Le régime le plus raciste qui ait existé dans l’Histoire de l’humanité, le nazisme, a débuté ses meurtres de masse en exterminant les malades mentaux, jugés poids-mort pour l’Allemagne (Eugénisme), sur des critères parfois expéditifs. Incitation au suicide, stigmatisation à ougrance qui n’est qu’un autre racisme, maltraitances, traitements inhumains & dégradants, les flics français(es) sont les héritiers de ce passé, jugeant de ma pathologie supposée. Ou quand les Droits de l’Homme entrent en sommeil … La mentalité de petits nazis des flics français a largement été démontrée.

Aktion T4

https://harcelementssursami.com/2016/04/11/fiche-de-lecture-sur-le-programme-aktion-t4-extermination-des-malades-mentaux-par-les-nazis

SeptièmeCroix.jpg

https://harcelementssursami.com/2018/07/17/le-neonazisme-dans-la-police-francaise

FascismeUnEncombrantRetour

https://harcelementssursami.com/2019/03/02/le-fascisme-un-encombrant-retour

https://harcelementssursami.com/2019/03/18/ma-bibliotheque-sur-le-nazisme

https://harcelementssursami.com/2017/04/04/auriez-vous-crie-heil-hitler-de-francois-roux-p-748-749

https://harcelementssursami.com/2019/03/18/ideologie-de-la-contrainte

FigureMusulman

https://harcelementssursami.com/2019/01/22/ceux-quon-prenait-pour-des-musulmans-2

CoeurConscient

https://harcelementssursami.com/2019/01/12/sommaire-du-livre-le-coeur-conscient-de-bruno-bettelheim-1960-2

https://harcelementssursami.com/2018/09/06/lete-chaotique-de-2013-chasse-a-lhomme-chronique-dun-massacre

https://harcelementssursami.com/2019/03/31/la-machine-administrative-selon-michel-foucault-cours-du-college-de-france-sur-les-anormaux

https://harcelementssursami.com/2019/02/17/la-lecture-de-la-pensee-totalitarisme-du-21eme-siecle

https://harcelementssursami.com/2019/03/17/un-mode-de-communication-inapproprie-les-flics-sont-des-maniaques-nous-manquant-gravement-de-respect-perdus-dans-la-negation-de-lalterite-atteinte-au-principe-de-liberte-on-na-pas-demande-a-l

https://harcelementssursami.com/2019/02/15/au-centre-du-harcelement-la-manie-delirante

 

Publicités

Conférences vues ces dernières années.

Je fréquente habituellement les Musées parisiens :

  • Money GoldMusée de l’Homme.
  • Money GoldCité des Sciences de la Villette (exposition sur la Voix – 2015, sur Darwin, sur la génétique, les sons, Planétarium – 2016, le Microbiote – 2019 ).
  • Money GoldMusée des Arts & Métiers.
  • Money GoldPalais de la Découverte (exposés sur la chimie, la radioactivité, la biologie, la physique sur les référentiels tournants, Planétarium).
  • Expositions du Centre Georges Pompidou (Expo sur Salvador Dali).
  • Expositions du Grand Palais (Miro).
  • Musée d’Orsay (Picasso Bleu & Rose).
  • Mémorial de la Shoah.
  • Money GoldCinémathèque française (Expos sur François Truffaut, Gus Van Sant). Musée du cinéma. Films de François Truffaut, Scorcese, Buster Keaton.
  • Osmothèque à Versailles (ISIPCA).

Année 2015. Toutes harcelées.

Année 2016. Conférences toutes harcelées.

Je fréquente aussi habituellement les conférences du Musée des Arts & Métiers (le jeudi) avec par exemple les thèmes suivants, qui m’ont beaucoup intéressé. Plaisir intellectuel jubilatoire.
(http://www.arts-et-metiers.net/agenda/archives) :

  • Money GoldLe transport par dirigeable : utopie ou réalité future ?
    Passionnant.

    – 21 janvier 2016
  • Money GoldMétamatériaux ou l’invisibilité réinventée.
    Passionnant. Comment rendre invisible un matériau …
    par Sébastien Guenneau et Philippe Barois
    – jeudi 25 février 2016
  • Money GoldÀ quoi rêvent les algorithmes ?
    par Dominique Cardon
    – jeudi 3 mars 2016
  • Money GoldManipuler l’infiniment petit.
    par Michel Spiro, Samuel Guibal, Stéphane Régnier
    – jeudi 17 mars 2016
  • Money GoldPollution des eaux, comment éliminer les médicaments ?
    par Hélène Budzinski et Jérôme Labanowski
    – jeudi 24 mars 2016
    Vidéo de la conférence ici :
    https://www.arts-et-metiers.net/musee/pollution-des-eaux-comment-eliminer-les-medicaments
  • Money GoldLes secrets du cosmos par Jean Audouze, un grand Monsieur de la physique.
    – 7 avril 2016
  • Money GoldFaire parler l’ADN fossile ou comment remonter le temps ?
    avec Eva Maria Geigl, directrice de recherche CNRS, Institut Jacques Monod, Equipe Epigénome et paléogénome, et Alain Froment, médecin et anthropologue, Musée de l’Homme, MNHN.
    – jeudi 28 avril 2016
  • Le cerveau, la machine et l’humain.
    avec Pierre-Marie Lledo, directeur du département de neurosciences à l’Institut Pasteur, directeur de recherche au CNRS, où il dirige le laboratoire « Gènes et cognition », et membre de l’Académie européenne des sciences. Il a été professeur invité à l’Université Harvard pendant de nombreuses années. Il est l’auteur, avec Jean-Didier Vincent, du Cerveau sur mesure, qui a été un grand succès.
    Vidéo de la conférence ici :
    https://www.arts-et-metiers.net/musee/le-cerveau-la-machine-et-lhumain

J’ai assisté à plusieurs conférences du cycle Rêves et cauchemars (Plaisir intellectuel jubilatoire) de la Cité des Sciences à la Villette :
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/animations-spectacles/conferences/thema-reves-et-cauchemars/cycle-la-science-des-reves/

  • Money GoldQuand le rêve tourne au cauchemar par Antonia Zadra.
    – 22 mars 2016.
    60 % des rêves sont des rêves anxieux.
  • Money GoldLes bienfaits du rêve par Isabelle Arnulf.
    Grande spécialiste du rêve …
    Les rêves prennent pour sujet l’activité diurne des 3 à 7 jours précédents et non celle de la veille, contrairement à ce qu’on croit souvent.

    – 29 mars 2016.
  • Money GoldL’interprétation du rêve a-t-elle un sens ? par Tobie Nathan.
    – 5 avril 2016.
    L’interprétation des rêves nécessite un tiers … nous dit le Pr Tobie Nathan, mais je pense qu’on peut parfois faire ça seul.
    Importance du rêve dans la révélation aux prophètes … On pense au prophète Youssef, fort dans l’interprétation des rêves (sourate n°11 du Coran).

J’ai assisté aussi à plusieurs conférences intéressantes de la semaine du cerveau 2016 et 2018 dans plusieurs lieux scientifiques :

  • Money GoldCerveau et justice. Conférence-débat de l’Institut Pasteur.
    par Marc Bourgeois, Denis Forest (philosophe), Philippe Goossens (avocat),
    Jean-Louis Mangin (informaticien au CEA).
    – 19 mars 2016.
  • Money GoldPilotage de drone par la pensée, animation au Palais de la Découverte
    par Nataliya Kosmyna.
    – 20 mars 2016.
  • Quelle conscience dans le coma ? par Sarah Wannez. Conférence du Palais de la Découverte.
    – 18 mars 2016.
  • Money GoldL’homme réparé – l’homme augmenté. Projection suivi d’un débat.
    par Jean-Michel Besnier (philosophe), Serge Picaud, Matthieu Saintenac (réalisateur).
    – 16 mars 2016.
  • Money GoldComportement, interface machine-homme, habitat intelligent, données de base : notre nouvelle vie à l’anthropocène par Pierre-Paul Vidal.
    – 15 mars 2016.

Année 2018.

  • Money GoldDu son au sens : comment casser le code de la parole ?
    Dr. Léo Varnet (post doctorant, Laboratoire des systèmes perceptifs, LSP, ENS Paris)
    Comment comprenons-nous la parole ? Comment notre cerveau décode-t-il les sons prononcés par notre interlocuteur pour identifier les mots et les syllabes qui les composent ? Depuis plus d’un siècle, la psycholinguistique cherche à répondre à cette question au travers d’expériences perceptives durant lesquelles des participants jugent de l’intelligibilité de sons de parole plus ou moins altérés. Nous suivrons ici la même approche, en décortiquant un son de parole pour observer les mécanismes impliqués dans sa compréhension.
    – Lundi 12 mars 2018. Ecolte Normale Supérieure.
    Il existe des atomes de parole … qu’on peut mettre en évidence !
  • Addictions : tous égaux ?
    Dr. Marie Jauffret-Roustide (CR CNRS, EHESS, UPD Inserm, CERMES3), Dr. Bertrand Nalpas (DR Inserm, DISC Inserm), Dr.Clément Vansteene (Hôpital Sainte Anne, USPC), Marc Margelidon (La Croix Bleue)
    Les addictions sont des pathologies cérébrales définies par une dépendance à une substance ou une activité. Comment l’addiction prend-elle racine dans le cerveau ? Comment déceler les facteurs de vulnérabilités pour une meilleure prévention et prise en charge ?
    Une conférence du cycle Santé en questions, conférence citoyenne proposée par l’Inserm et Universcience – Un duplex entre la Cité des sciences et de l’industrie et le Pavillon des sciences de Montbéliard.
    – Jeudi 15 mars 2018. Cité des Sciences de la Villette.
  • Visite-conférence du laboratoire de Magnéto-encéphalographie. Denis Schwartz, ingénieur de recherche.
    – Samedi 17 mars 2018. Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, Hôpital de la Pitié-Salpétrière.
  • Que savons-nous sur la dépression ? 
    Pr. Philippe Fossati (Pu PH, UPMC, Hôpital Pitié Salpêtrière, ICM, équipe Social and Affective Neuroscience)
    La dépression se traduit par des troubles émotionnels, cognitifs, et physique (fatigue, douleurs, troubles du sommeil, etc.). Elle peut être prise en charge aujourd’hui à l’aide de différents types de traitements médicamenteux. Cependant il n’est pas encore possible de prévenir la survenue des dépressions, les chercheurs souhaitent identifier des marqueurs qui permettraient d’identifier les sujets à risques. La dépression affecte profondément la vie quotidienne, et notamment la prise de décision : les personnes atteintes de dépression doivent déployer des efforts très importants pour réaliser une tâche, tout leur semble fatiguant, et souvent elles renoncent à entreprendre des actions pourtant simples.
    – Samedi 17 mars 2018. Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, Hôpital de la Pitié-Salpétrière.
    Conférence assez intéressante … Il est apparu récemment une molécule miraculeuse d’action très rapide contre la dépression : La kétamine. Un dépressif ne doit pas prendre la décision hative de divorcer. Le Dr Fossati nous dit que certains deviennent psychiatres par culture littéraire … Il ne faut pas se sentir concerné. Le métier de psychiatre est trop affreux. Le Dr Fossati nous dit aussi que le métier de médecin psychiatre est surtout fait d’automatismes et qu’il faut savoir réflechir au bon moment, 5 minutes par jour.

Année 2019.

  • Exposition sur le Microbiote à la Cité des Sciences avec ma soeur Sonia le 6 mars 2019.
  • Conférence inaugurale de la semaine du Cerveau 2019 sur les Addictions. Conférence passionnante.
    Par Jocelyne Caboche (Institut de Biologie Paris-Seine, Neuroscience Paris Seine –
    Sorbonne Université/CNRS/Inserm, Trésorière de la Société des Neuroscience).
    11 mars 2019.

Les addictions sont considérées comme des pathologies cérébrales définies par une dépendance et un usage compulsif d’une substance ou d’une activité, bien souvent malgré la connaissance de ses conséquences délétères, sur la santé, le comportement social, et la santé mentale. Les substances addictives incluent le tabac, l’alcool, les psychostimulants (cocaïne, amphétamine), les opiacés et le cannabis. Parmi les addictions sans substance sont aujourd’hui considérées, le jeu (jeux de hasard et d’argent), les sports extrêmes, voire même les écrans. Tous les individus ne sont pas égaux face aux addictions et les déterminants sociaux (environnement social y compris au cours de l’enfance, stress) jouent un rôle déterminant dans ce domaine. Jocelyne Caboche proposera de mieux comprendreles bases neurobiologiques de l’addiction, avec le détournement des circuits cérébraux normalement impliqués dans la récompense. Elle exposera les avancées de la recherche fondamentale et clinique qui permettent de mieux comprendre comment les substances ou certaines activités modifient de façon durable les propriétés des neurones au sein de ces circuits, et induisent une forme d’apprentissage pathologique associée à une libération accrue d’un neurotransmetteur : la dopamine. Comprendre ces mécanismes, et mieux les appréhender sont essentiels pour envisager de nouvelles approches thérapeutiques dans le traitement de ces pathologies.

Géolocalisé/harcelé.

  • Conférence passionnante sur le sujet : Le libre arbitre existe-t-il ?
    ESPCI (Ecole Supérieure de Physique & Chimie Industrielle de la Ville de Paris)
    12 mars 2019.
    Par

    • Bruno Delord, PR Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (ISIR), Sorbonne Université.
    • Nathalie Labrousse, Doctorante en sciences de l’éducation,
      Professeure agrégée lettres modernes,
      Laboratoire EDA (Education Discours Apprentissages) de Paris-Descartes.
    • Jean-Baptiste Guillon, Dr, normalien, agrégé, fait partie de la Chaire de Métaphysique et Philosophie de la Connaissance au Collège de France.

Lorsque notre comportement et nos choix peuvent être expliquées grâce aux neurosciences et aux sciences sociales, peut-on encore parler de libre arbitre ? Qu’en pensent les chercheur·es et les philosophes ? Pour animer cette réflexion, l’ESPGG propose un débat mouvant : une table ronde où le public doit se placer dans l’espace en fonction de ses convictions (à gauche : oui le libre arbitre existe; à droite : non ; au milieu : ne se prononce pas). Puis, au fur à mesure que la table ronde se déroule et que les échanges s’enrichissent, le public est invité à se repositionner.

Géolocalisé/harcelé. On ne peut avoir la paix lors de ces conférences : On est gravement harcelé par des flics qui crachent leur bile …

  • Conférence passionnante de la philosophe franco-italienne Elena Pasquinelli sur le sujet : Esprit critique, es-tu là ?
    ENS-Ulm (Ecole Normale Supérieure).
    13 mars 2019.

Sommes-nous capables d’esprit critique ? Peut-on outiller l’esprit critique ? Mais surtout : savons-nous de quoi nous parlons lorsque nous utilisons ces mots ? Nous allons puiser dans le réservoir des sciences cognitives – et des sciences tout court – pour nous en faire une idée.

Géolocalisé/harcelé.
On a encore été gravement distrait … par des flics psychotiques.

  • Entretien intéressant sur le thème Le cerveau, ce carrefour entre sciences et humanités.
    14 mars 2019.
    Par Giuseppe Gangarossa, Université Paris Diderot & Jean-Gaël Barbara, CNRS.

Comment les savoirs sur le cerveau se sont-ils construits ? Comment cet organe si fascinant et mystérieux a-t-il réussi à se placer au croisement des savoirs ? La Semaine du Cerveau est l’occasion d’un dialogue entre neurosciences et sciences humaines. Les bibliothèques de santé de l’université Paris Diderot vous proposent une rencontre avec Giuseppe Gangarossa, enseignant-chercheur en neurosciences (CNRS/Paris Diderot) et Jean-Gaël Barbara, historien et épistémologue des sciences (CNRS).
Cette rencontre accompagne l’exposition NeuroArts, sur l’imagerie du cerveau en lien avec les fonctions cérébrales. L’exposition NeuroArts est itinérante : Bibliothèque Bichat (février), Bibliothèque Villemin (mars), Bibliothèque Garancière (avril).

Géolocalisé/harcelé. Harcelé y compris dans la salle de conférence.

  • Conférence-entretien : Pourquoi et comment les maladies du cerveau font-elles encore de la résistance ?
    Institut Pasteur, Rue du Docteur Roux, Paris, France.
    16 mars 2019.Par

    • AGID Yves : médecin Neurologue, Professeur émérite à l’ICM (Institut du Cerveau et de la Moelle) ; Hôpital de la Pitiè-Salpêtrière, (Maladies neurologiques; tumeurs gliales).
    • BRISARD Claudine Directrice du Groupe Central Nervous System Medical Managment chez Syneos Health (Neurodegenerescence, douleur, psychiatrie).
    • DALKARA Deniz Institut de la Vision Paris Inserm U968 (restauration de la vision).
    • HENRY Chantal médecin Psychiatre ; Chercheuse à l’Institut Pasteur (Unité de Perception et mémoire olfactive, maladies psychiatriques).
    • PETIT Christine : médecin Généticienne, ; Professeur au Collège de France, Professeur à l’Institut Pasteur, Directrice de l’Institut de l’Audition, Paris (restauration de l’audition).
    • Alain PEREZ (journaliste spécialisé dans la recherche médicale au sein de la rédaction du site Théragora).
    • Et le grand Jean-Pierre Changeux, Normalien, Major de l’Agrégation de Sciences Naturelles en 1958, Docteur en Sciences Naturelles à l’Institut Pasteur (1964), Directeur de l’unité de neurobiologie moléculaire de l’Institut Pasteur, professeur honoraire au Collège de France et à l’Institut Pasteur, membre de l’Académie des Sciences, lauréat du Prix Albert Einstein 2018.
      Biographie ici :
      https://www.academie-sciences.fr/fr/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences-/-C/jean-pierre-changeux.html
      https://www.college-de-france.fr/site/jean-pierre-changeux/index.htm

Pour les maladies du cerveau, quels sont les freins dans la recherche fondamentale, la clinique, les biotechnologies, les industries neuro-pharmaceutiques, les start-up, les applications thérapeutiques, les débats éthiques et politiques ? Les médecins, chercheurs, industriels, produisent une immense quantité de connaissances scientifiques et technologiques. Pourquoi les progrès thérapeutiques paraissent-ils lents aux yeux du grand public et surtout des patients ? La clinique, pourtant ancienne (Hippocrate), n’a avancé que lentement jusqu’au XIXème siècle, et récemment plus rapidement en neurologie qu’en psychiatrie; pourquoi ? La variabilité des paramètres biologiques entre individus est tellement grande qu’elle suscite une individualisation des thérapies. Cela nécessite des techniques rapides et fiables au chevet du patient, donc de l’argent et du personnel. Les “Big Data” et l’Intelligence Artificielle vont-elles améliorer cette nouvelle clinique ? Peut-on identifier les difficultés techniques, conceptuelles, translationnelles, ralentissant aujourd’hui les traitements des maladies neurologiques et mentales ? Les neurosciences, avec l’avancée des neurotechnologies et de la bioinformatique, produisent une quantité de données scientifiques jamais égalée. Comment les soignants peuvent-ils/elles exploiter cette masse d’informations et en tirer profit dans leur pratique ? Comment s’articulent les innovations scientifiques avec les innovations cliniques, technologiques, et industrielles. De quelle nature sont les freins dans les industries neuro-biotechnologiques et neuro- pharmaceutiques ? Est-il exact que l’industrie pharmaceutique a depuis quelques années délaissé la recherche de nouvelles molécules psycho-pharmacologiques jugées inefficaces, moins rentables ? Ou bien s’agit-il d’une ré-orientation vers les nouvelles techniques neuro- biologiques ? La recherche translationnelle permet-elle un transfert assez rapide des découvertes scientifiques et industrielles vers les applications cliniques ? Comment les cliniciens, chercheurs, et industriels collaborent-ils ? Les temps, les logiques, les valeurs, les pratiques, de la recherche fondamentale, de la clinique, et de l’industrie, sont différents. Est-ce un frein ? Pourtant l’objectif est le même : soigner !

  •  Expo sur les Droits de l’Homme vus par le Street-Art.
    Musée de l’Homme.
    15 mars 2019.Géolocalisé/harcelé.

 

 

Un mode de communication inapproprié : Les flics sont des maniaques sévèrement anosognosiques nous manquant gravement de respect, perdus dans leur négation de l’altérité. Atteinte au principe de liberté. On n’a pas demandé à les écouter.

Un mode de communication inapproprié : Les flics sont des maniaques. On leur conseille le LITHIUM pour calmer leur euphorie.

Voilà ce que dit l’ouvrage collectif aux éditions Lavoisier 2014, Les troubles bipolaires, au chapitre aspects psychopathologiques et psychodynamiques : De l’état dépressif à l’état du triomphe du moi par M.-C. Lambotte p. 585 – 594.

 » Versatile, passant d’une préoccupation à une autre, le maniaque semble entièrement soumis à ses impulsions et à ses intérêts du moment et ne respecte plus les contraintes du cadre social qui ordonnent habituellement la communication.

Cette description de L. Binswanger, extraite de son ouvrage Mélancolie et manie, montre bien une sorte d‘effacement des repères qui, à l’ordinaire, permettent à des interlocuteurs de se référer aux mêmes éléments spatiaux-temporels dont la signification symbolique fixe le cadre de leurs échanges.

L. Binswanger analyse alors cette perte de considération du socius en se référant aux étapes husserliennes de la constitution de l’expérience d’autrui qui, de la présentation ou perception d’un corps-objet réel (une chose de la nature) se poursuit ensuite par l’acceptation de celui-ci comme un corps vivant étranger (l’alius), pour enfin parvenir à son apprésentation comme alter ego ; ce serait cette dernière fonction qui ferait défaut au sujet maniaque en butte à de seules présences (Präsenzen) isolées, sans liaison entre elles et sans qu’elles puissent s’inscrire dans la continuité de la biographie interne. (…) Il ne s’agit pas d’un déficit ou d’une lésion cognitive, mais bien plutôt d’une incapacité à considérer l’autre comme un alter ego participant d’un contexte commun et soumis de fait aux mêmes coordonnées mondaines.

Ce sont les « tendances déterminantes », selon K. Jaspers, qui manqueraient au sujet maniaque, tant en ce qui concerne la suite indéfinie et débridée de ses idées que l’excitation labile et désordonnée de son comportement.

Aussi bien en ce qui concerne la manie, la neutralisation des « tendances déterminantes » et du cadre contextuel nécessaire à la communication nous conduit-elle à penser qu’il s’agit là de la brusque mise à l’écart de toute contrainte, de toute règle qui habituellement règle les supports humains et leur donne à la fois consistance et signification. Or, nous savons qu’au regard de la psychanalyse, les rapports humains sont essentiellement construits sur des projections imaginaires en fonction desquelles les images respectives des partenaires s’ajustent en permanence. Mais ces images ne s’ajustent pas n’importe comment et n’alimentent pas non plus indéfiniment la tension agressive ; elles se trouvent à la fois circonscrites à l’intérieur d’un cadre et règles par un code symbolique qui permet aux partenaires de se référer à un même domaine de définition. Nous ne nous comportons pas de la même manière lorsque nous rencontrons quelqu’un dans un amphithéâtre universitaire ou sur un terrain de sport, et la meilleure image de soi que nous voulons présenter (le moi idéal) devra nécessairement s’adapter au contexte symbolique qui caractérise le socius.

L’aisance et la liberté excessives prises avec autrui, ou bien encore le peu de cas que le maniaque fait de la personne à laquelle il s’adresse, ne permet pas non plus la reconnaissance de l’autre dans l’assomption de sa différence ; et l’objet extérieur se trouve nié au sein même des manifestations les plus démonstratives de rapprochement.« 

Voilà pour la psychanalyse de ces maniaques. Les mots ne servent pas qu’au harcèlement : Des mots très savants servent aussi à décrire la réalité du déchainement des flics pendant plusieurs mois, plusieurs années. Nous, on sait s’exprimer en public, se comporter en société, mais les flics étant malades ont perdu toute notion de savoir-vivre. Ils ont un mode inapproprié de communication. Non seulement, ces flics parlent à tort et à travers, mais en plus, ils le font avec une mentalité de merde. Mais les deux vont souvent ensemble … Les mentalités de merde, ça existe et ça peut gravement vous pourrir la vie. On attend que le scandale se termine. Les flics sont indifférents à la haine qu’ils m’envoient et c’est un attribut principal des pervers narcissiques ; Ils se croient intègres. Drucker a le même problème. C’est ce que Cyrulnik appelle l’arrêt d’empathie. Il est des gens qui se sont disqualifiés il y a longtemps. ON LEUR CONSEILLE LE LITHIUM POUR CALMER LEUR EUPHORIE.

Les maniaques, c’est comme l’hiver : Vous voudriez empêcher qu’il soit là, mais vous ne pouvez rien y faire … Les flics s’imaginent encore avec une relation contractuelle avec moi : Laquelle ?

 

Le scandale sonore de flics gravement anosognosiques.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Dans mon immeuble, mon appartement au 3ème étage est truffé de micro-espions. Il est également équipé d’une dizaine de haut-parleurs en sources virtuelles. Une dizaine de flics peuvent me parler de l’extérieur de mon appartement, un peu au-dessus de la fenêtre, sons semblant venir de l’extérieur ou de chez la voisine du dessus. Le logement est scanné par une imagerie inconnue permettant la lecture de la pensée. Les flics m’adressent 1500 – 5000 mots par jour montrant une logorrhée maniaque incoercible. Une cinquantaine de flics se défoulent dans mon domicile depuis 12 ans entre 2007 et 2019. Une vision de l’enfer. La torture (torture blanche) n’a plus forcément lieu dans les commissariats.

Sur l’enfer, Hannah Arendt écrivait : « A ces gens (et ils sont plus nombreux dans n’importe quelle grande ville que nous ne sommes prêts à l’admettre) l’enfer totalitaire ne prouve qu’une chose : que le pouvoir de l’homme est plus grand qu’ils n’eussent jamais osé l’imaginer ; que l’homme peut réaliser des visions d’enfer sans que le ciel tombe ou que la terre s’ouvre ». (Le système totalitaire, p. 256).

 

son_comme_arme1

 

bruit1_medium

Un caisson sonore en guise de logement.

 

 

Mon logement est le lieu des phénomènes suivants :

  • Captations de données informatiques (accès non autorisé à un STAD), commentées de façon sonore en temps réel ou différé. (C’est la nouvelle mode dernier cri). Ouverture de fichiers personnels, de textes écrits sous format Word hors ligne, publiés nulle part, de mails, de publications Facebook et de Messageries instantanées, de consultations internet. Nos ordinateurs sont équipés depuis longtemps de chips (puces), véritables mouchardsce qui les rend visitables et contrôlables à merci. Les flics sont très réactives à des mails. Viol permanent …

Intensité du phénomène : *********°

Chip

  • Sonorisation des véhicules, domiciles (pose de micros) et voies publiques, transports publicscommentées de façon sonore en temps réel ou différé. En lien avec ces procédés, commentaires des émissions télé visionnées.

Intensité du phénomène : ********°°

  • Ecoutes téléphoniques, commentées de façon sonore en temps réel ou différé. Violation de SMS (ou textos de mobiles).

Intensité du phénomène : *****°°°°°

  • Lecture de la pensée (ou détecteur de mensonges) interdit même dans les milieux judiciaires par l’article 3 CEDH (torture, traitements inhumains et  dégradants), pratique contrevenant à la liberté de conscience, de pensée, de religion (article 9 CEDH), commentées de façon sonore en temps réel. Phénomène très spectaculaire pratiqué un peu partout, dans le domicile surtout, mais aussi dans des lieux publics. Exceptionnel scandale. Ce phénomène n’est pas du au fait d’une pathologie mentale (automatisme mental : Pensée devinée, écho de la pensée). C’est le propre des flics d’être paumés par une technologie qu’ils ne maîtrisent plus. La technique en question est tellement rapide qu’elle permet aux flics de savoir ce que je suis en train de lire, ce qui dépasse de loin les espérances de plusieurs scientifiques travaillant sur le sujet. Les commentaires sont sporadiques, mais ils indiquent que le phénomène est pratiqué en permanence, aussi bien le jour que la nuit, dedans et dehors. On me prend pour un cobaye sans mon consentement. C’est là que c’est devenu intéressant. Vu le caractère scandaleux et extrêmement grave de cette opération, la demande en dommages-intérêts au titre de la satisfaction équitable va être très élevé.

Intensité du phénomène : ******°° Forte. Permanente.

penseurrodin
Le Penseur de Rodin.
  • Harcèlements sonores surtout dans le domicile ce qui constitue une violation réitérée du domicile par des fonctionnaires de police … Les policiers ont décidé d’équiper de haut-parleurs le mobilier urbain et mon domicile (en sources virtuelles), le plus souvent à un niveau sonore assez faible (0 dB), mais aussi à un niveau sonore élevé (Cris = 80 – 105 dB). J’affirme avec force que je n’ai pour ainsi dire jamais été victime d’hallucinations auditives. Ce sont des sons que j’entends très distinctement. On a un vrai problème avec les psychiatres.

Intensité du phénomène : *************** Très forte. Permanente.

https://harcelementssursami.wordpress.com/2018/07/30/les-attaques-acoustiques/

Ce résumé décrit l’exacte vérité de ce qui s’est passé …

Géolocalisation abusive et systématique, illégale. Couplage géolocalisation/harcèlements sonores. Pratiqué pendant 12 ans de 2007 à 2019, jour après jour. Atteinte au principe constitutionnel de liberté d’aller et venir (article 4 de la DDH). Avec quelques articles de Droit …

  • Géolocalisation et vidéosurveillance très abusives, systématiques, permanentes, commentées de façon sonore en temps réel. Phénomène extrêmement suprenant. Je ne sais pas comment je suis géolocalisé. J’avais tenté de sortir sans mon téléphone GSM (qui comporte une localisation GPS), ça n’avait rien changé. Je suppose qu’il a été instauré un système très évolué, miniaturisé de vidéosurveillance, ce que la technique peut permettre aujourd’hui. On aboutit ainsi à une violation de la vie privée sociale. Ce groupe sait en permanence où je me trouve, ce qui lui permet de me harceler. Curieuse notion de notre Liberté ! C’est une véritable « traque », qu’on peut désigner sous le terme « stalking ».

Intensité du phénomène : *************** Très forte. Permanente.

La vidéosurveillance a été bien plus loin que ce qui est raconté officiellement et ça nous pose un problème moral, puisque elle a été utilisée à d’autres fins que la sécurité publique. La thèse d’Isabelle Lolies raconte même que la déviation de la vidéosurveillance a été considérée aussi grave que la captation d’images dans des lieux privés … La vidéosurveillance est considérée, surtout lorsqu’elle est accompagnée de commentaires, comme une restriction de la liberté d’aller et venir. J’ai écrit aux services de police de logistique de la vidéosurveillance en Ile de France qui n’ont pas daigné me répondre.

 

CameraEspionMiniaturisee

Les caméras sont aujourd’hui miniaturisées … ce qu’ont constaté tous les utilisateurs de mobiles munis de lentilles miniatures.

 

 

Geolocalisation_20190228_VSG

Courses du matin le 28 février 2019.

 

 

Geolocalisation_20190304_DejeunerAdnane

Déjeuner avec mon ami Adnane le 4 mars 2019 au Flunch de Beaubourg.

 

 

Geolocalisation_20190306_CiteDesSciences

Exposition le Microbiote à la Cité des Sciences avec ma soeur Sonia le 6 mars 2019.

 

 

Geolocalisation_20190312_ConsulatTunis.jpg

Géolocalisé jusqu’au le 12 mars 2019 Consulat de Tunis pour refaire mon passeport tunisien arrivé à expiration …

 

 

Geolocalisation_20190311_Jussieu

Géolocalisé/harcelé le 11 mars 2019 jusqu’à Jussieu pour la conférence inaugurale de la semaine du Cerveau 2019 sur les Addictions. Conférence passionnante.

 

 

Geolocalisation_20190312bis_ESPCI

Géolocalisé/harcelé le 12 mars 2019 jusqu’à l’ESPCI (Ecole Supérieure de Physique & Chimie Industrielle de la Ville de Paris) pour une conférence passionnante sur le sujet : Le libre arbitre existe-t-il ? On ne peut avoir la paix lors de ces conférences : On est gravement harcelé par des flics qui crachent leur bile …

 

 

Geolocalisation_20190313_ENS

Géolocalisé/harcelé le 13 mars 2019 jusqu’à l’ENS-Ulm (Ecole Normale Supérieure) où j’écoutais une conférence passionnante de la philosophe franco-italienne Elena Pasquinelli sur le sujet : Esprit critique, es-tu là ? On a encore été gravement distrait … par des flics psychotiques.

 

 

 

Geolocalisation_20190315_FacMedecineDiderot

Géolocalisé/harcelé le 14 mars 2019 jusqu’à la Face de Médecine de Paris 7 Diderot. Harcelé y compris dans la salle de conférence où se tenait un entretien intéressant sur le thème Le cerveau, ce carrefour entre sciences et humanités.

 

 

Geolocalisation_20190315_Troca

Géolocalisé/harcelé jusqu’au Musée de l’Homme où je suis allé voir l’expo sur les Droits de l’Homme vus par le Street-Art.

 

Ces cartes ont été obtenues grâce à une montre connectée à mon mobile, tous deux de marque Xiaomi.

 

Quelques articles de Droit.

* L’illégalité des surveillances par géolocalisation autorisées par le ministère public, Dalloz 2014, p 115, par Haritini Matsopoulou.

 

IllegaliteSurveillancesGeolocalisation

 

* Géolocalisation et droit au respect de la vie privée par Sofian Anane, 2014.

 

GeolocalisationSofianAnane

 

* Géolocalisation de Convention Européenne des Droits de l’Homme (Article 8 : Respect de la vie privée).

 

GeolocalisationCEDH

Récréation.

La mouche du coche (Fable de la Fontaine). Ou la flic qui ne me quitte pas d’une semelle …

Mouche-Coche

Expression employée pour désigner un individu voulant faire l’empressé et se mêlant de tout sans se rendre vraiment utile.

Cette locution proverbiale s’applique à une foule de gens qui essaient de se donner de l’importance par une activité inintelligente et sans résultat, comme la mouche du coche dans la fable de La Fontaine (livre VII, fable IX), se croyant nécessaire, en bourdonnant aux oreilles de chevaux attelés à une lourde voiture et gravissant à grand’peine une côte.

En voici la morale, qu’on pourrait appliquer à bien des personnes qui s’attribuent des succès auxquels elles n’ont nullement contribué :

Ainsi, certaines gens, faisant les empressés,
S’introduisant dans les affaires,
Ils font partout les nécessaires,
Et partout importuns devraient être chassés.

Effectivement, les exemples sont nombreux dans le monde où l’on rencontre beaucoup de mouches (hommes ou femmes) de cette espèce, faisant beaucoup de bruit, se donnant beaucoup de mouvement, se mêlant de tout, et cela sans devenir réellement utiles. Les Romains connaissaient cette espèce de gens que l’on trouve parfaitement dépeints dans les quatre vers suivants du fabuliste Phèdre :

Est ardelionum quaedam Romae natio,
Trepide concursans, occupata in otio,
Gratis anhelans, multa agendo nibil agens,
Sibi molesta et aliis odiosissima.

(Il se trouve à Rome une espèce de faiseurs d’embarras qui s’agitent et se démènent, montrant beaucoup d’activité, quand il n’y a rien à faire, qui s’essoufflent sans résultat ; qui, toujours affairés, ne font rien. Ils sont incommodes à eux-mêmes et exécrée des autres.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Vie Privée, c’est comme les Droits de l’Homme, c’est Sacré ! (Robert Badinter).

Contre la surveillance, la question démocratique (Edwy Plenel, le 29 avril 2015). L’Etat de surveillance …

EdwyPlenel
 

Allo ? Edwy ?

 

Article de Mediapart que je me permets de retranscrire ici.

Contre la surveillance, la question démocratique

PAR EDWY PLENEL

ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 4 MAI 2015

À l’absence d’avancées nouvelles sur le terrain des libertés, s’ajoute désormais l’extension des pouvoirs dévolus au pouvoir exécutif, à sa part d’ombre policière et militaire, sans qu’elle soit contrebalancée par l’instauration de contre-pouvoirs forts.

La démocratie n’est qu’un mot creux si elle se réduit au choix, tous les cinq ans, de représentants. Et d’autant plus, en France, où ces derniers sont abaissés par un système présidentiel qui les soumet au bon vouloir d’un seul, aux majorités automatiques, aux obéissances contraintes. Pour affronter la complexité du monde et ses défis, une démocratie vivante suppose une délibération permanente favorisant des majorités d’idées, exige des contre-pouvoirs forts et respectés, appelle une relation avec la société qui ne se réduise pas aux propagandes communicantes et, au contraire, permette de donner droit aux expertises citoyennes, ces connaissances et doléances nées de l’expérience vécue.

S’il est un sillon qu’a toujours prétendu creuser la gauche, dans sa pluralité, depuis qu’en 1981, elle a découvert l’exercice durable du pouvoir, c’est bien celui-là. Elle pouvait être décevante sur les terrains sociaux, économiques, écologiques, européens, etc., du moins prétendait-elle étendre le champ des libertés individuelles et collectives. Loin de l’en faire dévier, les abus de pouvoir présidentiels sous François Mitterrand – des écoutes de l’Élysée à l’affaire Greenpeace – avaient même renforcé cette exigence dans sa famille politique. Avec l’actuel pouvoir socialiste, incarné par François Hollande et Manuel Valls, c’en est fini de cette ambition. Quatre mois à peine après un sursaut citoyen autour de la liberté de dire, d’agir et de penser, ils font chantage aux attentats, donc à la peur, pour restreindre cette liberté, la mettre sous surveillance généralisée et, ainsi, contraindre la société à rentrer dans le rang, à se soumettre et à obéir (lire ici mon précédent article sur cet attentat aux libertés).

Au pas de charge, Janvier 2015 s’est transformé en Septembre 2001 : l’occasion terroriste qui fait le larron sécuritaire. Le projet de loi relatif au renseignement marque une rupture sans précédent non seulement dans l’histoire politique de la gauche du demi-siècle écoulé mais aussi pour l’avenir de notre démocratie, quels qu’en soient les gouvernants demain : sans consulter ni écouter la société, sans l’entendre alors que la protestation de ses acteurs citoyens est générale, une loi bâclée et précipitée, votée dans l’urgence, risque d’offrir au pouvoir exécutif, via les services secrets et les techniques numériques, un champ d’arbitraire infini dans le contrôle des individus, de leurs communications, de leurs fréquentations, de leurs convictions, de leurs engagements, de leurs curiosités.

L’indifférence, voire le mépris, du pouvoir face aux protestations – par exemple,  celles,  collectives,  de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (lire ici) ou de l’Observatoire des libertés  et du numérique (lire là) – témoignent bien plus que d’un entêtement aveugle et sourd. Ils confirment un profond recul de la conviction démocratique de nos gouvernants socialistes, leur crainte du pluralisme, leur goût du secret, leur inclination autoritaire, leur peur du débat. La loi sur le renseignement consacre une régression que laissaient déjà entrevoir des atteintes inédites aux libertés d’opinion (avec la loi antiterroriste votée fin 2014 et celle annoncée sur le racisme – lire ici et ), mais aussi de manifestation et de réunion (avec la banalisation depuis 2014 des interdictions préalables – lire ici et ).

Mais cette éclipse de l’idéal démocratique se retrouve aussi bien dans l’avènement d’un parlementarisme de caserne, avec le recours au 49.3 ou à la procédure accélérée pour faire taire les oppositions. Elle se prolonge dans la gestion interne du parti au pouvoir, le PS, dont le premier secrétaire, toujours non élu   par les adhérents, refuse le débat avec les courants critiques pour le congrès de juin et appelle de ses vœux un fait majoritaire qui mette fin à toute dissidence, imposant un esprit de parti caporaliste. Elle se traduit également par cette accoutumance au secret sur les enjeux d’intérêt – et d’argent – public comme en témoigne l’opacité de la procédure d’élection des présidences de l’audiovisuel public par le CSA – dont le président est lui-même nommé par le seul chef de l’État.

En contrepoids, on serait bien en peine de trouver, à l’heure des potentialités participatives, documentaires et informatives de la révolution numérique, une quelconque avancée sur le terrain du droit de savoir depuis que François Hollande a  été  élu  président  de la République. Tandis que la France ne dispose toujours pas d’une loi fondamentale sur le droit d’accès des citoyens à toute information d’intérêt public, à l’instar des FOIA américain (lire ici) ou britannique (lire là), la diabolisation d’Internet, de son agora sans frontières, de ses réseaux sociaux et des citoyens qui s’y expriment, est devenue l’obsession de gouvernants qui se comportent en propriétaires de l’esprit public, redoutant ce « n’importe qui » de l’idéal démocratique qui, aujourd’hui, fait enfin valoir ses droits – sans privilège de condition, de fortune, de  naissance, d’origine, de diplôme…

Pis, alors même qu’il entend mettre à la merci d’un État de surveillance nos secrets privés et intimes, l’actuel gouvernement n’a cessé de vouloir renforcer le secret qui protège l’ordre établi, aussi bien politique qu’économique, contre les curiosités légitimes des citoyens. C’est ainsi que  l’extension  du  domaine  du secret défense sous le pouvoir précédent à des lieux industriels et au renseignement intérieur  n’a pas été remise en cause. Tout comme la promesse d’une loi protégeant vraiment le secret des sources des journalistes, à l’inverse de celle actuellement en vigueur, a été sans cesse repoussée dans l’agenda parlementaire, sur pression du gouvernement.

Sans compter l’empressement de ce dernier à imposer à la hussarde une sacralisation du secret des affaires qui, si elle advenait, empêcherait toute enquête audacieuse sur les dégâts du capitalisme et les abus de ses oligarques. Nul hasard évidemment si cette priorité

figurait dans le dernier rapport de la Délégation parlementaire au… renseignement, animée par le député Jean-Jacques Urvoas, promoteur de l’actuelle loi liberticide (à lire ici). Lequel rapport, où Edward Snowden est décrit – ou plutôt calomnié – comme « un idiot utile au service des groupes terroristes », s’ouvre sur une citation du très peu démocrate Napoléon, faisant l’éloge des espions.

Napoléon, cet ennemi farouche de la liberté de la presse qui rêvait d’une France où il n’y ait plus « qu’un seul parti » et qui ne souffrait pas « que les journaux disent ni fassent rien contre nos intérêts ». Napoléon, symbole de ce césarisme dictatorial contre l’héritage duquel la gauche des libertés, des droits démocratiques et sociaux, n’a cessé de se dresser. Napoléon donc, devenu la référence des zélotes du pouvoir en place.

Politique de la peur et État d’exception

Le bonapartisme autoritaire n’aurait pas renié cette récente saillie du président du groupe socialiste au Sénat, un fidèle de François Hollande, s’en prenant   à ceux qui « chipotent » sur les libertés face au terrorisme (lire ici). Le plus grave, c’est que le propos n’ait pas soulevé plus d’indignation. Car quand le souci démocratique devient à ce point secondaire pour les élus de la nation, c’est une pédagogie de l’exception qui s’installe, celle des États de siège et d’urgence, des pouvoirs spéciaux en somme. Celle qui, dans l’aveuglement, la résignation ou l’indifférence, peut conduire aux pires abus des démocraties devenues de très basse intensité – les États-Unis l’ont vécu après 2001, la France le sait depuis la guerre d’Algérie.

Tout comme la SFIO des années 1950, égarée au point d’en perdre l’honneur, c’est à la démocratie comme idéal sans cesse inachevé et comme exigence sans cesse renouvelée que ce pouvoir tourne le dos. On n’en finirait pas de convoquer tous les penseurs de la démocratie, y compris les plus modérés, qui illustrent l’héritage intellectuel ainsi bradé. C’est Alexis de Tocqueville redoutant le « despotisme doux » d’une démocratie où « les citoyens sortent   un moment de la dépendance pour indiquer leur maître, et y rentrent » alors que « s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort ». C’est Henri Bergson rappelant que la démocratie « s’est introduite comme protestation dans le monde » tandis que « la formule d’une société non démocratique serait “Autorité, hiérarchie, fixité” ».

C’est Pierre Mendès France évoquant « cette “tyrannie douce” dont parlait Tocqueville » à laquelle « conduisent insensiblement une information biaisée, une répression d’abord modérée, des tribunaux d’exception ou, en tout cas, rendus dociles, une législation ambiguë qui sera progressivement interprétée et déviée, des machinations et des provocations policières, des atteintes insidieuses aux libertés ». Pour Mendès France, cette tentation est indissociable, en France, de la « personnalisation du pouvoir » qui, en encourageant « la Nation à croire que tout sera résolu par un homme, sans qu’elle intervienne elle-même, choisisse et décide », livre la démocratie « à une couche de la population, à une élite, à une avant-garde ».

C’est, plus près de nous, le philosophe Claude Lefort pensant la démocratie comme  lieu  du  conflit, de la contradiction et de la  pluralité  –  et  non pas du conformisme, de l’obéissance et de l’homogénéité. C’est le sociologue Edgar Morin renchérissant par un appel à une « démocratie participative » face à un système représentatif « en voie de dévitalisation », marqué de plus par un  sévère « aplatissement de la pensée politique ».  C’est l’historien Pierre Rosanvallon souhaitant l’avènement d’une « souveraineté complexe », aux instances pluralistes et diversifiées afin de permettre « l’accroissement de l’influence de la société dans   le processus politique » tandis  que,  de  fait,  la   seule élection de représentants, qui plus est soumis au pouvoir  sans  partage  du  premier  d’entre  eux,  la marginalise et la dépossède (retrouver ici nos entretiens avec Pierre Rosanvallon et là sa critique du projet de loi sur le renseignement).

C’est enfin, tout récemment, le constitutionnaliste Dominique Rousseau appelant (ici, sur Mediapart)  à une « démocratie continue » face à un système institutionnel, celui de la Cinquième République, devenu « dangereux » en ce qu’il installe les gouvernants dans une « situation d’autisme politique » où pouvoir de décision et responsabilité politique sont déconnectés. En somme, une « démocratie sans le peuple » où les changements de cap d’un président s’émancipant du mandat qui lui a été confié, au point de ne plus mener la politique de sa majorité électorale, ne sont soumis à aucune validation dans les urnes.

Tous ces maux ne datent pas d’aujourd’hui. Mais, allant à rebours de l’espérance des électeurs de 2012 face à l’hystérisation de la présidence Sarkozy, la présidence Hollande sous le gouvernement Valls,  loin d’y remédier, les accentue,  les  systématise  et les radicalise. Confrontée à ses échecs et à son impopularité, elle a choisi de faire fi des alarmes et litière des espoirs en optant pour la solution de facilité : la politique de la peur, celle qui se sert des menaces terroristes pour instaurer un État d’exception. Le mot n’est pas trop fort pour décrire un État où le pouvoir exécutif étend de façon démesurée ses prérogatives secrètes en se mettant à l’abri des procédures de la justice et des enquêtes de la presse.

Avec le même aveuglement idéologique que les néoconservateurs américains, ce pouvoir transforme la lutte antiterroriste en guerre sans fin, la traque policière en défi militaire, la répression ciblée en mobilisation générale. Renonçant à une appréhension complexe du monde, il opte pour ce simplisme guerrier qui  ne  distingue  plus  que  des  amis  et  des ennemis. Ce faisant, il se place lui-même en opposition conflictuelle avec sa propre société, sa diversité ethnique et sa pluralité culturelle, regardant ses classes populaires comme des classes dangereuses et sa jeunesse indocile comme un désordre menaçant.

Sauver la République comme espérance démocratique

À rebours de tous les combats de la gauche contre les idéologies réactionnaires qui sacrifient les idéaux de liberté à une illusion de sécurité, le projet de loi relatif au renseignement entend officialiser la « société punitive » qu’entrevoyait Michel Foucault dans son cours au Collège de France de 1972-1973 (voir ici). C’est une société, expliquait le philosophe, où « le système de contrôle permanent des individus » est « une épreuve permanente, sans point final », « une enquête, mais avant tout délit, en dehors de tout crime ». « C’est une enquête de suspicion générale et a priori de l’individu », insistait-il, « qui permet un contrôle et une pression de tous les instants, de suivre l’individu dans chacune de ses démarches, de voir s’il est régulier ou irrégulier, rangé ou dissipé, normal ou anormal ».

Cette surveillance généralisée est une arme de coercition éthique et politique. En privant l’individu de sa part secrète d’autonomie, elle l’invite à se conformer aux normes dominantes, à ne jamais se  rebeller, à rester dans le rang, à se soumettre et à obéir. « Privé, c’est libre en secret », énonçait Thomas Hobbes dans son Léviathan (1651), définition dont la portée politique dépasse la seule dimension intime de la vie privée. Préserver notre for intérieur du pouvoir d’État est la condition première des émancipations futures. Si nous voulons non seulement rester libres mais surtout inventer les libertés nouvelles, il nous faut impérativement préserver de toute inquisition étatique cet espace où nous pouvons penser à part et à l’écart, contre et ailleurs, en dehors et en retrait.

Les documents de la NSA américaine révélés par Edward Snowden montrent que tel est bien l’enjeu démocratique de la surveillance de masse,  et  non pas l’efficacité antiterroriste qui lui sert de prétexte. Loin d’être ciblée, elle vise tous azimuts, jusqu’aux gouvernants alliés, aux entreprises étrangères, aux concurrents économiques, aux journalistes indociles, aux citoyens protestataires, aux idées dissidentes, etc. La menace devient  indistincte  et,  par  conséquent, la suspicion générale. Au lieu de mettre au service  de la société les potentialités démocratiques de la révolution numérique, il  s’agit  de  les  confisquer  au service du pouvoir exécutif, avec la complicité  des grands opérateurs économiques. Désormais, qui tiendra le pouvoir disposera du savoir, s’appropriant cette connaissance panoptique tandis que le droit de savoir des citoyens sera entravé, ne cessant de se heurter à des secrets barricadés, de défense ou des affaires.

Tous ceux qui douteraient encore de la dangerosité de cet engrenage pour la société et ses libertés politiques doivent lire le témoignage de Glenn Greenwald sur l’affaire Snowden, Nulle part où se cacher (JCLattès, voir ici). S’appuyant  sur  les  archives  de  la  NSA, il  répond  de  façon  pédagogique  à  la  question  :

«  En  quoi  un  État  de  surveillance  est-il  nocif  ? »

« Tout ici, explique-t-il,  tend  à  mettre  en  lumière le marché implicite qui est offert aux citoyens : ne  remettez rien en question et vous n’aurez rien à craindre. Occupez-vous de vos affaires, et soutenez, ou du moins tolérez ce que nous faisons, et tout ira bien. En d’autres termes, si vous souhaitez rester vierge de toute accusation, vous devez éviter de provoquer les autorités qui manient ces pouvoirs de surveillance. C’est un marché qui invite à la passivité, à l’obéissance et à la conformité. L’option la plus sûre, le moyen d’avoir la garantie qu’on vous “laisse tranquille”, c’est de garder le silence, de ne pas se montrer menaçant et de rester docile. »

S’agissant de la presse, dont la liberté est au service du droit de savoir des citoyens, le projet de loi sur   le renseignement est une menace directe. Prises en tenaille entre la propagande des communicants et l’espionnage des services, les vérités qui « portent   la plume dans la plaie », selon la célèbre formule d’Albert Londres, auront encore plus de mal à s’imposer dans l’espace public, voire à simplement émerger. Le champ de la surveillance, tel qu’il est défini par l’article 1er du projet de loi (retrouver ici  sa version définitive), recouvre toutes les enquêtes sensibles menées par Mediapart, sans exception, qu’elles concernent la diplomatie étrangère, la vie économique ou la politique intérieure. Karachi, Kadhafi, Dassault, Tarnac, Sivens, Bettencourt, Cahuzac, ventes d’armes, industrie pharmaceutique, établissements bancaires, etc. : toutes les révélations qui font notre réputation pourraient être  entravées par cette surveillance généralisée, sans compter qu’en France, les pistes qu’elles ouvrent n’épargnent pas    le cœur du pouvoir d’État, la présidence de la  République.

On nous opposera que les journalistes, tout comme les magistrats, avocats et parlementaires, sont explicitement exclus du champ de la surveillance. C’est faux, puisque le texte donne au premier ministre (nommé par le président) le droit d’autoriser toutes

« les techniques de recueil du renseignement » envers un journaliste selon une appréciation dont il sera le seul juge, l’avis de la commission de contrôle n’étant que consultatif. Pour avoir été témoin (et victime)   de l’affaire des écoutes téléphoniques de l’Élysée sous la présidence Mitterrand, je sais d’expérience combien les contrôles sont fragiles, sinon vains, quand le pouvoir exécutif fait lui-même les questions et les réponses. On maquille les demandes de surveillance, on invente des prétextes pour les documenter, on se barricade derrière le secret défense, on enfume les instances de contrôle, insuffisantes ou complaisantes, et si, d’aventure, le complot est éventé, on s’empresse d’inventer une légende calomniatrice pour justifier l’injustifiable.

L’histoire de  France  nous  a  habitués  à  ce  que  des pouvoirs de droite, conservateurs par réflexe, autoritaires par habitude, s’en prennent aux libertés. Mais ce n’était pas une fatalité sans retour puisque l’opposition de gauche devenait l’alternative en disant non à ce « coup d’État permanent ». Aussi quand c’est au tour d’une majorité élue par  la gauche d’y céder avec le zèle des convertis et le soutien de la droite, le désastre est bien plus grand. Combattre la loi sur le renseignement, ce n’est pas seulement refuser la surveillance généralisée. C’est aussi sauver la République comme espérance et exigence démocratiques.

Boite noire

Mediapart s’associe et participe à toutes les initiatives unitaires et citoyennes contre le projet de loi relatif au renseignement. Tous les syndicats de journalistes appellent les parlementaires à voter contre ce texte (lire ici la lettre que le principal d’entre eux, le SNJ, suggère d’adresser aux élus).

Lundi 4 mai, veille du vote à l’Assemblée nationale, cette mobilisation prendra plusieurs  formes,  dont  en direct de Mediapart « Six heures contre la surveillance », de 16 h à 22 h, ainsi qu’un rassemblement place des Invalides à Paris, à 18 h 30. Toutes les précisions sont ici.

Sous l’onglet « Prolonger », j’ai ajouté deux vidéos de conférences, l’une à l’Université Populaire de Nantes, l’autre aux « Ernest » de l’ENS-Ulm à Paris, où je reviens plus en détail sur l’écosystème de la démocratie, aujourd’hui bien mis à mal dans cette démocratie de basse intensité qu’est, plus que jamais, notre pays, la France.

Prolonger

Par contraste avec la régression politique (et intellectuelle) incarnée par la présidence Hollande sous le gouvernement Valls, voici en complément les vidéos de deux conférences sur l’écosystème de la démocratie. L’une, donnée fin 2012, à l’Université Populaire de Nantes, au lendemain de nos premières révélations sur l’affaire Cahuzac. L’autre, donnée début 2014, à l’École Normale Supérieure, rue d’Ulm à Paris, dans le cadre des « Ernest », exercice qui impose d’exposer clairement un sujet sans dépasser quinze minutes.