait Freud, n’a pas d’autre teneur que celle de la mélancolie ; les deux affections sont en proie au même “complexe”, qui écrase probablement le moi dans la mélancolie, alors que dans la manie le moi le surmonte ou l’écarte » [36]. C’est en ce sens que pour Freud on ne peut séparer en soi l’étude analytique de la manie de celle de la mélancolie (« il est exigé, écrit-il toujours dans Deuil et mélancolie, d’étendre à la manie une explication analytique de la mélancolie »). Ce qui l’amène à penser ainsi les choses, c’est que la clinique nous montre fréquemment – pas toujours, certes, mais souvent – que « la particularité la plus singulière de la mélancolie (…) c’est sa tendance à se renverser dans l’état dont les symptômes sont opposés, la manie » [36], ce renversement étant pour Freud une forme de « destin » de la mélancolie. Ce « délestage », donc, pour y revenir, procure alors au sujet une excitation, un sentiment d’euphorie, qui ne trouve aucune limite, ni dans l’Autre, ni chez l’autre (voir le texte de Freud Deuil et mélancolie : « le maniaque nous démontre de façon évidente – en partant comme un affamé en quête de nouveaux investissements d’objet – qu’il est libéré de l’objet qui l’avait fait souffrir » [36]). D’ailleurs, le maniaque n’attend pas la réponse de l’Autre ; il ne fait pas « communication », il n’entre pas dans la communauté, dans le dialogue, et l’on pourrait sans doute y découvrir une forme d’ironie sur la langue, ironie que l’on rencontre de facçon assez typique dans les cas de schizophrénies (la « chaîne » signifiante du sujet maniaque se réduit ainsi à ce qu’on pourrait appeler une pure jouissance). La métonymie « pure » du maniaque attaque la grammaire, la syntaxe, les relations de signifiants à signifiés, et cette métonymie « pure » de la chaîne signifiante– qui met en relief l’absence de métaphore – a nécessairement des conséquences sur les rapports du sujet non seulement au langage, mais aussi bien à l’ensemble de ses rapports au « monde », aux autres notamment (au lien social), et des conséquences sur sa jouissance, puisqu’elle n’est pas prise, pas enserrée dans le maillage symbolique des signifiants. La non-fonction de l’objet a, le fait qu’il ne soit pas « séparé » – et avec les effets produits sur les rapports du sujet au signifiant (l’emballement métonymique notamment, dans la manie) et sur la jouissance – vient signer la structure psychotique de la manie. Nous proposerions de considérer non seulement la manie comme une psychose, mais comme une psychose déclenchée, et même sans doute délirante en certains cas. Cette dimension délirante est certes moins visible, moins lisible que dans la paranoïa, la mélancolie ou la schizophrénie. Des auteurs avancent pourtant qu’« en général, les manies sont délirantes » [37], et même que dans le fond « la manie pure où se perd le frein du sens, c’est rare » [38]. Dès lors, et considérant avec Lacan que « les phénomènes élémentaires ne sont pas plus élémentaires que ce qui est sous-jacent à l’ensemble de la construction du délire », que délire et phénomènes élémentaires ont la même structure, que « c’est toujours la même force structurante qui est à l’oeuvre dans le délire, qu’on le considère dans une de ses parties ou dans sa totalité » [33], il nous semble que l’on peut avancer ici que la manie présente un certain nombre de phénomènes élémentaires psychotiques parmi lesquels on pourrait ranger l’euphorie, l’humeur exaltée, l’excitation verbale et motrice, mais aussi les « coq-à-l’âne », la dérive métonymique en tant que trouble du langage psychotique. Le rapport au temps, vu plus haut, tout comme ces phénomènes éruptifs, soulignent tous la dimension de rupture, d’absence de liens, de discontinuité dans la vie du sujet, propre à la psychose. La « pure » métonymie, comme son nom l’indique,exclut quant à elle la possibilité métaphorique du langage, et exclut donc en soi l’élaboration d’une métaphore délirante – le délire – qui est montage, construction, assemblage organisé de signifiants, stabilisant plus ou moins durablement, plus ou moins efficacement, les rapports du signifiant au signifié. En ce qui concerne le chapitre « métaphore et métonymie » selon Lacan, nous n’entrerons pas dans le détail, mais rappelons simplement ceci que : « d’une façon générale, ce que Freud appelle la condensation, c’est ce qu’on appelle en rhétorique la métaphore ; ce qu’il appelle le déplacement, c’est la métonymie » [33]. Saisissons justement ce terme de « déplacement », qui convient particulièrement bien à la clinique du sujet maniaque, un sujet que l’on pourrait dire en effet constamment en déplacement. Un sujet en déplacement pourrait être une des définitions possibles du maniaque. Le côté « sans frein » déjà mentionné plus haut (« l’action frénatrice devient impossible », disait Anglade en 1903) n’est rien d’autre, ne reflète rien d’autre en effet que la « métonymie pure » du sujet maniaque, l’absence de point de capiton, la forclusion du Nom-du-Père, « l’extériorité du psychotique par rapport à l’ensemble de l’appareil du langage », « la relation d’extériorité du sujet au signifiant » [33], autrement dit ce fait cliniquement observable d’un sujet qui semble « habité, possédé par le langage » [33]. C. Soler le dit clairement : « la fuite des idées, cette logorrhée où se perd l’intention de signification au profit d’une juxtaposition de propos désorientés, qu’est-ce d’autre qu’une mise hors-jeu du capitonnage du sens du discours ? »[40]. Le point de capiton est un stop (un stop à la jouissance). À cet égard, C. Desmoulins remarquait pertinemment : « on pourrait dire de la manie que c’est une maladie de la chaîne signifiante, de la ponctuation, donc du point de capiton (…). Le maniaque procède par coq-à-l’âne, c’est-à-dire évite la ponctuation, le point de capiton » [37]. Aussi ce rythme effréné, cette« joie » de façade, cette euphorie d’apparence festive, en bref cette élation maniaque n’est pas autre chose que l’envahissement de jouissance qui procède des signifiants à la dérive, qui procède d’une chaîne signifiante réduite à la pure métonymie. Et cette « euphorie » n’est peut-être pas à mettre au compte du « jeu » et du « jouir », comme le pensait Henri Ey (cité plus haut). C’est le point de vue de C. Soler, qui admet que la formule d’Henri Ey est certes « belle, mais le maniaque n’est ni un joueur, ni un jouisseur » [40], articulant l’affect dépressif, la tristesse, à l’excitation maniaque dans son rapport à la forclusion. Pour clore ce chapitre, et pour répondre à notre question relative à la localisation de la jouissance dans la manie, on pourrait dire que la jouissance qui fait retour dans le réel, dans la manie, vient à se localiser non pas dans le corps, non pas dans un Autre persécuteur, mais dans la chaîne signifiante elle-même, dans la métonymie pure de la chaîne signifiante, avec ses effets de dispersion, de dissémination dans le langage, avec ses effets d’exaltation de la langue, d’une langue jouie sans limites.

6. Conclusion : le maniaque, pas si « joyeux » que ça.

Dans cette métonymie, dans cette juxtaposition dénuée d’orientation des éléments du langage, il faut y voir, selon cette perspective lacanienne, une succession de S1 (S1, S1, S1. . .) qui ne s’articulent pas avec les signifiants S2 qui introduisent le sens, la signification dans le discours (l’écriture S1-S2 étant l’écriture minimale pour désigner le discours, le lien social). C. Soler suggère ainsi que chez le sujet maniaque la dimension « festive et insouciante » de la parole, l’est du fait qu’elle est « libérée des contraintes de la sémantique, émancipée du réel qui est en jeu dans la grammaire ». Le sujet maniaque pourrait dès lors être défini comme celui qui se trouve « dispersé dans l’infini du langage qui le traverse », et la dimension de non-fonction de l’objet a, qui donne ce côté « libre » de toute contrainte, fait valoir dans son fond la mise en suspens, et même la mise à l’écart de l’instance interdictrice qu’est le Surmoi. En outre, cette succession de S1, la prise en masse intense de la jouissance dans le flot ininterrompu et sans limites des signifiants, valide ce fait que le sujet maniaque ne s’inscrit pas dans un « discours ». Une question se pose : le schizophrène lui-même n’est-il pas dispersé dans l’infini du langage qui le traverse ? Sa parole n’est-elle pas faite également de signifiants détachés, isolés, séparés de la chaîne signifiante, non articulés aux signifiants qui donnent sens, cohérence, historisation, continuité, etc. ? Oui, sans aucun doute, à une différence près toutefois. Le schizophrène est certes dispersé dans l’infini du langage qui l’envahit, qui le traverse réellement, mais en outre il est pénétré aussi dans son corps par les signifiants, ce qui n’est pas le cas du maniaque. Ici il conviendrait de se reporter au « stade du miroir », et une hypothèse pourrait alors se dessiner : le maniaque, s’il n’était passé par la phase du miroir, serait peut-être schizophrène. Dans tous les cas, l’absence du point de capiton, quia des effets variés selon les sujets indique que l’euphorie maniaque ne fait que mettre en relief l’absence fondamentale de lien à l’Autre, autrement dit la grande solitude du sujet. Et l’excitation infinie et « ludique » du sujet maniaque apparaît comme un leurre, un masque sur sa profonde tristesse. Finalement, cette agitation incessante – « motrice » et « verbale » – nous dit combien la solitude et l’angoisse font le fond du sujet maniaque, et que la seule solution pour y parer est peut-être effectivement de se « décharger ».

J.-J. Gorog écrivait que « le mélancolique se pose au centre du monde comme déchet : il se fait la poubelle du monde là où le maniaque fait du monde sa poubelle » [43]. Le monde comme décharge du maniaque. Il y a comme un vase communicant : à la fois le sujet y prend tout ce qui vient à sa portée, et il l’engloutit – c’est son côté « orgiaque » –, à la fois il y reverse le trop-plein, il vomit sur le monde le trop-plein de jouissance qui l’encombre et qui le fait souffrir.

Notes de bas de page :

Pour P. Belzeaux les descriptions faites par H. Ey dans cette étude sont « exemplaires, indépassables et indépassées » [23]. De même, pour E. Mahieu cette étude « reste encore un des meilleurs textes cliniques sur le sujet » [24].     

On retrouve des termes assez semblables chez Michel Foucault qui écrivait la même année (1954) dans Maladie mentale et psychologie : La fuite des idées est « la perturbation temporelle de l’existence maniaque : Le temps y est, par fragmentation, rendu momentané ; et, sans ouverture sur le passé et l’avenir, il tourbillonne sur lui-même, procédant tantôt par bonds, tantôt par répétitions. C’est sur le fond de la temporalité ainsi perturbée que doit se comprendre la « fuite des idées », avec son alternance caractéristique de répétitions thématiques, et d’associations bondissantes et illogiques » [27]. A. Tatossian, de même, dans sa lecture de Binswanger : « le monde où il [le sujet maniaque] vit est tourbillon et saut, ne permettant aucune historicité », le temps du maniaque est « réduit au pur instant » [28]. D’où sans doute un travail à élaborer avec le patient autour de cette question de l’historicité, un travail de réintroduction de la dimension temporelle dans l’économie psychique du sujet.

Un peu plus loin Henri Ey utilise l’expression – qui pourrait prêter à la critique – de « demi-délire » : « ce n’est pas du délire, dit-on, car le sujet « n’y croit pas » (. . .). Mais ce n’est pas non plus, certes, une pensée strictement adaptée au réel (. . .). Fuite des idées, délire verbal, fabulation, propos incohérents, de quelque nom que l’on désigne le phénomène, il n’en demeure pas moins dans son essence une sorte de demi-délire ». L’on voit combien il est particulièrement difficile de rendre compte cliniquement de ce qui serait indubitablement délirant dans la manie, combien il est délicat et incertain de donner une spécificité à la dimension délirante maniaque. Au fond, pour Henri Ey, la manie contient « une fiction parlée et pensée qui se rapproche du délire. Une telle disposition à fabuler, à dramatiser, à jouer avec les mots, les concepts et les choses, constitue en soi une tendance délirante ».

Abraham indiquait ainsi que « le sommet de la manie est comme une ivresse de liberté. La composante pulsionnelles-adique est délivrée de ses entraves. Toute retenue disparaît en faveur de comportements agressifs sans égards » [25].

Séglas relevait que les maniaques « parlent avec volubilité, sans prendre à peine le temps de respirer ou de répondre aux interrogations » [26]. Notons au passage – sur la question du délire – que pour Séglas il existe « certains cas particuliers [pour lesquels] cette intempérance du langage est l’unique manifestation du délire ».

 

J’avais déjà écrit sur un article précédent :

Un mode de communication inapproprié : Les flics sont des maniaques. On leur conseille le LITHIUM pour calmer leur euphorie.

Voilà ce que dit l’ouvrage collectif aux éditions Lavoisier 2014, Les troubles bipolaires, au chapitre aspects psychopathologiques et psychodynamiques : De l’état dépressif à l’état du triomphe du moi par M.-C. Lambotte p. 585 – 594.

 » Versatile, passant d’une préoccupation à une autre, le maniaque semble entièrement soumis à ses impulsions et à ses intérêts du moment et ne respecte plus les contraintes du cadre social qui ordonnent habituellement la communication.

Cette description de L. Binswanger, extraite de son ouvrage Mélancolie et manie, montre bien une sorte d‘effacement des repères qui, à l’ordinaire, permettent à des interlocuteurs de se référer aux mêmes éléments spatiaux-temporels dont la signification symbolique fixe le cadre de leurs échanges.

L. Binswanger analyse alors cette perte de considération du socius en se référant aux étapes husserliennes de la constitution de l’expérience d’autrui qui, de la présentation ou perception d’un corps-objet réel (une chose de la nature) se poursuit ensuite par l’acceptation de celui-ci comme un corps vivant étranger (l’alius), pour enfin parvenir à son apprésentation comme alter ego ; ce serait cette dernière fonction qui ferait défaut au sujet maniaque en butte à de seules présences (Präsenzen) isolées, sans liaison entre elles et sans qu’elles puissent s’inscrire dans la continuité de la biographie interne. (…) Il ne s’agit pas d’un déficit ou d’une lésion cognitive, mais bien plutôt d’une incapacité à considérer l’autre comme un alter ego participant d’un contexte commun et soumis de fait aux mêmes coordonnées mondaines.

Ce sont les « tendances déterminantes », selon K. Jaspers, qui manqueraient au sujet maniaque, tant en ce qui concerne la suite indéfinie et débridée de ses idées que l’excitation labile et désordonnée de son comportement.

Aussi bien en ce qui concerne la manie, la neutralisation des « tendances déterminantes » et du cadre contextuel nécessaire à la communication nous conduit-elle à penser qu’il s’agit là de la brusque mise à l’écart de toute contrainte, de toute règle qui habituellement règle les supports humains et leur donne à la fois consistance et signification. Or, nous savons qu’au regard de la psychanalyse, les rapports humains sont essentiellement construits sur des projections imaginaires en fonction desquelles les images respectives des partenaires s’ajustent en permanence. Mais ces images ne s’ajustent pas n’importe comment et n’alimentent pas non plus indéfiniment la tension agressive ; elles se trouvent à la fois circonscrites à l’intérieur d’un cadre et règles par un code symbolique qui permet aux partenaires de se référer à un même domaine de définition. Nous ne nous comportons pas de la même manière lorsque nous rencontrons quelqu’un dans un amphithéâtre universitaire ou sur un terrain de sport, et la meilleure image de soi que nous voulons présenter (le moi idéal) devra nécessairement s’adapter au contexte symbolique qui caractérise le socius.

L’aisance et la liberté excessives prises avec autrui, ou bien encore le peu de cas que le maniaque fait de la personne à laquelle il s’adresse, ne permet pas non plus la reconnaissance de l’autre dans l’assomption de sa différence ; et l’objet extérieur se trouve nié au sein même des manifestations les plus démonstratives de rapprochement.« 

Voilà pour la psychanalyse de ces maniaques. Les mots ne servent pas qu’au harcèlement : Des mots très savants servent aussi à décrire la réalité du déchainement des flics pendant plusieurs mois, plusieurs années. Nous, on sait s’exprimer en public, se comporter en société, mais les flics étant malades ont perdu toute notion de savoir-vivre. Ils ont un mode inapproprié de communication. Non seulement, ces flics parlent à tort et à travers, mais en plus, ils le font avec une mentalité de merde. Mais les deux vont souvent ensemble … Les mentalités de merde, ça existe et ça peut gravement vous pourrir la vie. On attend que le scandale se termine. Les flics sont indifférents à la haine qu’ils m’envoient et c’est un attribut principal des pervers narcissiques ; Ils se croient intègres. Drucker a le même problème. C’est ce que Cyrulnik appelle l’arrêt d’empathie. Il est des gens qui se sont disqualifiés il y a longtemps. ON LEUR CONSEILLE LE LITHIUM POUR CALMER LEUR EUPHORIE.

Les maniaques, c’est comme l’hiver : Vous voudriez empêcher qu’il soit là, mais vous ne pouvez rien y faire … Les flics s’imaginent encore avec une relation contractuelle avec moi : Laquelle ?

 

Rapport annuel du CCNE (Conseil Consultatif National d’Ethique) sur l’usage des neurosciences … avec en particulier le détecteur de mensonge. La France, Prix Nobel de médecine pour la lecture de la pensée ?

La lecture de la pensée au coeur de la pratique étatique française …

penseurrodin

La lecture de la pensée a été mise en oeuvre en ce qui me concerne en 2009 ou 2010 et jusqu’à 2019, exactement au moment où De Villepin, qui n’était plus PM est venu me parler à Tunis (banlieue de El Ouardia 7, Cité Avicenne, le fameux médecin arabe féru de droit …).

De Villepin m’avait dit ceci :

DV6

J’avais demandé des explications à Dominique de Villepin, alors Premier Ministre, sur une probable violation de la vie privée (article 9 du Code civil). Ce n’était pas à Monsieur de Villepin que je devais écrire puisqu’il n’exerçait pas alors la profession d’avocat et de plus, De Villepin en était lui-même arrivé à une violation de la vie privéeDe Villepin violait les mails. Il avait commenté un mail que j’avais écrit à mon meilleur ami dans lequel je disais : « Ce qui compte, ce sont les résultats ». Il m’a aussi parlé de Youssef Chahine, réalisateur que je ne connaissais pas à l’époque. Youssef Chahine a réalisé le film Adieu BonaparteNous disons : Adieu De Villepin !

Le même jour, un poulet m’a dit juste au dessus de ma tête : Arrêtez, vous allez le tuer … puis en s’adressant à moi : Tu les laisses te tuer ? Il y avait également Yves Lecoq qui jubilait au-desssus de ma tête : Tu es à l’agonie ! …

Il faudrait une Révolution pour couper la tête de De Villepin … Napoléon avait peut-être pensé qu’on avait coupé trop de tête … Il avait horreur de la terreur thermidorienne ! Napoléon disait que Rousseau n’aurait pas du exister. Rousseau disait qu’il fallait condamner à mort un homme qui en dénonce un autre …

NOTA BENE. Rappel sur le syndrome d' »Automatisme mental » ou pensée devancée, pensée devinée (écho de la pensée).

Il existe une pathologie mentale, appelée « automatisme mental », définie en 1920 par De Clérambault (début de siècle), qui a écrit un ouvrage du même nom, ouvrage que j’ai lu, pas très intéressant d’ailleurs, Henri Ey et Jacques Lacan. L’automatisme mental fait partie de la grande classe diagnostique des phénomènes hallucinatoires, psychose hallucinatoire chronique (PHC). Le patient entend en écho des commentaires de sa propre pensée. Il semble selon les psychiatres que le patient entendrait en fait sa propre voix, son language intérieur … qui pourrait d’ailleurs changer de timbre ! Cette pathologie peut poser problème en ce qu’elle pourrait dicter sa conduite aux patients, lui intimer des ordres d’actes auto ou hétéro-agressifs. Clérambault, psychiatre de la préfecture de Paris écrivait ses certificats de délinquants dangereux, certificats qui ont servi de modèle aux psychiatres du siècle suivant. C’est au Dépôt que j’ai été emprisonné en 2008 (la nuit la plus horrible de ma vie à ne pas trouver le sommeil sur un banc en bois) pour un courrier anodin dérangeant Marie Drucker, qui est une très belle personne, vu que j’avais déjà passé 3 mois en HP, puisqu’elle s’était crue autorisée à envoyer des flics pour me harceler, ce qui m’avait mis hors de moi ; Le dépôt où j’ai vu aux alentours de minuit un descendant lointain de De Clérambault. L’année passée, en 2007, Isabelle Carré jouait le rôle d’une érotomane dépitée (au 3ème stade de l’érotomanie), harceleuse, haineuse, violente, dangereuse … Mais je ne suis point érotomane, n’est-ce pas ? Marie Drucker, voulant rompre tout lien en 2008 par sa plainte à la BDRP, est revenue bien plus tard, en 2009 … pour m’emmerder à nouveau dans mon domicile. J’avais pourtant passé toute l’année 2008 dans un profond sommeil jour-nuit.

Voir la page Wikipedia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Automatisme_mental

Il existe un fantastique survol historique très savant Par Rémi Tevissen de la vision des psychiatres français sur l’automatisme mental ici :
https://ephep.com/fr/content/conf-ecrite/remi-tevissen-la-notion-dautomatisme-mental-sa-pertinence-et-sa-valeur-0

Une émission de France Culture :
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/quest-ce-que-lautomatisme-mental
qui parle de l’automatisme affectif (Une personne exprime sa colère, alors que ça ne lui ressemble pas …), mais aussi de l’avocat Sandon au 19ème siècle, quérulent protestant contre ses internements abusifs, demandant indemnisation …

Il existe un Youtube d’un psychiatre lillois (Ali Amad) du CHRU de Lille sur l’automatisme mental, analysant la théorie de De Clérambault au regard actuel des neurosciences :
https://www.youtube.com/watch?v=1GTLQY5w0ys

qui parle d’hyperactivation des zones auditives du cortex au cours des hallucinations auditives, correspondant à une hyperdopaminergie du cerveau, modifications anatomiques au niveau du lobe temporal, des ventricules, de l’épaisseur corticale, du corps calleux. La médication dopaminergique donne une amélioration de la symptomalogie positive. Neurologie ou psychiatrie ? Origine neurologique des psychoses. Dysconnectivité entre les divers aires cérébrales. De Clérambaut invoque des séquelles de lésions infectieuses, toxiques, traumatiques ou sclérosantes. Conception longitudinale de l’intéraction avec l’environnement (toxiques avec le Cannabis, trauma, les zones d’urbanisation, le fait de vivre dans une minorité ou dans une situation de migration).  Diminution de la substance blanche pour les hallucinations internes. Différences anatomiques entre hallucinations internes et hallucinations acoustico-verbales. Automatisme mental : Symptômes de premier rand de Schneider non présents chez tous les psychotiques. Hallucinations : 5 % de la vie entière. 80 % sont transitoires. Moins de 10 % sont associées à des troubles psychotiques. Au moment où le délire apparaît, la psychose est déjà ancienne. La schizophrénie est la conséquence tardive du neurodéveloppement débutant des années avant la maladie (Weinberger, 1987) = Arguments de Clérambault.  Anomalies associées à des  modifications du développement précoce.

Rapport du CCNE.

Cet article, que je publie sur ma parge perso, fait suite à mon courrier de 2018 à Monsieur Delfraissy, président du CCNE qu’on retrouve ici :
https://wordpress.com/post/harcelementssursami.wordpress.com/1130

Le rapport annuel du CCNE paru en juin 2018 est visible ici :
https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/eg_ethique_rapportbd.pdf

On peut noter les points remarquables suivants de ce rapport :

  • Le Cadre légal et réglementaire.

Les premières législations spécifiques aux neurosciences sont nées de la révision de la loi de bioéthique du 7 juillet 2011. L’article 45 de cette loi a en particulier conduit à la création de l’article 16-14 du Code civil qui spécifie que: « Les techniques d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou dans le cadre d’expertises judiciaires. Le consentement exprès de la personne doit être recueilli par écrit préalablement à la réalisation de l’examen, après qu’elle a été dûment informée de sa nature et de sa finalité. Le consentement mentionne la finalité de l’examen. Il est révocable sans forme et à tout moment. »

  • Les Questions en débat.

Les autres domaines d’application des techniques d’exploration ou de modification du cerveau sont nombreux. Quelques exemples d’applications possibles :
Dans le domaine de la justice, certains s’interrogent sur l’utilisation des outils l’imagerie cérébrale pour évaluer le comportement d’un suspect ou encore pour modifier le cerveau des délinquants.

Dans tous les exemples exposés ci-dessous, la question de ce qu’il est possible et souhaitable de faire se doit donc d’être posée. Dans cette perspective, un certain nombre d’enjeux éthiques peuvent être soulevés :
L’identité même de la personne et sa personnalité pourraient être altérées s’il devenait possible de modifier le fonctionnement cérébral, c’est-à-dire d’agir sur les fonctions cognitives ou les émotions. L’autonomie de la personne serait alors menacée, soit parce que la personne se modifierait elle-même pour se conformer, par exemple, à un schéma social, soit parce qu’elle serait l’objet, bien que non consentante, d’une coercition de la part de tel ou tel corps social.
– La justice sociale risquerait d’être mise à mal si les techniques de modification cérébrale étaient uniquement réservées à quelques-uns, favorisant une classe privilégiée qui pourrait aisément dominer, voire exploiter, ceux qui n’auraient pas accès à ces techniques.
L’intimité de la personne et la confidentialité des données de sa vie privée, déjà fortement réduites par le développement des objets connectés, pourraient disparaître.

  • Ce que le CCNE a lu et entendu.

Neurosciences et justice.

Concernant l’usage des neurosciences en justice évoqué au cours d’un débat, la notion de consentement a été plusieurs fois soulignée, à la fois consentement des suspects dans l’hypothèse où certaines techniques (imagerie cérébrale…) permettraient de résoudre des affaires judiciaires, et consentement des délinquants, que ce soit pour des  expérimentations neurologiques ou pour neutraliser un supposé «foyer» cérébral de la délinquance, si tant est qu’il existe et qu’il soit découvert.

Neurosciences et données massives.

Les problèmes liés à la gestion et la protection des données issues des neurosciences ont été soulevés, notamment vis-à-vis du risque d’utilisation de la neuro-imagerie à des fins de contrôle social (détection des mensonges).

  • L’expression sur le site web des États généraux.

Les propositions entre guillemets et en italique sont les propositions soumises au débat par le CCNE et sur lesquelles les internautes étaient invités à s’exprimer.

CONSTATS ET ENJEUX

La plupart des nouveaux constats et enjeux déposés par les participants reprenaient des constats déjà formulés en amont de la consultation, ou des arguments exprimés à leurs sujets et qui sont repris ci-dessous. Nombre d’entre eux se révèlent encourageants vis-à-vis de l’usage thérapeutique des neurosciences, mais beaucoup expriment également leur inquiétude vis-à-vis des dérives dans les domaines non-médicaux, notamment militaires, même si leur apport, notamment pour comprendre les mécanismes d’apprentissage en éducation, a été abordé.

«Il n’est pas impossible que des programmes de recherche ayant pour objectif de décoder le cerveau ou de le manipuler voient le jour».

Pour une partie des participants, la manipulation du cerveau grâce aux neurosciences sera bientôt une réalité, voire l’est déjà, certains d’entre eux estimant que des programmes de recherche, parfois secrets, sont déjà lancés avec cet objectif. L’importance d’une vigilance éthique à ce sujet a été soulignée, notamment à l’égard du neuromarketing qui pourrait être développé ou du risque d’uniformisation des individus à des normes arbitraires. Toutefois, la possibilité d’un «décodage du cerveau» paraît à d’autres peu réaliste notamment du fait de la complexité des interconnexions neuronales. Les progrès des neurosciences sont, pour le moment, jugés décevants. Par ailleurs, quelques-uns ont souligné que le psychisme ne se réduisait pas au cerveau, et que la connaissance de l’un n’impliquait pas la maîtrise et la manipulation de l’autre.

«L’usage des neurosciences dans de nombreux autres domaines que la médecine est controversé».

Dans le domaine de la justice, les outils des neurosciences pourraient fournir des indices, mais pas une preuve absolue, et le risque d’aliénation des individus a été soulevé. Plusieurs nuances ont été apportées par ailleurs : les neurosciences ne doivent pas être considérées comme un «bouc-émissaire» de l’exploitation des individus, car ce sont moins les techniques issues des neurosciences que l’usage fait de ces techniques qui peut être condamnable. À cet égard, la question du contrôle de ces usages a été mise en avant.
«La complexité du cerveau est telle qu’il est peu probable que l’imagerie médicale à elle-seule permette de décrypter le fonctionnement du cerveau dans son ensemble».

  • VALEURS ET PRINCIPES.

«La protection des données privées obtenues par les techniques des neurosciences».

Des participants ont souligné que les données privées obtenues par les techniques de  neurosciences, étaie.nt des données de santé protégées par le secret médical, et qu’elles ne devaient donc pas sortir du cadre du parcours de soin. Si un usage en dehors de ce cadre devait être réalisé, il a été proposé de s’assurer à la fois de l’anonymisation de ces données et du consentement informé du patient. Des participants ont toutefois rappelé que ces données étaient une matière première pour les recherches médicales – l’expression «bien commun» a été notamment employée – et à cet égard, il a été proposé de laisser la possibilité aux individus qui le souhaiteraient, de faire diffuser leurs données «pour la science», l’important n’étant pas tant la possession des données, mais l’usage qui en serait fait.

(…)

Certains ont aussi appelé leurs concitoyens à accepter les fragilités et les limites de l’être humain qui ne devrait pas être jugé selon ses seules performances, ouvrant ainsi un  débat sur la conception même de l’homme.

  • Les auditions des associations et courants de pensée.

Le risque des dérives qui pourrait poindre de l’application des techniques issues des neurosciences dans des domaines non médicaux (militaires par exemple) a également été évoqué. Davantage d’encadrement pour leur usage a aussi été réclamé dans le domaine judiciaire, en suggérant qu’il ne puisse avoir lieu qu’après autorisation d’un juge d’instruction ou un collège de juges.

  • Les auditions des sociétés savantes et institutions.

L’importance du développement de la recherche fait l’unanimité, mais des opinions divergentes ont été entendues au sujet de son encadrement : la Société des neurosciences indique que la recherche est suffisamment encadrée et ne réclame pas d’évolution de la loi alors que l’ANM recommande « un encadrement particulièrement étroit de toute recherche invasive sur le cerveau humain ».

  • Les applications des neurosciences.

L’ANM recommande l’interdiction de l’utilisation «sociétale» des techniques invasives de modification du fonctionnement cérébral.

Dans le domaine judiciaire, la Société des neurosciences et l’ANM sont unanimes pour interdire l’utilisation de l’IRM fonctionnelle dans le cadre de l’expertise judiciaire tout en maintenant l’autorisation du recours à  l’IRM morphologique, ceci impliquant donc une modification de la loi de 2011.

  • La vigilance éthique et l’information.

C’est finalement plus à une vigilance éthique qu’ont appelée les deux auditions sur les neurosciences, vigilance éthique à la fois par les institutions (notamment par le CCNE), mais aussi par la société civile. La nécessité d’une information de l’ensemble de la Population sur l’état réel des recherches en neurosciences a été soulignée, notamment pour éviter espoirs inconsidérés et fantasmes.

Conclusion.

Il ressort de ce rapport que la pratique de la « lecture de la pensée » pratiquée par l’Etat français pose un grave problème éthique et juridique.

 

Libération a publié un article sur un livre publié au sujet de la Corée du Nord … inspirant.

CoreeNord

Ceux qu’on prenait pour des musulmans.

Le « musulman » dans les camps de concentration nazis est celui qui tombe d’épuisement, infiniment résigné, prêt à mourir … La plupart des rescapés juifs de la Shoah parlent de ceux qui étaient appelés les « musulmans », qui vivaient le summum de la souffrance dans les camps. Ils ont été appelés comme ça à cause de leur prostration qui faisait penser à la prosternation des musulmans lors de la prière. On peut penser qu’il s’agissait de souffrances physiques & psychiques intenses (dépressions sévères, psychoses) accompagnées de maltraitances des nazis (dont Elie Wiesel a parlé dans La nuit). Des musulmans qui étaient en fait des juifs …

Les Allemands avaient appelés ces juifs déportés les « musulmans », parce qu’ils étaient infiniment résignés face au fardeau de la vie en ce bas-monde qu’ils leur imposaient. Un Musulman, c’est un croyant qui a conscience que la vie dans ce bas-monde est un fardeau … et j’ai bien saisi le fardeau quotidien que m’imposent les flics françaises …

J’ai commencé la lecture de ce livre très intéressant : Les « musulmans » souffraient de cachexie (syndrome de maigreur). Ils mourraient pour des causes psychiques, sans aucune cause physique trouvée. Germaine Tillion, rescapée de Ravensbrück, a forgé un néologisme pour désigner ce « surmenage psychique » propre au camp, celui de mort par « anxiocution », due au climat de terreur instauré par les nazis.

Il y avait effectivement maltraitance des nazis (Je n’ai pas vécu la maltraitance physique, mais la violence maniaque des flic qui me harcèlent me fait penser au texte suivant : ) :

Des femmes-kapos bien en chair, bien nourries, obscènes de santé, le fouet à la main, les chassaient vers nous, hurlant, menaçant, frappant tandis que des femmes SS supervisaietn la scène accompagnées de leurs bergers allemands.

Des gardiens obscènes de santé instaurant une terreur sur des détenus au bout du rouleau au point de vue physique et psychique … Quel contraste !

Musulmans

Ceux qu’on prenait pour des musulmans dans les camps de concentration (Primo Levi : Si c’est un homme).

            « Mais au Lager il en va tout autrement : ici, la lutte pour la vie est implacable car chacun est désespérément et férocement seul. Si un quelconque Null Achtzehn vacille, il ne trouvera personne pour lui tendre la main, mais bien quelqu’un qui lui donnera le coup de grâce, parce que ici personne n’a intérêt à ce qu’un « musulman » de plus se traîne chaque jour au travail ; et si quelqu’un, par un miracle de patience et d’astuce, trouve une nouvelle combine pour échapper aux travaux les plus durs, un nouveau système qui lui rapporte quelques grammes de pain supplémentaires, il gardera jalousement son secret, ce qui lui vaudra la considération et le respect général, et lui rapportera un avantage strictement personnel ; il deviendra plus puissant, on le craindra, et celui qui se fait craindre est du même coup un candidat à la survie.

            On a parfois l’impression qu’il émane de l’histoire et de la vie une loi féroce que l’on pourrait énoncer ainsi : « Il sera donné à celui qui possède, il sera pris à celui qui n’a rien » Au Lager, où l’homme est seul et où la lutte pour la vie se réduit à son mécanisme primordial, la loi inique est ouvertement en vigueur et unanimement reconnue. Avec ceux qui ont su s’adapter, avec les individus forts et rusés, les chefs eux-mêmes entretiennent volontiers des rapports, parfois presque amicaux, dans l’espoir qu’ils pourront peut-être plus tard en tirer parti. Mais « les musulmans », les hommes en voie de désintégration, ceux-là ne valent même pas la peine qu’on leur adresse la parole, puisqu’on sait d’avance qu’ils commenceraient à se plaindre et à parler de ce qu’ils mangeaient quand ils étaient chez eux. Inutile, à plus forte raison, de s’en faire des amis : Ils ne connaissent personne d’important au camp, ils ne mangent rien en dehors de leur ration, ne travaillent pas dans des Kommandos intéressants et n’ont aucun moyen secret de s’organiser. Enfin, on sait qu’ils sont là de passage, et que d’ici quelques semaines il ne restera d’eux qu’une poignée de cendres dans un des champs voisins, et un numéro matricule coché dans un registre. Bien qu’ils soient ballottés et confondus sans répit dans l’immense foule de leurs semblables, ils souffrent et avancent dans une solitude intérieure absolue, et c’est encore en solitaires qu’ils meurent ou disparaissent, sans laisser de trace dans la mémoire de personne. »

Il y a une très bonne page Wikipedia sur ce qu’on appelait dans les camps les « Musulmänner » :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Muselmann

Il y a même une thèse de Paul-Bernard Nouraud (que je n’ai pas lue – On ne peut pas tout lire … mais il faudra bien la lire !) financée par la Fondation pour la mémoire de la Shoah :

http://www.fondationshoah.org/recherche/figurer-lautre-essai-sur-la-figure-du-musulman-dans-les-camps-de-concentration-nazis-paul

figuremusulman

Les attaques acoustiques. Armes sonores. Caisson sonore. Spatialisation du son. Environnement urbain sonore.

Comment harceler quelqu’un chez lui avec la spatialisation sonore …
Caisson sonore … Sources virtuelles … Sons tournants. Le logiciel SPAT de l’IRCAM.

 

Expérience binaurale.

 

 

Spatialisation du son, meilleure modélisation de ce que je vis depuis 12 ans. Un environnement urbain sonore …

 

 

Spatialisation sonore à l’IRCAM. Des mathématiciens ont théorisé les champs acoustiques.

 

 

 

schizophone

Mes oreilles vont siffler, même quand on me met un poisson d’Avril dans le dos au mois d’août !

 

Schizo

Perte des limites du « moi ». Psychogénie.

 

SonicWarfare
LA GUERRE SONORE, SONS, EMOTIONS ET ECOLOGIE DE LA PEUR. SCHIZO-CAPITALISME.

 

Iconographie sur les effets des sons selon leur intensité et leurs fréquences :

SonicWarfare

 

On retrouvre ce livre sur le site de HEAD – Genève, Haute école d’art et de design financée par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique.
https://www.hesge.ch/head/
http://www.snf.ch/fr/Pages/default.aspx

On peut lire sur le site de Mind Control (http://mindcontrol-research.net/) la chose suivante :

MIND CONTROL
RADICAL EXPERIMENTS IN ART AND PSYCHOLOGY 60-70S
Ce site internet constitue une médiation originale du projet de recherche MIND CONTROL, Radical Experiments in Arts and Psychology développé à la HEAD — Genève entre 2013 et 2016. Il est pensé comme une plateforme structurée par des hypothèses théoriques, des essais de classification typologiques et des contributions externes. Une importante base documentaire permet de prendre la mesure de la pertinence de l’hypothèse de recherche. La plateforme est un bilan, une tentative de synthèse provisoire, mais aussi une étape vers la prolongation d’un format au croisement des disciplines et des institutions, entre pratiques de chercheur et pratiques artistique.

Le projet de recherche MIND CONTROL participe du renouvellement des approches en histoire de l’art contemporain. Son hypothèse interdisciplinaire produit une relecture inédite de l’évolution du champs artistique des années 1960/70, à partir d’une analyse de ses relations épistémiques avec le paradigme du conditionnement mental. Les mutations technologiques et les conditions géopolitiques de l’époque placent la notion de contrôle de l’esprit au centre de la problématique stratégique de l’agencement de la subjectivité et de sa production, dans l’art comme dans les sciences du psychisme de l’époque.

L’évolution des pratiques du film, de la vidéo, de l’installation, de la performance, de l’architecture, du design est connectée au développement des champs des sciences psychologiques, neurologiques et cognitives. MIND CONTROL parcourt le champ culturel des productions artistiques dans le contexte de Guerre Froide et de sa paranoïa en questionnant les dispositifs tels que les espaces de conditionnement, les capsules, les casques, les espaces de privation ou d’hyperstimulation sensorielle en les rapprochant du champs des techniques de contrôle mental. Ce champs comprend notamment le lavage du cerveau (brainwashing), l’usage des drogues dans les méthodes d’interrogatoire, le renouveau des techniques de suggestion de l’hypnose, l’impact des théories de la communication sur les modèles de coercition psychologique, dans le giron du béhaviorisme et de l’émergence des modélisations computationnelles de la psyché.

MIND CONTROL est un projet de recherche de la HEAD — Genève.

 

Juliette Volcler

Coordinatrice éditoriale de Syntone, chercheuse indépendante et autrice de deux essais : Le son comme arme, les usages policiers et militaires du son (La Découverte, 2011) et Contrôle. Comment s’inventa l’art de la manipulation sonore (La Découverte / La Rue musicale, 2017). Auparavant productrice de l’émission l’Intempestivesur Fréquence Paris Plurielle et Radio Galère.

 

Volcler2
ISABELLE VOLCLER, 2011.

 

SoundsAsWeapon
ISABELLE VOLCLER, 2013. C’est du vécu !!! Traduction anglaise de l’ouvrage précédent.

 

Volcler1
ISABELLE VOLCLER, 2017.

 

RepressionSerge
UN LIVRE DEPASSE …

Article France Info.

« Attaques acoustiques » à Cuba : 16 employés de l’ambassade américaine ont été touchés

Les Etats-Unis ont déjà annoncé enquêter sur ces « attaques acoustiques », qui ont eu lieu fin 2016 et début 2017. L’affaire n’a été dévoilée qu’au mois d’août et la diplomatie américaine fournit peu d’élements sur cet incident.

L\'ambassade américaine à Cuba, le 17 décembre 2015 à La Havane.
L’ambassade américaine à Cuba, le 17 décembre 2015 à La Havane. (YAMIL LAGE / AFP)

Au moins seize employés de l’ambassade des Etats-Unis à Cuba ont été touchés par de mystérieuses « attaques acoustiques », annonce le département d’Etat américain, jeudi 24 août. Ces Américains, « membres de la communauté de notre ambassade », ont tous ressenti « certains symptômes » et « ont reçu des soins médicaux aux Etats-Unis ainsi qu’à Cuba », a déclaré à Washington sa porte-parole, Heather Nauert.

Washington fournit peu d’éléments sur l’incident

Fin 2016 et début 2017, des Americains travaillant à l’ambassade des Etats-Unis à La Havane ont alors commencé à se plaindre « de divers symptômes physiques ». Washington avait fini par rapatrier des Américains pour des raisons médicales. Jeudi, le Canada a précisé qu’un de ses diplomates avait subi une perte d’audition, tout comme plusieurs collègues américains.

Selon CNN, qui a cité de hauts responsables américains sous couvert d’anonymat, Washington est sur la piste d’une possible « attaque acoustique »menée avec des appareils soniques sophistiqués déployés à l’intérieur ou à l’extérieur de la résidence de diplomates américains.

Deux diplomates cubains expulsés en mai

L’affaire n’a été dévoilée qu’au mois d’août et la diplomatie américaine a fourni peu d’élements sur cet incident. Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a appelé les autorités cubaines à faire « la lumière » sur leurs auteurs et une enquête a été ouverte, sans que Washington ne puisse « accuser à ce stade un pays ou qui que ce soit », précise le Département d’Etat.

Malgré ces déclarations, les Etats-Unis avaient décidé d’expulser deux diplomates cubains en poste à Washington, le 23 mai, en estimant que « Cuba est responsable pour la sécurité de nos diplomates sur place ». Cuba a de fait protesté contre l’expulsion de ses diplomates. Mais le ton ne semble pas être monté outre mesure entre les deux pays. La Havane a parallèlement lancé une enquête « exhaustive, prioritaire et urgente » pour faire la lumière sur ces événements.

 

 

Article Libération. Les « psyops » ou « opérations psychologiques » …

LE BRUIT ET LA TERREUR MILITAIRE

Par Marie Lechner— 

A Gaza ou Guantánamo, le son est utilisé comme un instrument de répression.

  •  Le son, cet instrument de répression

«Les oreilles n’ont pas de paupière», comme l’écrit Pascal Quignard dans la Haine de la Musique«L’auditeur est une proie qui s’abandonne.»En 2009, dans le passionnant ouvrage Sonic Warfare : Sound, Affect, and the Ecology of Fear (MIT Press), Steve Goodman analysait l’influence de la force vibratoire du son sur les émotions. Egalement DJ et producteur phare de la scène dubstep londonienne sous le nom Kode9, genre musical qui s’appuie sur l’énergie physique des basses fréquences, Goodman s’intéresse à la manière dont le son peut être utilisé comme arme, pour créer de l’inconfort, exprimer une menace, susciter une ambiance de terreur. Les militaires se sont montrés de tout temps fort ingénieux en la matière, développant des «sound systems» qui vont impacter les corps avec leurs bad vibes.

Des opérations «psyops» de l’armée américaine (haut-parleurs puissants diffusant de la musique) durant le siège de Waco ou pour harceler Noriega au Panama, aux canons à sons pour disperser les foules ou encore aux boîtiers antijeunes Mosquito (très hautes fréquences à la limite de l’audible) pour chasser les squatteurs, l’usage du son comme arme est aussi vieux que les trompettes de Jéricho. Juliette Volcler, auteure du Son comme arme (La Découverte), rare ouvrage francophone sur la question, présentait à la Gaîté une synthèse des usages policiers et militaires du son. Ainsi que des fantasmes, nombreux, qui l’accompagnent, comme le développement par l’armée américaine d’armes à base d’infrasons capables de faire exploser les boyaux de l’intérieur.

Les recherches se réorientent après la Seconde Guerre mondiale vers les sons «audibles et signifiants», renflouant l’arsenal des armes acoustiques dites «non létales», qui neutralisent sans tuer, plus adaptées aux «guerres sans mort». Parmi elles, le Long Range Acoustic Device, canon émettant un son d’une violence insoutenable (pour déloger des snipers irakiens à coups de hard rock à Falloujah), les grenades assourdissantes ou la «Torture Music» utilisée à Guantánamo. Bien que non léthales, ces saturations sonores ne sont pas sans répercussions physiologiques et psychologiques, comme le rapporte Goodman à propos des avions israéliens qui survolèrent le ciel de Gaza en franchissant le mur du son à basse altitude. Les victimes se plaignirent de douleurs à l’oreille, de crises d’angoisse, d’insomnie, d’hypertension, de difficultés respiratoires, de spasmes musculaires…

Marie Lechner

Publicités