Publicités

Le régime le plus raciste qui ait existé dans l’Histoire de l’humanité, le nazisme, a débuté ses meurtres de masse en exterminant les malades mentaux, jugés poids-mort pour l’Allemagne (Eugénisme), sur des critères parfois expéditifs. Incitation au suicide, stigmatisation à ougrance qui n’est qu’un autre racisme, maltraitances, traitements inhumains & dégradants, les flics français(es) sont les héritiers de ce passé, jugeant de ma pathologie supposée. Ou quand les Droits de l’Homme entrent en sommeil … La mentalité de petits nazis des flics français a largement été démontrée.

Aktion T4

https://harcelementssursami.com/2016/04/11/fiche-de-lecture-sur-le-programme-aktion-t4-extermination-des-malades-mentaux-par-les-nazis

SeptièmeCroix.jpg

https://harcelementssursami.com/2018/07/17/le-neonazisme-dans-la-police-francaise

FascismeUnEncombrantRetour

https://harcelementssursami.com/2019/03/02/le-fascisme-un-encombrant-retour

https://harcelementssursami.com/2019/03/18/ma-bibliotheque-sur-le-nazisme

https://harcelementssursami.com/2017/04/04/auriez-vous-crie-heil-hitler-de-francois-roux-p-748-749

https://harcelementssursami.com/2019/03/18/ideologie-de-la-contrainte

FigureMusulman

https://harcelementssursami.com/2019/01/22/ceux-quon-prenait-pour-des-musulmans-2

CoeurConscient

https://harcelementssursami.com/2019/01/12/sommaire-du-livre-le-coeur-conscient-de-bruno-bettelheim-1960-2

https://harcelementssursami.com/2018/09/06/lete-chaotique-de-2013-chasse-a-lhomme-chronique-dun-massacre

https://harcelementssursami.com/2019/03/31/la-machine-administrative-selon-michel-foucault-cours-du-college-de-france-sur-les-anormaux

https://harcelementssursami.com/2019/02/17/la-lecture-de-la-pensee-totalitarisme-du-21eme-siecle

https://harcelementssursami.com/2019/03/17/un-mode-de-communication-inapproprie-les-flics-sont-des-maniaques-nous-manquant-gravement-de-respect-perdus-dans-la-negation-de-lalterite-atteinte-au-principe-de-liberte-on-na-pas-demande-a-l

https://harcelementssursami.com/2019/02/15/au-centre-du-harcelement-la-manie-delirante

 

Publicités

Conférences vues ces dernières années.

Je fréquente habituellement les Musées parisiens :

  • Money GoldMusée de l’Homme.
  • Money GoldCité des Sciences de la Villette (exposition sur la Voix – 2015, sur Darwin, sur la génétique, les sons, Planétarium – 2016, le Microbiote – 2019 ).
  • Money GoldMusée des Arts & Métiers.
  • Money GoldPalais de la Découverte (exposés sur la chimie, la radioactivité, la biologie, la physique sur les référentiels tournants, Planétarium).
  • Expositions du Centre Georges Pompidou (Expo sur Salvador Dali).
  • Expositions du Grand Palais (Miro).
  • Musée d’Orsay (Picasso Bleu & Rose).
  • Mémorial de la Shoah.
  • Money GoldCinémathèque française (Expos sur François Truffaut, Gus Van Sant). Musée du cinéma. Films de François Truffaut, Scorcese, Buster Keaton.
  • Osmothèque à Versailles (ISIPCA).

Année 2015. Toutes harcelées.

Année 2016. Conférences toutes harcelées.

Je fréquente aussi habituellement les conférences du Musée des Arts & Métiers (le jeudi) avec par exemple les thèmes suivants, qui m’ont beaucoup intéressé. Plaisir intellectuel jubilatoire.
(http://www.arts-et-metiers.net/agenda/archives) :

  • Money GoldLe transport par dirigeable : utopie ou réalité future ?
    Passionnant.

    – 21 janvier 2016
  • Money GoldMétamatériaux ou l’invisibilité réinventée.
    Passionnant. Comment rendre invisible un matériau …
    par Sébastien Guenneau et Philippe Barois
    – jeudi 25 février 2016
  • Money GoldÀ quoi rêvent les algorithmes ?
    par Dominique Cardon
    – jeudi 3 mars 2016
  • Money GoldManipuler l’infiniment petit.
    par Michel Spiro, Samuel Guibal, Stéphane Régnier
    – jeudi 17 mars 2016
  • Money GoldPollution des eaux, comment éliminer les médicaments ?
    par Hélène Budzinski et Jérôme Labanowski
    – jeudi 24 mars 2016
    Vidéo de la conférence ici :
    https://www.arts-et-metiers.net/musee/pollution-des-eaux-comment-eliminer-les-medicaments
  • Money GoldLes secrets du cosmos par Jean Audouze, un grand Monsieur de la physique.
    – 7 avril 2016
  • Money GoldFaire parler l’ADN fossile ou comment remonter le temps ?
    avec Eva Maria Geigl, directrice de recherche CNRS, Institut Jacques Monod, Equipe Epigénome et paléogénome, et Alain Froment, médecin et anthropologue, Musée de l’Homme, MNHN.
    – jeudi 28 avril 2016
  • Le cerveau, la machine et l’humain.
    avec Pierre-Marie Lledo, directeur du département de neurosciences à l’Institut Pasteur, directeur de recherche au CNRS, où il dirige le laboratoire « Gènes et cognition », et membre de l’Académie européenne des sciences. Il a été professeur invité à l’Université Harvard pendant de nombreuses années. Il est l’auteur, avec Jean-Didier Vincent, du Cerveau sur mesure, qui a été un grand succès.
    Vidéo de la conférence ici :
    https://www.arts-et-metiers.net/musee/le-cerveau-la-machine-et-lhumain

J’ai assisté à plusieurs conférences du cycle Rêves et cauchemars (Plaisir intellectuel jubilatoire) de la Cité des Sciences à la Villette :
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/animations-spectacles/conferences/thema-reves-et-cauchemars/cycle-la-science-des-reves/

  • Money GoldQuand le rêve tourne au cauchemar par Antonia Zadra.
    – 22 mars 2016.
    60 % des rêves sont des rêves anxieux.
  • Money GoldLes bienfaits du rêve par Isabelle Arnulf.
    Grande spécialiste du rêve …
    Les rêves prennent pour sujet l’activité diurne des 3 à 7 jours précédents et non celle de la veille, contrairement à ce qu’on croit souvent.

    – 29 mars 2016.
  • Money GoldL’interprétation du rêve a-t-elle un sens ? par Tobie Nathan.
    – 5 avril 2016.
    L’interprétation des rêves nécessite un tiers … nous dit le Pr Tobie Nathan, mais je pense qu’on peut parfois faire ça seul.
    Importance du rêve dans la révélation aux prophètes … On pense au prophète Youssef, fort dans l’interprétation des rêves (sourate n°11 du Coran).

J’ai assisté aussi à plusieurs conférences intéressantes de la semaine du cerveau 2016 et 2018 dans plusieurs lieux scientifiques :

  • Money GoldCerveau et justice. Conférence-débat de l’Institut Pasteur.
    par Marc Bourgeois, Denis Forest (philosophe), Philippe Goossens (avocat),
    Jean-Louis Mangin (informaticien au CEA).
    – 19 mars 2016.
  • Money GoldPilotage de drone par la pensée, animation au Palais de la Découverte
    par Nataliya Kosmyna.
    – 20 mars 2016.
  • Quelle conscience dans le coma ? par Sarah Wannez. Conférence du Palais de la Découverte.
    – 18 mars 2016.
  • Money GoldL’homme réparé – l’homme augmenté. Projection suivi d’un débat.
    par Jean-Michel Besnier (philosophe), Serge Picaud, Matthieu Saintenac (réalisateur).
    – 16 mars 2016.
  • Money GoldComportement, interface machine-homme, habitat intelligent, données de base : notre nouvelle vie à l’anthropocène par Pierre-Paul Vidal.
    – 15 mars 2016.

Année 2018.

  • Money GoldDu son au sens : comment casser le code de la parole ?
    Dr. Léo Varnet (post doctorant, Laboratoire des systèmes perceptifs, LSP, ENS Paris)
    Comment comprenons-nous la parole ? Comment notre cerveau décode-t-il les sons prononcés par notre interlocuteur pour identifier les mots et les syllabes qui les composent ? Depuis plus d’un siècle, la psycholinguistique cherche à répondre à cette question au travers d’expériences perceptives durant lesquelles des participants jugent de l’intelligibilité de sons de parole plus ou moins altérés. Nous suivrons ici la même approche, en décortiquant un son de parole pour observer les mécanismes impliqués dans sa compréhension.
    – Lundi 12 mars 2018. Ecolte Normale Supérieure.
    Il existe des atomes de parole … qu’on peut mettre en évidence !
  • Addictions : tous égaux ?
    Dr. Marie Jauffret-Roustide (CR CNRS, EHESS, UPD Inserm, CERMES3), Dr. Bertrand Nalpas (DR Inserm, DISC Inserm), Dr.Clément Vansteene (Hôpital Sainte Anne, USPC), Marc Margelidon (La Croix Bleue)
    Les addictions sont des pathologies cérébrales définies par une dépendance à une substance ou une activité. Comment l’addiction prend-elle racine dans le cerveau ? Comment déceler les facteurs de vulnérabilités pour une meilleure prévention et prise en charge ?
    Une conférence du cycle Santé en questions, conférence citoyenne proposée par l’Inserm et Universcience – Un duplex entre la Cité des sciences et de l’industrie et le Pavillon des sciences de Montbéliard.
    – Jeudi 15 mars 2018. Cité des Sciences de la Villette.
  • Visite-conférence du laboratoire de Magnéto-encéphalographie. Denis Schwartz, ingénieur de recherche.
    – Samedi 17 mars 2018. Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, Hôpital de la Pitié-Salpétrière.
  • Que savons-nous sur la dépression ? 
    Pr. Philippe Fossati (Pu PH, UPMC, Hôpital Pitié Salpêtrière, ICM, équipe Social and Affective Neuroscience)
    La dépression se traduit par des troubles émotionnels, cognitifs, et physique (fatigue, douleurs, troubles du sommeil, etc.). Elle peut être prise en charge aujourd’hui à l’aide de différents types de traitements médicamenteux. Cependant il n’est pas encore possible de prévenir la survenue des dépressions, les chercheurs souhaitent identifier des marqueurs qui permettraient d’identifier les sujets à risques. La dépression affecte profondément la vie quotidienne, et notamment la prise de décision : les personnes atteintes de dépression doivent déployer des efforts très importants pour réaliser une tâche, tout leur semble fatiguant, et souvent elles renoncent à entreprendre des actions pourtant simples.
    – Samedi 17 mars 2018. Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, Hôpital de la Pitié-Salpétrière.
    Conférence assez intéressante … Il est apparu récemment une molécule miraculeuse d’action très rapide contre la dépression : La kétamine. Un dépressif ne doit pas prendre la décision hative de divorcer. Le Dr Fossati nous dit que certains deviennent psychiatres par culture littéraire … Il ne faut pas se sentir concerné. Le métier de psychiatre est trop affreux. Le Dr Fossati nous dit aussi que le métier de médecin psychiatre est surtout fait d’automatismes et qu’il faut savoir réflechir au bon moment, 5 minutes par jour.

Année 2019.

  • Exposition sur le Microbiote à la Cité des Sciences avec ma soeur Sonia le 6 mars 2019.
  • Conférence inaugurale de la semaine du Cerveau 2019 sur les Addictions. Conférence passionnante.
    Par Jocelyne Caboche (Institut de Biologie Paris-Seine, Neuroscience Paris Seine –
    Sorbonne Université/CNRS/Inserm, Trésorière de la Société des Neuroscience).
    11 mars 2019.

Les addictions sont considérées comme des pathologies cérébrales définies par une dépendance et un usage compulsif d’une substance ou d’une activité, bien souvent malgré la connaissance de ses conséquences délétères, sur la santé, le comportement social, et la santé mentale. Les substances addictives incluent le tabac, l’alcool, les psychostimulants (cocaïne, amphétamine), les opiacés et le cannabis. Parmi les addictions sans substance sont aujourd’hui considérées, le jeu (jeux de hasard et d’argent), les sports extrêmes, voire même les écrans. Tous les individus ne sont pas égaux face aux addictions et les déterminants sociaux (environnement social y compris au cours de l’enfance, stress) jouent un rôle déterminant dans ce domaine. Jocelyne Caboche proposera de mieux comprendreles bases neurobiologiques de l’addiction, avec le détournement des circuits cérébraux normalement impliqués dans la récompense. Elle exposera les avancées de la recherche fondamentale et clinique qui permettent de mieux comprendre comment les substances ou certaines activités modifient de façon durable les propriétés des neurones au sein de ces circuits, et induisent une forme d’apprentissage pathologique associée à une libération accrue d’un neurotransmetteur : la dopamine. Comprendre ces mécanismes, et mieux les appréhender sont essentiels pour envisager de nouvelles approches thérapeutiques dans le traitement de ces pathologies.

Géolocalisé/harcelé.

  • Conférence passionnante sur le sujet : Le libre arbitre existe-t-il ?
    ESPCI (Ecole Supérieure de Physique & Chimie Industrielle de la Ville de Paris)
    12 mars 2019.
    Par

    • Bruno Delord, PR Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (ISIR), Sorbonne Université.
    • Nathalie Labrousse, Doctorante en sciences de l’éducation,
      Professeure agrégée lettres modernes,
      Laboratoire EDA (Education Discours Apprentissages) de Paris-Descartes.
    • Jean-Baptiste Guillon, Dr, normalien, agrégé, fait partie de la Chaire de Métaphysique et Philosophie de la Connaissance au Collège de France.

Lorsque notre comportement et nos choix peuvent être expliquées grâce aux neurosciences et aux sciences sociales, peut-on encore parler de libre arbitre ? Qu’en pensent les chercheur·es et les philosophes ? Pour animer cette réflexion, l’ESPGG propose un débat mouvant : une table ronde où le public doit se placer dans l’espace en fonction de ses convictions (à gauche : oui le libre arbitre existe; à droite : non ; au milieu : ne se prononce pas). Puis, au fur à mesure que la table ronde se déroule et que les échanges s’enrichissent, le public est invité à se repositionner.

Géolocalisé/harcelé. On ne peut avoir la paix lors de ces conférences : On est gravement harcelé par des flics qui crachent leur bile …

  • Conférence passionnante de la philosophe franco-italienne Elena Pasquinelli sur le sujet : Esprit critique, es-tu là ?
    ENS-Ulm (Ecole Normale Supérieure).
    13 mars 2019.

Sommes-nous capables d’esprit critique ? Peut-on outiller l’esprit critique ? Mais surtout : savons-nous de quoi nous parlons lorsque nous utilisons ces mots ? Nous allons puiser dans le réservoir des sciences cognitives – et des sciences tout court – pour nous en faire une idée.

Géolocalisé/harcelé.
On a encore été gravement distrait … par des flics psychotiques.

  • Entretien intéressant sur le thème Le cerveau, ce carrefour entre sciences et humanités.
    14 mars 2019.
    Par Giuseppe Gangarossa, Université Paris Diderot & Jean-Gaël Barbara, CNRS.

Comment les savoirs sur le cerveau se sont-ils construits ? Comment cet organe si fascinant et mystérieux a-t-il réussi à se placer au croisement des savoirs ? La Semaine du Cerveau est l’occasion d’un dialogue entre neurosciences et sciences humaines. Les bibliothèques de santé de l’université Paris Diderot vous proposent une rencontre avec Giuseppe Gangarossa, enseignant-chercheur en neurosciences (CNRS/Paris Diderot) et Jean-Gaël Barbara, historien et épistémologue des sciences (CNRS).
Cette rencontre accompagne l’exposition NeuroArts, sur l’imagerie du cerveau en lien avec les fonctions cérébrales. L’exposition NeuroArts est itinérante : Bibliothèque Bichat (février), Bibliothèque Villemin (mars), Bibliothèque Garancière (avril).

Géolocalisé/harcelé. Harcelé y compris dans la salle de conférence.

  • Conférence-entretien : Pourquoi et comment les maladies du cerveau font-elles encore de la résistance ?
    Institut Pasteur, Rue du Docteur Roux, Paris, France.
    16 mars 2019.Par

    • AGID Yves : médecin Neurologue, Professeur émérite à l’ICM (Institut du Cerveau et de la Moelle) ; Hôpital de la Pitiè-Salpêtrière, (Maladies neurologiques; tumeurs gliales).
    • BRISARD Claudine Directrice du Groupe Central Nervous System Medical Managment chez Syneos Health (Neurodegenerescence, douleur, psychiatrie).
    • DALKARA Deniz Institut de la Vision Paris Inserm U968 (restauration de la vision).
    • HENRY Chantal médecin Psychiatre ; Chercheuse à l’Institut Pasteur (Unité de Perception et mémoire olfactive, maladies psychiatriques).
    • PETIT Christine : médecin Généticienne, ; Professeur au Collège de France, Professeur à l’Institut Pasteur, Directrice de l’Institut de l’Audition, Paris (restauration de l’audition).
    • Alain PEREZ (journaliste spécialisé dans la recherche médicale au sein de la rédaction du site Théragora).
    • Et le grand Jean-Pierre Changeux, Normalien, Major de l’Agrégation de Sciences Naturelles en 1958, Docteur en Sciences Naturelles à l’Institut Pasteur (1964), Directeur de l’unité de neurobiologie moléculaire de l’Institut Pasteur, professeur honoraire au Collège de France et à l’Institut Pasteur, membre de l’Académie des Sciences, lauréat du Prix Albert Einstein 2018.
      Biographie ici :
      https://www.academie-sciences.fr/fr/Liste-des-membres-de-l-Academie-des-sciences-/-C/jean-pierre-changeux.html
      https://www.college-de-france.fr/site/jean-pierre-changeux/index.htm

Pour les maladies du cerveau, quels sont les freins dans la recherche fondamentale, la clinique, les biotechnologies, les industries neuro-pharmaceutiques, les start-up, les applications thérapeutiques, les débats éthiques et politiques ? Les médecins, chercheurs, industriels, produisent une immense quantité de connaissances scientifiques et technologiques. Pourquoi les progrès thérapeutiques paraissent-ils lents aux yeux du grand public et surtout des patients ? La clinique, pourtant ancienne (Hippocrate), n’a avancé que lentement jusqu’au XIXème siècle, et récemment plus rapidement en neurologie qu’en psychiatrie; pourquoi ? La variabilité des paramètres biologiques entre individus est tellement grande qu’elle suscite une individualisation des thérapies. Cela nécessite des techniques rapides et fiables au chevet du patient, donc de l’argent et du personnel. Les “Big Data” et l’Intelligence Artificielle vont-elles améliorer cette nouvelle clinique ? Peut-on identifier les difficultés techniques, conceptuelles, translationnelles, ralentissant aujourd’hui les traitements des maladies neurologiques et mentales ? Les neurosciences, avec l’avancée des neurotechnologies et de la bioinformatique, produisent une quantité de données scientifiques jamais égalée. Comment les soignants peuvent-ils/elles exploiter cette masse d’informations et en tirer profit dans leur pratique ? Comment s’articulent les innovations scientifiques avec les innovations cliniques, technologiques, et industrielles. De quelle nature sont les freins dans les industries neuro-biotechnologiques et neuro- pharmaceutiques ? Est-il exact que l’industrie pharmaceutique a depuis quelques années délaissé la recherche de nouvelles molécules psycho-pharmacologiques jugées inefficaces, moins rentables ? Ou bien s’agit-il d’une ré-orientation vers les nouvelles techniques neuro- biologiques ? La recherche translationnelle permet-elle un transfert assez rapide des découvertes scientifiques et industrielles vers les applications cliniques ? Comment les cliniciens, chercheurs, et industriels collaborent-ils ? Les temps, les logiques, les valeurs, les pratiques, de la recherche fondamentale, de la clinique, et de l’industrie, sont différents. Est-ce un frein ? Pourtant l’objectif est le même : soigner !

  •  Expo sur les Droits de l’Homme vus par le Street-Art.
    Musée de l’Homme.
    15 mars 2019.Géolocalisé/harcelé.

 

 

Le livre Harcèlement. Psychologie et psychopathologie. De Ariane Bilheran (2017).

Bilheran

Remarques personnelles préliminaires :

On l’on retrouve l’idée que les harceleurs présentent une pathologie.

On retrouve par ailleurs dans ce livre beaucoup de points communs entre les descriptions du phénomène de harcèlement et ce que j’avais écrit dans mes pages personnelles inspirées de mon vécu.

Il y a dans les phénomènes de harcèlement une sorte de déterminisme troublant (une prophétie auto-réalisatrice) emmenant presque inévitablement le harcelé dans le cercle vicieux dépression/perte d’estime de soi qui se nourrissent l’une de l’autre. Plus on est rendu dépressif, plus les flics voient des projets grandioses pour moi … OUF. Les harcèlements maniaques sont tellement violents et d’un tel ennui, qu’on se réfugie dans les conduites addictives dangereuses comme le tabac, voire les idées noires comme les idées suicidaires. La tonalité des harcèlement est tellement négative, qu’on en vient à une autodestruction, une compulsion de souffrance par le tabagisme. On retourne l’agressivité des harceleurs contre soi-même. On accepte cette pulsion de mort haineuse des flics qu’on retourne contre soi. Les harcèlements haineux sont introjectés par le harcelé. Un puissant désir de mort … Il ne reste plus que Dieu dans ces instants … Certains ont besoin de souffrir ! C’est tout le problème des Addictions, qui causent tant de conséquences dommageables, autodestructives, par lesquelles le patient croit trouver du plaisir, les circuits de la récompense étant impliqués …

Les harcèlements poussent le harcelé à une quête de sens, quasi impossible et vaine tant les propos des harceleuses sont discordants, blessants, négatifs.

taharbenjelloun

Après le sommaire, vous trouverez en fin d’article un résumé rapide, sommaire et non achevé faute de temps (j’ai lu le livre en entier) des idées principales de cet ouvrage, très riche sur le plan conceptuel, résultat de plusieurs années de pratique clinique du Dr Bilheran.

Sommaire.

PREFACE
INTRODUCTION
I. DEFINITIONS
I.1. « Herseler »
I.2. Harcèlement et pouvoir
• I.2.1. Harcèlement, manipulation et conflit
• I.2.2. Harcèlement et violence
• I.2.3. La crise de l’autorité
• I.2.4. Le harcèlement et la masse
• I.2.5. Les cycles politiques
II. LE PROCESSUS
II.1. Des agressions et de leurs justifications
• II.1.1. Agressions psychologiques directes
• II.1.2. Agressions psychologiques indirectes
• II.1.3. Justifications alléguées et confusion apparente des rôles
• II.1.4. La notion d’introjection
• II.1.5. Le suicide : l’horizon du harcèlement
II.2. Processus de la soumission psychologique
• II.2.1. Le schéma actantiel
• II.2.2. Les modes opératoires
II.3. Harcèlement familial et harcèlement social
• II.3.1 Les maltraitances familiales
• II.3.2. Le couple
• II.3.3. L’institution
• II.3.4. L’entreprise
• II.3.5. Le harcèlement : masculin ou féminin ?
• II.3.6. La complaisance sociale
II.4. L’État harceleur
• II.4.1. Le système totalitaire
• II.4.2. Des degrés de harcèlement
• II.4.3. Totalitarisme et paranoïa
II.5. Savoir reconnaître le vrai/faux harcèlement

III TYPOLOGIE DES HARCELÉS
III.1. Personnalité
• III.1.1. La compétence et l’aura
• III.1.2. La différence
• III.1.3. L’autonomie et les qualités afférentes
• III.1.4. La résistance vulnérable
III.2. Le harcelé à l’origine du harcèlement ?
• III.2.1. Les réactions psychologiques face à un futur harcelé
• III.2.2. « Il/elle l’a bien cherché »
III.3. Harcèlement et torture : quels rapports ?
• III.3.1. Torture et harcèlement : objectifs, processus
• III.3.2. Méthodes et moyens de la torture
• III.3.3. La terreur psychique
III.4. Le traumatisme du harcelé
• III.4.1. La honte et la culpabilité
• III.4.2. Stress, peur et anxiété
• III.4.3. La perte d’estime de soi, l’autodépréciation et la tristesse
• III.4.4. La perte des repères, le doute et la confusion psychique
• III.4.5. La dimension sacrificielle
• III.4.6. Le traumatisme et le « meurtre psychique »
III.5. Spécificité des troubles psychosomatiques
• III.5.1. Les impacts psychiques du harcèlement parental
• III.5.2. Autres considérations psychopathologiques
• III.5.3. Pourquoi des troubles psychosomatiques ?
• III.5.4. Atteintes de l’enveloppe, de la structure et de l’autonomie physique

IV. TYPOLOGIE DES HARCELEURS
IV.1. Personnalité
• IV.1.1. L’incompétence
• IV.1.2. L’absence d’autonomie
• IV.1.3. La séduction et l’apparente sociabilité
• IV.1.4. La susceptibilité et le « faux comique »
IV.2. Psychopathologie du harceleur
• IV.2.1. L’angoisse, le sentiment de danger et de persécution
• IV.2.2. L’intérêt
• IV.2.3. L’intolérance à la frustration, à la critique, et la jalousie
• IV.2.4. État limite, perversion narcissique et paranoïa
IV.3. Le harceleur harcelé
• IV.3.1. La légitime défense et la tyrannie
• IV.3.2. La réhabilitation narcissique et la maîtrise
• IV.3.3. La décharge affective et la jouissance
V. HARCELEMENT, GROUPE ET CONTEXTE
• V.1. Le rôle du collectif dans l’organisation du travail
• V.2. Les fantômes, le silence, la contagion psychique
V.3. Groupe et du harcèlement
• V.3.1. L’illusion groupale
• V.3.2. Les pulsions du groupe
• V.3.3. Le leadership dans le harcèlement
V.4. Victimes, complices et bourreaux : quel parcours ?
• V.4.1. Un processus relationnel
• V.4.2. Rappel sur le développement libidinal
• V.4.3. Le choix des cibles
V.5. Harcèlement et complicités
• V.5.1. La complicité par sadisme latent
• V.5.2. La complicité par réceptivité à la manipulation
• V.5.3. La complicité par corruption
• V.5.4. La complicité par peur ou désir de tranquillité
V.6. Les mécanismes de défense en situation de harcèlement
• V.6.1. Le déni
• V.6.2. Le refoulement et l’oubli
• V.6.3. La banalisation
• V.6.4. L’idéalisation.
• V.6.5. Le clivage
• V.6.6. La projection
• V.6.7. L’interprétation
• V.6.8. L’isolation
• V.6.9. Autres mécanismes de défense
V.7. Les soutiens
• V.7.1. Soutiens psychologiques.
• V.7.2. Soutiens matériels
• V.7.3. Responsabilité psychologique et morale
• V.7.4. Responsabilité civile et pénale

VI. CONSÉQUENCES ET INTERVENTIONS
VI.1. L’issue
• VI.1.1. Le suicide
• VI.1.2. L’invalidité psychique
• VI.1.3. Le départ
• VI.1.4. Le règlement à l’amiable
• VI.1.5. Le recours en justice
VI.2. La prise en charge psychologique du harceleur
• VI.2.1. Des résistances à la remise en question
• VI.2.2. La compulsion de répétition
VI.3. La prise en charge psychologique du harcelé
• VI.3.1. Reconnaître un harcelé
• VI.3.2. Harcèlement et résilience
VI.4. En sortir
• VI.4.1. Thérapie des harcelés et des harceleurs
• VI.4.2. Recouvrer sa sécurité intérieure et se libérer.

 

Résumé des principales idées de l’ouvrage.

PREFACE
INTRODUCTION
I. DEFINITIONS
I.1. « Herseler »
I.2. Harcèlement et pouvoir
• I.2.1. Harcèlement, manipulation et conflit
• I.2.2. Harcèlement et violence
Encart. Pourquoi la guerre ?
Encart. Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Encart. L’insociable sociabilité.
Encart. Des adolescents en mal d’identité prennent le pouvoir.
Encart. Le refus de la transcendance à l’origine d’une folie meurtrière.
Encart. La loi et ses béances.
Encart. Sur le complexe d’Œdipe.
• I.2.3. La crise de l’autorité
• I.2.4. Le harcèlement et la masse
Encart. Quand l’idéologie de l’autonomie est invoquée pour harceler les libertés.
• I.2.5. Les cycles politiques
Encart. Le Panoptique : être vu sans voir.
II. LE PROCESSUS
II.1. Des agressions et de leurs justifications
• II.1.1. Agressions psychologiques directes
• Enlever le moindre sentiment de sécurité intérieure à la victime.
Introjection de son propre désir d’annihilation (autodestruction).
Encart. La projection.
• Agressions jouant sur la peur de la cible :
o brimades,
o menaces,
o hurlements,
o espionnage,
o filature.
o Obsession du harcelé par le harceleur. Enlever la marge d’action du harcelé au moyen d’une aliénation par une peur paralysante, une terreur.
• Agressions jouant sur l’annihilation de la victime :
o Intrusion dans l’intimité et la vie privée,
o déni de l’agression et de la souffrance,
o exclusion et isolement.
• Sentiment d’abandon. Exclusion du groupe (proximité du harcèlement et de la torture).
• Atteintes à l’humanité et à la dignité :
o Refus à l’autre du droit à une vie autonome ainsi qu’à une subjectivité indépendante.
• II.1.2. Agressions psychologiques indirectes
• Refus de communication (Communiquer, c’est échanger ; Harceleur prisonnier de son propre système de persécution, dans le rapport de force).
• Maniement systématique du paradoxe (ambivalence affective du harceleur). Redondance paradoxale : Le harceleur est parfois gentil, parfois agressif.
o Pousser à la faute le harcelé à son insu, à l’aide de cette communication indirecte et faussée.
• II.1.3. Justifications alléguées et confusion apparente des rôles
o Agressivité du harcelé, sur la défensive (puisqu’elle est agressée !). Qualifier la victime de paranoïaque (vraiment persécutée).
o Modération dans leur propos et leurs attitudes des véritables harcelés. Harceleurs se présentant en victimes. Harcelés occupés à lutter contre la situation de harcèlement moral pour retrouver une énergie psychique et physique. Plainte et demande de réparation, par souci de justice plus que par nécessité intérieure de haine vis-à-vis de leur agresseur.
• II.1.4. La notion d’introjection
o Intériorisation de la violence subie, retournée contre soi.
o Sentiments de culpabilité et de honte endossé par le harcelé plus que par le harceleur. Introjection de la culpabilité et de la honte.
o Apogée dans l’autodestruction.
o Le suicide comme acte désespéré, introjection de l’intention meurtrière du harceleur, voie unique envisagée pour trouver la paix psychique.
• II.1.5. Le suicide : l’horizon du harcèlement
o Mort entrevue comme « un repos, un havre de paix, pour que tout cela cesse ».
o Processus primaire, de prédateur à proie. Harceleurs intervenant pour agresser au moment où les harcelés se sentent, précisément, vulnérables.
o Suicide comme horizon ultime du harcèlement, sa « réussite » profonde, son objectif fondamental.
II.2. Processus de la soumission psychologique
• II.2.1. Le schéma actantiel
• II.2.2. Les modes opératoires
o II.2.2.1 Les logiques d’aliénation du groupe.
Encart. « To be or not to be ».
Encart. Terreur des gestes et des mots.
Encart. Trahisons et corruptions.
Encart. Climat.
o II.2.2.2. Le conflit de loyauté.
o II.2.2.3. La suppression des espaces-tiers.
o II.2.2.4. Les stratégies de défense ou « parades ».
 Evitement.
 Pratique du « gros dos ».
 La dépression (refuge dans les conduites addictives).
 Fuir.
 La distanciation
 Sidération.
 Lavage de cerveau.
II.3. Harcèlement familial et harcèlement social
• II.3.1 Les maltraitances familiales
Encart. Un harcèlement sexuel quotidien.
Encart. Le mythe de Médée.
Encart. Un harcèlement maternel.
Encart. Un harcèlement paternel.
Encart. Une famille pathogène.
Encart. Un enfant infirmier.
Encart. Un drôle de bain.
Encart. Un destin incestuel.
Encart. Le déni et la peur.
• II.3.2. Le couple
Encart. « Attache-moi » (film d’Almodovar).
Encart. Un harcèlement érotomane.
Encart. Le harcèlement « l’air de rien ».
Encart. Un crime passionnel.
Encart. Harcèlement physique féminin au sein du couple.
Encart. « Si tu ne me baises pas, je divorce ».
Encart. « Promis, après, je te laisserai tranquille ».
Encart. Une jalousie pathologique.
Encart. Sidérée.
Encart. La prison psychique.
Encart. Ne dis rien.
• II.3.3. L’institution
Encart. L’entreprise et le territoire.
Encart. Les micro-cultures.
o II.3.3.1. Une vocation sociale.
o II.3.3.2. Un contrôle social et des dérives.
o II.3.3.3. La complicité institutionnelle.
Encart. Les jouets vivants …
• II.3.4. L’entreprise
o II.3.4.1. Les problématiques d’entreprise.
Encart. L’art de la guerre de Sun Tzu.
Encart. Harcèlement insufflé par la Direction.
o II.3.4.2. La résistance au changement.
o II.3.4.3. Harcèlement, tensions relationnelles, ou déficit en communication ?
o II.3.4.4. Management participatif ou autoritaire ? Un faux problème.
o II.3.4.5. Les idéologies favorables.
Encart. L’homo mobilis.
o II.3.4.6. Prévenir les risques de harcèlement.
Encart. Problèmes d’organisation ou de recrutement ?
• II.3.5. Le harcèlement : masculin ou féminin ?
Encart. Un harcèlement dans des fonctions de direction.
• II.3.6. La complaisance sociale
Encart. Pédagogie.
II.4. L’État harceleur
• II.4.1. Le système totalitaire
Encart. Ecrivain dissident (Boulgakov).
Encart. Harcèlement étatique.
• II.4.2. Des degrés de harcèlement
• II.4.3. Totalitarisme et paranoïa
II.5. Savoir reconnaître le vrai/faux harcèlement
Encart. Le harceleur harcelé.

III TYPOLOGIE DES HARCELÉS
III.1. Personnalité
• III.1.1. La compétence et l’aura
Encart. Averroès.
• III.1.2. La différence
Encart. Etre ou ne pas être homosexuel.
• III.1.3. L’autonomie et les qualités afférentes
• III.1.4. La résistance vulnérable
III.2. Le harcelé à l’origine du harcèlement ?
• III.2.1. Les réactions psychologiques face à un futur harcelé
• III.2.2. « Il/elle l’a bien cherché »
Encart. Justice et psychologie.
III.3. Harcèlement et torture : quels rapports ?
• III.3.1. Torture et harcèlement : objectifs, processus
o III.3.1.1. Les objectifs psychiques du harcèlement.
o III.3.1.2. Agissements ou processus ?
• III.3.2. Méthodes et moyens de la torture
o III.3.2.1. Annihiler le sentiment d’individualité.
o III.3.2.2. Annihiler les sentiments de valeur personnelle et de dignité humaine.
o III.3.2.3. Sabrer les sentiments d’appartenance.
Encart. Les réunions d’équipe.
o III.3.2.4. La désaffiliation géographique.
o III.3.2.5. Anéantir le sentiment de sécurité.
o III.3.2.6. Déposséder du sentiment d’autonomie.
Encart. Le devoir à la formation.
o III.3.2.7. Condamner la prévisibilité du monde et l’accès au sens des choses.
Encart. Des actes absurdes.
• III.3.3. La terreur psychique
La rupture du lien.
o III.3.3.1. La déculturation.
o III.3.3.2. L’ordre binaire et le meurtre du fantasme.
o III.3.3.3. L’omnipotence de l’agresseur.
Encart. Torture morale au rectorat …
Encart. Les délires harceleurs (psychose).
III.4. Le traumatisme du harcelé
• III.4.1. La honte et la culpabilité
• III.4.2. Stress, peur et anxiété
• III.4.3. La perte d’estime de soi, l’autodépréciation et la tristesse
• III.4.4. La perte des repères, le doute et la confusion psychique
• III.4.5. La dimension sacrificielle
• III.4.6. Le traumatisme et le « meurtre psychique »
o III.4.6.1. La sidération.
Encart. Des objets inertes.
o III.4.6.2. Le stress.
Manque d’adaptation (éventuellement décompensation).
Syndrôme Post-Traumatique.
Encart. Stress et changement.
o III.4.6.3. Le stress post-traumatique.
Encart. Traumatisme et répétition (F. Sironi).
Encart. Le retour du refoulé (F. Sironi).
Encart. Une sidération traumatique du groupe.
Encart. Le téléscopage (F. Sironi).
Encart. Un harcelé en proie au doute.
Encart. Le robot souffrant.
Encart. Réminiscences.
Encart. L’enchaînée.
Encart. Sébastien en Hollande.
 Quête de sens.
Encart. Harcèlement et prémonition.
Encart. Vécus traumatogènes sur une fille de 5 ans.
 Attaque de la dignité de la personne.
Encart. Une vision d’ensemble ?
Encart. Dignité et respect (E. Kant, Métaphysique des mœurs.)
Encart. La fin justifie-t-elle les moyens ? (G.W. Hegel, Principes de la Philosophie du Droit).
III.5. Spécificité des troubles psychosomatiques
• III.5.1. Les impacts psychiques du harcèlement parental
• III.5.2. Autres considérations psychopathologiques
• III.5.3. Pourquoi des troubles psychosomatiques ?
• III.5.4. Atteintes de l’enveloppe, de la structure et de l’autonomie physique
Encart. Littérature et dépression (Boulgakov).

IV. TYPOLOGIE DES HARCELEURS
IV.1. Personnalité
• IV.1.1. L’incompétence
• IV.1.2. L’absence d’autonomie
• IV.1.3. La séduction et l’apparente sociabilité
• IV.1.4. La susceptibilité et le « faux comique »
Encart. Leader méconnu : harcèlement vertical ascendant.
IV.2. Psychopathologie du harceleur
Perversion narcissique (M.-F. Hirigoyen) :
• mégalomanie,
• « vampirisation »,
• irresponsabilité,
• narcissisme.
Pathologies narcissiques (Otto Kemberg) :
• sentiment de toute-puissance,
• self grandiose,
• adaptation sociale apparente,
• intense besoin d’être aimé et admiré des autres,
• idée très orgueilleuse de soi couplée à de profonds sentiments d’infériorité,
• besoin démesuré d’égards,
• vie émotionnelle pauvre,
• peu d’empathie envers autrui,
• envie excessive des autres,
• idéalisations et dépréciations sans nuances en fonction des intérêts escomptés,
• relations fondées sur l’exploitation et le parasitisme,
• séduction mais froideur et cruauté,
• extrême dépendance à autrui jointe à une extrême méfiance.
• IV.2.1. L’angoisse, le sentiment de danger et de persécution

Angoisse diffuse et archaïque du harceleur, conditionnant sa relation à autrui. Angoisse d’intrusion ou d’abandon par exemple. Dépendance affective sur un mode archaïque, celui du nourrisson à sa mère. Psychisme du harceleur affectivement fixé à un stade primo-infantile (amour équivalent de la haine : stade de destruction de l’objet aimé).

Incapacité relationnelle se retrouvant dans :
• l’intérêt,
• l’intolérance à la frustration,
• l’envie.
Sentiment de persécution très fréquent,
• justifiant l’instauration du harcèlement moral et sa poursuite.
Sentiment de persécution lié à :
• une hyperméfiance,
• une susceptibilité,
• un orgueil indiquant des failles narcissiques.
« Anesthésie affective » du harceleur s’illustrant par :
• une absence de compassion,
• une absence de reconnaissance de la souffrance de l’autre,
• une absence de culpabilité.
• IV.2.2. L’intérêt
Encart. Objectifs contrariés.
• IV.2.3. L’intolérance à la frustration, à la critique, et la jalousie
Intolérance à la frustration se manifestant par une impulsivité, une incapacité à respecter un refus ou une divergence d’opinion (ou de sentiments), une incapacité à respecter l’intimité de l’autre.
Encart. Dérives du donjuanisme.
• IV.2.4. État limite, perversion narcissique et paranoïa
o Objectivation de la personne harcelée par le harceleur, trait du fonctionnement pervers.
o Harceleurs également mais pas exclusivement des états limites, ou des paranoïaques.
o Pathologies présentant des traits psychopathologiques communs, notamment l’incapacité relationnelle, la régression affective, et les failles narcissiques.
o Traits de personnalité narcissique pas nécessairement pervers narcissiques.
o Failles narcissiques plus ou moins fortes chez tel ou tel individu. « anesthésie affective » faisant la gravité de la perversion.
o Etats limites pas systématiquement tous des harceleurs, fonction des situations de stress affectif qu’ils traversent.
o Perversion présentant cette anesthésie affective massive décrite précédemment. Remise en question rare, même épisodique, tant la souffrance est refoulée.
o Plus grand nombre de failles narcissiques retrouvé dans la Psychose paranoïaque. Modes de défense pervers présentés souvent par les personnalités paranoïaques, justifiés par leur sentiment de persécution (méfiance excessive).

IV.3. Le harceleur harcelé
• IV.3.1. La légitime défense et la tyrannie
• IV.3.2. La réhabilitation narcissique et la maîtrise
• IV.3.3. La décharge affective et la jouissance
Encart. Poésie et cruauté.
V. HARCELEMENT, GROUPE ET CONTEXTE
• V.1. Le rôle du collectif dans l’organisation du travail
• V.2. Les fantômes, le silence, la contagion psychique
V.3. Groupe et du harcèlement
• V.3.1. L’illusion groupale
• V.3.2. Les pulsions du groupe
o V.3.2.1. Les fantasmes internes au groupe.
o V.3.2.2. Les repères structurels d’un groupe sain.
o V.3.2.3. Les groupes malades et leurs dérives.
• V.3.3. Le leadership dans le harcèlement
o V.3.3.1. La défaillance du leader.
o W.3.3.2. Les trois temps de la perversion.
Encart. L’institution et le suicide.
V.4. Victimes, complices et bourreaux : quel parcours ?
• V.4.1. Un processus relationnel
• V.4.2. Rappel sur le développement libidinal
o V.4.2.1. Le stade oral.
o V.4.2.2. Le stade anal.
o V.4.2.3. Le stade phallique.
• V.4.3. Le choix des cibles
o V.4.3.1. Quelle victime ?
Intolérance. Narcissisme primaire. Rejet de la différence. Envie. Harcèlement de type politique. Mort psychique (soumission totale au harceleur). Autodestruction (le harcelé se démet).
Résistance au harcèlement. Angoisse d’abandon. Couples pathologiques harceleur/harcelé. Auto-hypnose de l’agressé (Oubli des actes d’agression).
Encart. « Le petit père des peuples ».
o V.4.3.2. Les processus sadomasochistes.

Sadisme (exercice de la douleur, de l’humiliation et la destruction de l’objet, à des fins de jouissance psychique ; Utilisation de l’autre pour exercer son emprise et sa jouissance déshumanisante).

Masochisme (obtention d’une jouissance par la recherche de sa soumission douloureuse et humiliante, avec des fantasmes de passivité).
Réalisation du sadisme et du masochisme à un niveau purement psychique.

Masochisme moral (Complaisance dans le rôle de victime : « besoin de se plaindre, sentiment constant de souffrance, besoin de se mettre dans des situations d’échec professionnel).

Harcèlements qui durent inscrits dans ce mode relationnel du sadomasochisme.
En lien avec la posture sadomasochiste : Incapacité à mettre des limites, à imposer le respect de soi à des personnes irrespectueuses. (…) Sidération traumatique inhibant l’accès à la pensée et donc la capacité à poser des refus. Incapacité générale parfois à poser des limites sur l’irrespect à leur égard.

o V.4.3.4. Devenir harceleur.
Encart. Les stages-chatons.
Permissivité sociale permettant de devenir harceleur.
V.5. Harcèlement et complicités
Encart. Les fantasmes de harcèlement.
Encart. L’arroseur arrosé.
• V.5.1. La complicité par sadisme latent
Encart. Bizutage et sexisme.
• V.5.2. La complicité par réceptivité à la manipulation
• V.5.3. La complicité par corruption
• V.5.4. La complicité par peur ou désir de tranquillité
Encart. Complicités et trahisons.
V.6. Les mécanismes de défense en situation de harcèlement
• V.6.1. Le déni
o V.6.1.1. Le déni idéaliste.
o V.6.1.2. Le déni égoïste.
o V.6.1.3. Le déni méfiant.
o V.6.1.4 Le déni collectif.
• V.6.2. Le refoulement et l’oubli
• V.6.3. La banalisation
• V.6.4. L’idéalisation.
• V.6.5. Le clivage
• V.6.6. La projection
• V.6.7. L’interprétation
• V.6.8. L’isolation
• V.6.9. Autres mécanismes de défense
o V.6.9.1. Le meurtre du fantasme.
o V.6.9.2. La dénégation.
o V.6.9.3. L’anonymat de la foule.
o V.6.9.4. L’anesthésie affective.
V.7. Les soutiens
• V.7.1. Soutiens psychologiques.
• V.7.2. Soutiens matériels
• V.7.3. Responsabilité psychologique et morale
• V.7.4. Responsabilité civile et pénale

VI. CONSÉQUENCES ET INTERVENTIONS
VI.1. L’issue
• VI.1.1. Le suicide
• VI.1.2. L’invalidité psychique
Encart. Insécurité de la sécurité ?
• VI.1.3. Le départ
• VI.1.4. Le règlement à l’amiable
• VI.1.5. Le recours en justice
VI.2. La prise en charge psychologique du harceleur
• VI.2.1. Des résistances à la remise en question
• VI.2.2. La compulsion de répétition
VI.3. La prise en charge psychologique du harcelé
• VI.3.1. Reconnaître un harcelé
• VI.3.2. Harcèlement et résilience
VI.4. En sortir
• VI.4.1. Thérapie des harcelés et des harceleurs
Encart. Travail sur le traumatisme (S. Ferenczi).
o VI.4.1.1. Thérapie des harceleurs.
o VI.4.1.2. Thérapie des harcelés.
o VI.4.1.3. Quelques gestes simples …
Ne pas tolérer le moindre irrespect, ni attendre que « ça se calme », car les processus de soumission ne se « calment pas », et ont tendance à augmenter au fil du temps.
o VI.4.1.4. Doit-on pardonner ?
o VI.4.1.5. Médiation et harcèlement sont-ils compatibles ?
Les dangers d’une médiation « non éclairée » en matière de harcèlement.

Principe n°1 : Le harcèlement n’est justement pas un conflit.
Principe n°2 : Le harcèlement vise à détruire l’intégrité de la victime.
Principe n°3 : La médiation suppose un processus volontaire et non contraint des deux parties.
• VI.4.2. Recouvrer sa sécurité intérieure et se libérer.

Les attaques acoustiques. Armes sonores. Caisson sonore. Spatialisation du son. Environnement urbain sonore.

Comment harceler quelqu’un chez lui avec la spatialisation sonore …
Caisson sonore … Sources virtuelles … Sons tournants. Le logiciel SPAT de l’IRCAM.

 

Expérience binaurale.

 

 

Spatialisation du son, meilleure modélisation de ce que je vis depuis 12 ans. Un environnement urbain sonore …

 

 

Spatialisation sonore à l’IRCAM. Des mathématiciens ont théorisé les champs acoustiques.

 

 

 

schizophone

Mes oreilles vont siffler, même quand on me met un poisson d’Avril dans le dos au mois d’août !

 

Schizo

Perte des limites du « moi ». Psychogénie.

 

SonicWarfare
LA GUERRE SONORE, SONS, EMOTIONS ET ECOLOGIE DE LA PEUR. SCHIZO-CAPITALISME.

 

Iconographie sur les effets des sons selon leur intensité et leurs fréquences :

SonicWarfare

 

On retrouvre ce livre sur le site de HEAD – Genève, Haute école d’art et de design financée par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique.
https://www.hesge.ch/head/
http://www.snf.ch/fr/Pages/default.aspx

On peut lire sur le site de Mind Control (http://mindcontrol-research.net/) la chose suivante :

MIND CONTROL
RADICAL EXPERIMENTS IN ART AND PSYCHOLOGY 60-70S
Ce site internet constitue une médiation originale du projet de recherche MIND CONTROL, Radical Experiments in Arts and Psychology développé à la HEAD — Genève entre 2013 et 2016. Il est pensé comme une plateforme structurée par des hypothèses théoriques, des essais de classification typologiques et des contributions externes. Une importante base documentaire permet de prendre la mesure de la pertinence de l’hypothèse de recherche. La plateforme est un bilan, une tentative de synthèse provisoire, mais aussi une étape vers la prolongation d’un format au croisement des disciplines et des institutions, entre pratiques de chercheur et pratiques artistique.

Le projet de recherche MIND CONTROL participe du renouvellement des approches en histoire de l’art contemporain. Son hypothèse interdisciplinaire produit une relecture inédite de l’évolution du champs artistique des années 1960/70, à partir d’une analyse de ses relations épistémiques avec le paradigme du conditionnement mental. Les mutations technologiques et les conditions géopolitiques de l’époque placent la notion de contrôle de l’esprit au centre de la problématique stratégique de l’agencement de la subjectivité et de sa production, dans l’art comme dans les sciences du psychisme de l’époque.

L’évolution des pratiques du film, de la vidéo, de l’installation, de la performance, de l’architecture, du design est connectée au développement des champs des sciences psychologiques, neurologiques et cognitives. MIND CONTROL parcourt le champ culturel des productions artistiques dans le contexte de Guerre Froide et de sa paranoïa en questionnant les dispositifs tels que les espaces de conditionnement, les capsules, les casques, les espaces de privation ou d’hyperstimulation sensorielle en les rapprochant du champs des techniques de contrôle mental. Ce champs comprend notamment le lavage du cerveau (brainwashing), l’usage des drogues dans les méthodes d’interrogatoire, le renouveau des techniques de suggestion de l’hypnose, l’impact des théories de la communication sur les modèles de coercition psychologique, dans le giron du béhaviorisme et de l’émergence des modélisations computationnelles de la psyché.

MIND CONTROL est un projet de recherche de la HEAD — Genève.

 

Juliette Volcler

Coordinatrice éditoriale de Syntone, chercheuse indépendante et autrice de deux essais : Le son comme arme, les usages policiers et militaires du son (La Découverte, 2011) et Contrôle. Comment s’inventa l’art de la manipulation sonore (La Découverte / La Rue musicale, 2017). Auparavant productrice de l’émission l’Intempestivesur Fréquence Paris Plurielle et Radio Galère.

 

Volcler2
ISABELLE VOLCLER, 2011.

 

SoundsAsWeapon
ISABELLE VOLCLER, 2013. C’est du vécu !!! Traduction anglaise de l’ouvrage précédent.

 

Volcler1
ISABELLE VOLCLER, 2017.

 

RepressionSerge
UN LIVRE DEPASSE …

Article France Info.

« Attaques acoustiques » à Cuba : 16 employés de l’ambassade américaine ont été touchés

Les Etats-Unis ont déjà annoncé enquêter sur ces « attaques acoustiques », qui ont eu lieu fin 2016 et début 2017. L’affaire n’a été dévoilée qu’au mois d’août et la diplomatie américaine fournit peu d’élements sur cet incident.

L\'ambassade américaine à Cuba, le 17 décembre 2015 à La Havane.
L’ambassade américaine à Cuba, le 17 décembre 2015 à La Havane. (YAMIL LAGE / AFP)

Au moins seize employés de l’ambassade des Etats-Unis à Cuba ont été touchés par de mystérieuses « attaques acoustiques », annonce le département d’Etat américain, jeudi 24 août. Ces Américains, « membres de la communauté de notre ambassade », ont tous ressenti « certains symptômes » et « ont reçu des soins médicaux aux Etats-Unis ainsi qu’à Cuba », a déclaré à Washington sa porte-parole, Heather Nauert.

Washington fournit peu d’éléments sur l’incident

Fin 2016 et début 2017, des Americains travaillant à l’ambassade des Etats-Unis à La Havane ont alors commencé à se plaindre « de divers symptômes physiques ». Washington avait fini par rapatrier des Américains pour des raisons médicales. Jeudi, le Canada a précisé qu’un de ses diplomates avait subi une perte d’audition, tout comme plusieurs collègues américains.

Selon CNN, qui a cité de hauts responsables américains sous couvert d’anonymat, Washington est sur la piste d’une possible « attaque acoustique »menée avec des appareils soniques sophistiqués déployés à l’intérieur ou à l’extérieur de la résidence de diplomates américains.

Deux diplomates cubains expulsés en mai

L’affaire n’a été dévoilée qu’au mois d’août et la diplomatie américaine a fourni peu d’élements sur cet incident. Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a appelé les autorités cubaines à faire « la lumière » sur leurs auteurs et une enquête a été ouverte, sans que Washington ne puisse « accuser à ce stade un pays ou qui que ce soit », précise le Département d’Etat.

Malgré ces déclarations, les Etats-Unis avaient décidé d’expulser deux diplomates cubains en poste à Washington, le 23 mai, en estimant que « Cuba est responsable pour la sécurité de nos diplomates sur place ». Cuba a de fait protesté contre l’expulsion de ses diplomates. Mais le ton ne semble pas être monté outre mesure entre les deux pays. La Havane a parallèlement lancé une enquête « exhaustive, prioritaire et urgente » pour faire la lumière sur ces événements.

 

 

Article Libération. Les « psyops » ou « opérations psychologiques » …

LE BRUIT ET LA TERREUR MILITAIRE

Par Marie Lechner— 

A Gaza ou Guantánamo, le son est utilisé comme un instrument de répression.

  •  Le son, cet instrument de répression

«Les oreilles n’ont pas de paupière», comme l’écrit Pascal Quignard dans la Haine de la Musique«L’auditeur est une proie qui s’abandonne.»En 2009, dans le passionnant ouvrage Sonic Warfare : Sound, Affect, and the Ecology of Fear (MIT Press), Steve Goodman analysait l’influence de la force vibratoire du son sur les émotions. Egalement DJ et producteur phare de la scène dubstep londonienne sous le nom Kode9, genre musical qui s’appuie sur l’énergie physique des basses fréquences, Goodman s’intéresse à la manière dont le son peut être utilisé comme arme, pour créer de l’inconfort, exprimer une menace, susciter une ambiance de terreur. Les militaires se sont montrés de tout temps fort ingénieux en la matière, développant des «sound systems» qui vont impacter les corps avec leurs bad vibes.

Des opérations «psyops» de l’armée américaine (haut-parleurs puissants diffusant de la musique) durant le siège de Waco ou pour harceler Noriega au Panama, aux canons à sons pour disperser les foules ou encore aux boîtiers antijeunes Mosquito (très hautes fréquences à la limite de l’audible) pour chasser les squatteurs, l’usage du son comme arme est aussi vieux que les trompettes de Jéricho. Juliette Volcler, auteure du Son comme arme (La Découverte), rare ouvrage francophone sur la question, présentait à la Gaîté une synthèse des usages policiers et militaires du son. Ainsi que des fantasmes, nombreux, qui l’accompagnent, comme le développement par l’armée américaine d’armes à base d’infrasons capables de faire exploser les boyaux de l’intérieur.

Les recherches se réorientent après la Seconde Guerre mondiale vers les sons «audibles et signifiants», renflouant l’arsenal des armes acoustiques dites «non létales», qui neutralisent sans tuer, plus adaptées aux «guerres sans mort». Parmi elles, le Long Range Acoustic Device, canon émettant un son d’une violence insoutenable (pour déloger des snipers irakiens à coups de hard rock à Falloujah), les grenades assourdissantes ou la «Torture Music» utilisée à Guantánamo. Bien que non léthales, ces saturations sonores ne sont pas sans répercussions physiologiques et psychologiques, comme le rapporte Goodman à propos des avions israéliens qui survolèrent le ciel de Gaza en franchissant le mur du son à basse altitude. Les victimes se plaignirent de douleurs à l’oreille, de crises d’angoisse, d’insomnie, d’hypertension, de difficultés respiratoires, de spasmes musculaires…

Marie Lechner

Publicités